À Ibi­za, la fin­ca de leur rêve dans la cam­pagne

On les avait quit­tés Pa­ri­siens de la butte, dans leur mai­son à Mont­martre. On re­trouve Pierre et Roze à Ibi­za, au vert, dans une au­then­tique fin­ca. Fi­dèles à leur style, “co­olis­sime”, évi­dem­ment !

Marie Claire Maison - - Contents - Texte ISA­BELLE SOING avec JE­RE­MY CALLAGHAN Photos GAELLE LE BOULICAUT

Plu­tôt qu’à “des châ­teaux en Es­pagne”, Pierre Tra­ver­sier et Roze de Witte rê­vaient d’un lieu, loin de l’ef­fer­ves­cence des ca­pi­tales eu­ro­péennes, où tout, meubles, at­mo­sphère, ob­jets leur res­sem­ble­raient et les ra­con­te­raient. An­cien bas­ket­teur pro­fes­sion­nel et édi­trice de presse spé­cia­li­sée dans l’art de vivre, ils ont long­temps na­vi­gué entre Pa­ris et Am­ster­dam, au gré de leurs im­pé­ra­tifs pro­fes­sion­nels, avant d’ou­vrir leur bou­tique-hô­tel, Los Ena­mo­rades, en 2016 (voir “Ma­rie Claire Mai­son” n° 493), conquis par la côte nord d’Ibi­za. “Et c’est en y cher­chant une mai­son que nous sommes tom­bés amou­reux de cette fin­ca, ra­conte Roze. Le jar­din était un peu trop grand, mais ir­ré­sis­tible. De toute fa­çon, plai­sante-t-elle, nous n’avions guère plus le choix, la collection de chaus­sures de basket de Pierre pre­nait trop de place dans notre mai­son pa­ri­sienne!” Im­pos­sible sur­tout de ré­sis­ter à l’en­voû­tant choeur des ci­gales… Et au charme brut, voire ru­di­men­taire de cette “ferme” bap­ti­sée “Can Pep Jua­no”. “Je crois pro­fon­dé­ment que chaque mai­son nous ‘dit’ quoi faire pour la res­tau­rer ou l’amé­na­ger, ex­plique Pierre. Son his­toire et sa forme exigent d’être res­pec­tées.” Une convic­tion par­ta­gée par Roze, qui re­con­naît vo­lon­tiers: “Je ne pen­sais pas vivre un jour dans une mai­son blanche, mais c’est la cou­leur sé­cu­laire des fin­cas donc nous vi­vons en blanc!” Plu­tôt que ra­tion­na­li­ser le plan de la mai­son, en re­dis­tri­buant les chambres pour y in­té­grer des salles de bains, comme le sug­gé­rait un ar­chi­tecte, le couple a gar­dé leurs vo­lumes gé­né­reux et conser­vé la salle de bains prin­ci­pale, ac­ces­sible seule­ment de­puis la ter­rasse. Pierre et Roze ont sim­ple­ment ins­tal­lé des vasques dans les chambres, ré­in­ter­pré­tant avec style l’usage du “ca­bi­net de toi­lette” et des ablu­tions lé­gères d’au­tre­fois. Et Pierre a ré­so­lu le casse-tête – où ins­tal­ler une salle de bains pour les in­vi­tés? – en l’ima­gi­nant… re­liée par une pas­se­relle à la chambre et per­chée sur une pla­te­forme dans un arbre! Les nom­breux meubles et ob­jets vin­tage, tex­tiles eth­niques, pa­niers et ta­pis ar­ti­sa­naux pa­tiem­ment chi­nés ac­cen­tuent l’at­mo­sphère rus­tique et bo­hème qui règne par­tout. “J'ai une culture très vi­suelle, j’aime la jux­ta­po­si­tion d’ob­jets in­at­ten­dus”, confie Roze. Une spon­ta­néi­té as­su­mée qui donne à cette “autre” Ibi­za, se­crète, et à leur mai­son son style si at­ta­chant.

Iden­ti­té ver­na­cu­laire. Ins­tal­lée dans l’an­cien four à pain de la mai­son, la cui­sine ex­té­rieure per­met de pré­pa­rer fa­ci­le­ment re­pas et bar­be­cues près de la pis­cine.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.