Le fau­teuil “Aca­pul­co”

Sym­bole gé­né­rique du scou­bi­dou-de­si­gn, né au Mexique, le fau­teuil “Aca­pul­co”est un concen­tré ré­tro de la joie de vivre bal­néaire ra­vi­vé par une armada de re­pro­duc­teurs ins­tal­lés aux quatre coins du globe. His­toire et géo­gra­phie d’une icône post-maya.

Marie Claire Maison - - Contents - Par PIERRE LÉONFORTE

SCOU­BI­DOU BIDOU WAH !

Sch­mil­blik tres­sé avec dex­té­ri­té, le Scou­bi­dou fut po­pu­la­ri­sé en chan­son en 1959 par Sa­cha Dis­tel. Suc­cès fou clas­sé n° 1 au hit-pa­rade et 62e des “480 Je-me-sou­viens” de Georges Pe­rec. Du coup, tout le mo­bi­lier alors réa­li­sé en corde de Ny­lon, des sièges tu­bu­laires des 2CV AZ à ceux de “Mon Oncle” de Jacques Ta­ti et pas­sant par les porte-re­vues des sa­lons de coif­fure se­ra taxé de “scou­bi­douille­rie”.

ACA­PUL­CO BA­BY

Ville mexi­caine bal­néaire

en bor­dure du Pa­ci­fique, Aca­pul­co fut fu­rieu­se­ment à la mode dans les an­nées 1950. Liz Tay­lor et Mike Todd s’y épou­sèrent ; John et Ja­ckie K. y rou­cou­lèrent leur “ho­ney­moon”. En 1963, El­vis Pres­ley cas­se­ra la ba­raque avec le film “Fun in Aca­pul­co”. Ça chan­geait du “Chan­teur du Mexiiiiii­coooo” et de Luis Ma­ria­no, moins s’coué que bidou. Quoique…

LE MYS­TÈRE DU DE­SI­GN MAYA

Le fau­teuil “Aca­pul­co” est au

gua­ca­mole-de­si­gn ce que la tong est au ca­rio­ca-de­si­gn :

un gé­né­rique plas­toc dont on s’épuise à dé­bus­quer la vraie pa­ter­ni­té no­nobs­tant un acte de nais­sance fixé au mi­tan des fif­ties. Pour les uns, ce se­rait une tou­riste

fran­çaise ano­nyme ; pour les autres, la sty­liste mexi­caine

Ce­ci­la Len Bar­ra qui don­na son nom au siège (avé­ré). Pour le

reste, mys­tère et scou­bi­dou.

RE­PRO­DUC­TEURS

À GOGO

Une de­mi-dou­zaine de firmes se sont ré­cem­ment ar­ro­gées la re-pro­duc­tion

de l’“Aca­pul­co”, de ses dé­ri­vés et mul­ti­ver­sions. Ils sont ve­nus, ils sont tous

là : Ma­ma Silla, au Mexique ; Green­points à Brook­lyn (avec ver­sion cor­don de cuir), Bo­qa, en France. Et OK De­si­gn, made-in-Den­mark, four­nis­seur de Sen­tou, ver­sion ba­by

com­prise. Quant aux ori­gi­naux, au­tant par­tir à la re­cherche de l’arche

per­due. Mar­queur in­évi­table : nul en maillot ou court vê­tu ne sort

in­demne d’un “Aca­pul­co”.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.