LOUIS GAR­REL : « L’AMOUR, CE MAL­EN­TEN­DU HEU­REUX »

Dans son pre­mier long mé­trage comme réa­li­sa­teur – ap­plau­di à Cannes –, il s’est épris de l’amour, avec sa ronde cruelle d’es­poirs, dé­cep­tions et tra­hi­sons. A l’écran, Louis Gar­rel lui-même et son ex, Gol­shif­teh Fa­ra­ha­ni, s’en donnent à corps joie dans une

Marie Claire - - Sommaire - Par Fa­brice Gai­gnault

Les deux amis » avait éclair­ci, il y a deux mois, une Croi­sette maus­sade où les films très sombres le dis­pu­taient aux films noirs de chez noir. Nous re­vien­drons en sep­tembre, au mo­ment de sa sor­tie*, sur cette co­mé­die sen­ti­men­tale très bur­lesque et plu­tôt at­ta­chante, en dé­pit de ses fa­ci­li­tés et fai­blesses. Alors que son ex, Gol­shif­teh Fa­ra­ha­ni, par­tage l’écran et – briè­ve­ment – son lit dans ce film bour­ré de clins d’oeil au­to­bio­gra­phiques, on ne parle que de sa nou­velle his­toire d’amour… Un chas­sé-croi­sé amou­reux bien dans la veine de ce grand lec­teur de Ma­ri­vaux, sen­sible aux ca­prices de l’amour. Sé­duc­teur sur­di­plô­mé, par­fois dé­crit comme po­seur et nom­bri­liste, Louis Gar­rel l’est sans doute… comme il est aus­si ap­pa­ru ici lé­ger et ly­rique. Ha­bi­té et dé­sin­volte. Non­cha­lant et pro­fond. Un mé­lange très hu­main, en somme.

(*) Le 23 sep­tembre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.