Sta­cy Mar­tin, in­tré­pide et in­domp­table

Cette Fran­co-Bri­tan­nique de 26 ans est pas­sée d’une jeune fille nym­pho­mane chez Lars von Trier à la jeune épouse in­tel­lec­tuelle de Go­dard*. Une co­mé­dienne qui se ré­vèle aus­si in­can­des­cente que cé­ré­brale.

Marie Claire - - Cinéma - Par Emi­ly Bar­nett

Mi­chel Ha­za­na­vi­cius l’a choi­sie pour son « phy­sique vin­tage ». A 26 ans, Sta­cy Mar­tin in­carne Anne Wia­zem­ski, qui fut l’épouse de Jean-Luc Go­dard avant de re­la­ter cette in­tense ex­pé­rience conju­gale dans Un an après (éd. Fo­lio), le livre à l’ori­gine du Re­dou­table. Avec son car­ré par­fait et ses robes fla­shy, l’ac­trice campe une fille sage confron­tée aux sautes d’hu­meurs de son ma­ri gé­nial et tor­tu­ré. Un rôle a priori sur me­sure pour cette an­cienne man­ne­quin au vi­sage dia­phane, aux gestes doux et dé­li­cats. « Sta­cy est une vieille âme, elle est ex­trê­me­ment ma­ture et ne se laisse pas im­pres­sion­ner, confirme le ci­néaste. S’il y avait un trem­ble­ment de terre, elle res­te­rait aus­si calme et se­reine qu’elle semble l’être par na­ture. » Un sen­ti­ment que par­tage un autre met­teur en scène qui l’a fait tour­ner. C’était en 2015, dans Taj Ma­hal de Ni­co­las Saa­da : « La pre­mière fois que nous avons par­lé, j’ai été si­dé­ré par son in­tel­li­gence. Elle avait vu les films de Ro­bert Bres­son et Wer­ner Her­zog, et son livre de cinéma pré­fé­ré était Le temps scel­lé d’An­dreï Tar­kovs­ki. »

Ce cô­té cé­ré­bral, Sta­cy le tient peu­têtre de son sta­tut d’en­fant unique, ha­bi­tuée à la pe­san­teur de la so­li­tude, ou en­core à sa jeu­nesse par­ta­gée entre plu­sieurs pays : née en France d’un père coif­feur, elle a en­suite gran­di entre l’An­gle­terre, pa­trie de sa mère, et le Ja­pon. C’est fi­na­le­ment à Londres qu’elle a élu do­mi­cile, d’abord comme man­ne­quin, à 16 ans, et au­jourd’hui dans la peau d’une ac­trice re­con­nue, égé­rie de la marque Miu Miu, ma­riée au mu­si­cien ar­ty Da­niel Blum­berg. « Un jour elle est an­glaise, le len­de­main elle est fran­çaise, plai­sante Louis Gar­rel, son par­te­naire dans Le re­dou­table. Sta­cy peut res­ter très dis­crète en re­fu­sant de se dé­voi­ler, puis ap­pa­raître sou­dain com­plè­te­ment en­flam­mée. »

Il y a en ef­fet quelque chose d’in­tré­pide chez cette jeune femme. D’in­so­lent et d’in­domp­table. On se sou­vient de ses pre­miers pas au cinéma, en ac­cro du sexe dans Nym­pho­ma­niac de Lars von Trier. A l’époque, âgée de 22 ans, l’ac­trice ne re­cule de­vant au­cune scène de nu. Idem dans Le re­dou­table : « Elle n’a au­cun pro­blème avec son corps. Nous avions une scène désha­billée dans le film, se sou­vient Louis Gar­rel. Elle était très gra­cieuse, con­trai­re­ment à moi qui me sen­tais un peu élé­phan­tesque et mal­adroit. » Avec un cô­té risque-tout : la co­mé­dienne n’a pas non plus hé­si­té, pour Taj Ma­hal, à grim­per à bord d’une na­celle sus­pen­due à 40 m de hau­teur dans un dé­cor en feu : « C’est une ac­trice qui brave ces peurs, ré­sume Ni­co­las Saa­da. Pour elle le jeu im­plique une forme d’au­dace. » Son as­cen­sion ne fait que com­men­cer.

(*) Le re­dou­table de Mi­chel Ha­za­na­vi­cius, avec aus­si Louis Gar­rel, Bé­ré­nice Be­jo, sor­tie le 13 sep­tembre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.