Il plane un doux par­fum d’am­bient

Le genre am­bient n’est pas ré­ser­vé qu’aux as­cen­seurs et aux aé­ro­ports. Il re­naît sur YouTube et dans les clubs, ac­com­pa­gnant un be­soin flot­tant de ra­len­tir et de se re­laxer.

Marie Claire - - Musique - Par Char­line Le­car­pen­tier

Un di­manche par mois à Londres, la DJ India Jor­dan réunit dans un sous-sol toute une com­mu­nau­té d’amou­reux d’élec­tro qui ne dé­ran­ge­ront pas les voi­sins. Elle cé­lèbre la mu­sique am­bient, qui se sa­voure dou­ce­ment, les yeux clos, dans une suite de boucles syn­thé­tiques re­pro­duites à l’in­fi­ni qui nous font ques­tion­ner le pas­sage du temps. Le genre am­bient a une dé­fi­ni­tion floue et en­globe dans son nuage les titres at­mo­sphé­riques de Boards of Ca­na­da, Van­ge­lis et Brian Eno – avec son cé­lèbre al­bum Am­bient 1, Mu­sic for air­ports, en 1978. Long­temps mo­quée ou dé­lais­sée au pro­fit de pro­duc­tions do­pées, la mu­sique of­fi­cielle du « chill » prend sa re­vanche sans se dé­mon­ter. Ma­ligne mais dé­cou­sue et ample, comme notre T-shirt pré­fé­ré, elle a été re­dé­cou­verte ré­cem­ment par les no­vices, sans le sa­voir, dans le confort de leur sa­lon, ca­chée dans des play­lists YouTube d’ASMR — cette pra­tique qui réunit une com­mu­nau­té vir­tuelle ri­vée à des vi­déos où des in­con­nus ma­laxent des ma­tières vis­queuses pour se re­laxer.

Sans pas­ser par les mots, l’am­bient vante le mi­ni­ma­lisme, l’in­té­rio­ri­té et la re­laxa­tion. Pour­tant, de­puis peu, il trouve sa place dans les fes­ti­vals et les soi­rées. La Chi­noise Pan Dai­jing (pho­to) a par exemple tro­qué la tech­no pour la mu­sique mé­di­ta­tive après avoir étu­dié le sound de­si­gn et sillon­né le Ti­bet à bi­cy­clette pour en cap­ter les ondes. Elle nap­pe­ra de son élec­tro le sous-sol du Pa­lais de To­kyo, à Pa­ris, lors de la soi­rée « Pleine conscience », le 29 sep­tembre, qui convie éga­le­ment le brouillard aus­si vi­suel que so­nore de Tim He­cker et l’hyp­no­ti­sante per­cus­sion­niste ja­po­naise Mi­do­ri Ta­ka­da. Car l’am­bient peut être le fruit d’une créa­tion sur or­di­na­teur comme d’un ins­tru­ment acous­tique. Le com­po­si­teur Erik Sa­tie est consi­dé­ré comme l’un de ses pion­niers, et la gui­ta­riste Th­ro­wing Shade est l’une de ses stars ac­tuelles. Les échos de ses cordes ré­sonnent dans les en­trailles. Elle a di­rec­te­ment trou­vé sa place sur la pre­mière com­pi­la­tion du nou­veau la­bel At­lan­tis, dé­dié à ce genre, qui, avec le la­bel ber­li­nois Pan, compte bien faire faire du yo­ga à nos tym­pans.

Pleine conscience, le 29 sep­tembre à Pa­ris (Pa­lais de To­kyo), avec Mi­do­ri Ta­ka­da, Pan Dai­jing, Tim He­cker, Pru­rient, dans le cadre du Red Bull Mu­sic Aca­de­my Fes­ti­val.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.