Se lais­ser déso­rien­ter à Lyon

Marie Claire - - Expositions -

Puisque les maîtres mots de l’époque sont la mo­bi­li­té et l’ac­cé­lé­ra­tion des flux, puisque le monde se re­com­pose sans cesse, au­tant vivre sous le sceau de la poé­sie et se lais­ser por­ter par la ma­gie de la déso­rien­ta­tion. In­ti­tu­lée « Mondes flot­tants », la 14e Bien­nale de Lyon nous en­traîne dans des pay­sages at­mo­sphé­riques et des tem­po­ra­li­tés contin­gentes. Entre la ma­chine à bulles de Da­vid Me­dal­la, les pluies élec­tro­niques de Da­vid Tu­dor et les ro­bi­nets de Doug Ait­ken, qui gouttent se­lon une par­ti­tion, on avance à pas comp­tés dans cet uni­vers oni­rique. En che­min, on évite de mar­cher sur les oeufs qu’An­na Ma­ria Maio­li­no a dis­per­sés pour nous faire le pas lé­ger. Bien­nale de Lyon, du 20 sep­tembre 2017 au 7 jan­vier 2018 à La Su­crière et au Mac Lyon.

bien­na­le­de­lyon.com

1 1. When sky was sea, vi­déo d’une ins­tal­la­tion de Shi­ma­bu­ku, 2002. 2. Sky­line de Hans Haacke, 1967. 3. Yel­low ob­ject « Loïe Ful­ler Ma­nual » d’Ola Ma­cie­jews­ka.

3

2

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.