Yves Saint Laurent

Marie Claire - - Société -

Son style 3 Sa sin­gu­la­ri­té 1957-1960 4

« Quand Yves Saint Laurent, qui a été em­bau­ché par Mon­sieur Dior en 1955, lui suc­cède après son dé­cès, il est très jeune, 21 ans. S’opère un bas­cu­le­ment : d’un coup le cou­tu­rier ne vit plus seule­ment dans cet uni­vers raf­fi­né du luxe, Saint Laurent est à l’écoute de la rue, de ce qui vibre à Saint-Ger­main-des-Prés, dans les caves, les night-clubs, le jazz, il est ins­pi­ré par Fran­çoise Sa­gan, Ju­liette Gré­co, les icônes de la jeu­nesse. »

« Sa pre­mière et fa­meuse col­lec­tion Tra­pèze, en 1958, an­nonce l’en­vie des jeunes femmes de bou­ger li­bre­ment dans leurs vê­te­ments. Les cou­tures du buste qui creu­saient la taille sont lâ­chées, la robe s’écarte pro­gres­si­ve­ment du corps. C’est une géo­mé­trie en tri­angle, qui rend hom­mage à ce que Dior a fait avant avec les lignes H, Y, A. Le mes­sage prin­ci­pal, c’est la li­ber­té de mou­ve­ment. »

1. Pho­to­gra­phié dans

le blou­son Chi­ca­go (col­lec­tion Beat­nik, 1960) d’Yves Saint Laurent, en cro­co­dile et vi­son noirs.

2. 18 mars 1983 : Ca­ro­line et Sté­pha­nie de Mo­na­co font la une de en Dior pé­riode Marc Bo­han. 3. Les bases du New Look : en 1947, le tailleur Bar de Mon­sieur Ch­ris­tian Dior adou­cit les épaules, af­fine la taille et mul­ti­plie les mé­trages de tis­su pour la jupe. 4. Gian­fran­co Fer­ré, au fi­nal du dé­fi­lé au­tomne-hi­ver 1994-1995 d’un Dior tout or.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.