Mo­dia­no ma­jeur

Le No­bel 2014 fait son re­tour. Son pre­mier livre de­puis que le ju­ry sué­dois l’a dis­tin­gué. Une pé­pite dans la­quelle il valse avec le temps.

Marie Claire - - Livres - Par Gilles Che­naille

On l’ac­cuse par­fois d’écrire tou­jours la même chose. Nos­tal­gie, après-guerre et com­pa­gnie. Ça, c’est quand on ne l’a pas lu, ou pas vrai­ment. Va-t-on re­pro­cher à Mar­cel Proust de ne pas soudain res­sem­bler à Emile Zo­la ? Comme tout grand au­teur, Pa­trick Mo­dia­no a son uni­vers, qu’il nous fait vi­si­ter sous tous les angles, et l’on est chaque fois heu­reux de ce nou­veau voyage, ja­mais tout à fait le même. Dans Sou­ve­nirs dor­mants, il suit la trace de six femmes fré­quen­tées dans ses jeunes an­nées puis per­dues de vue. Six femmes par­ti­cu­lières, aux tra­jec­toires plu­tôt mys­té­rieuses. C’est donc bien du Mo­dia­no, avec sa dose ha­bi­tuelle d’étran­ge­té et de me­nace sourde, mais du Mo­dia­no nou­veau dans le choix des per­son­nages et de leur his­toire. Tou­jours le même livre ?

An­nées 60, sa pi­quante ob­ses­sion. Il était jeune, beau, grand (1,98 m)… Mais pas en­core le grand écri­vain que fa­bri­quaient alors en si­lence son sens de l’ob­ser­va­tion et sa vie de presque or­phe­lin (père

Eter­nel jeune homme

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.