En sur­face

Marie Claire - - Beauté -

Le nou­veau hâle re­pose donc sur une peau saine et lu­mi­neuse. Si on a ten­dance à sti­mu­ler le re­nou­vel­le­ment cel­lu­laire du vi­sage avec des ri­tuels quo­ti­diens, le reste du corps est su­jet aux plaques sèches ou à l’ef­fet peau de pou­let dû à une ac­cu­mu­la­tion de ké­ra­tine sur les bulbes pi­leux. En lan­gage der­ma­to­lo­gique, on les ap­pelle ich­tyose et ké­ra­tose, deux der­ma­toses bé­nignes qui dé­barquent quand la peau manque de soins et d’hy­dra­ta­tion. « Une peau cou­verte en per­ma­nence ne des­quame pas cor­rec­te­ment. Les cel­lules mortes ac­cu­mu­lées s’éli­minent moins fa­ci­le­ment et peuvent créer des écailles, par­ti­cu­liè­re­ment sur les jambes, ex­plique le der­ma­to­logue Phi­lippe De­shayes, consul­tant scien­ti­fique chez La Roche-Po­say. Un gom­mage deux fois par se­maine (de pré­fé­rence le soir, pour fa­vo­ri­ser le re­nou­vel­le­ment cel­lu­laire) per­met d’en­le­ver la couche cor­née su­per­fi­cielle. Il ne faut pas ou­blier d’hy­dra­ter im­mé­dia­te­ment après pour re­for­mer un film pro­tec­teur. »

Les mé­thodes per­met­tant d’ob­te­nir un épi­derme lisse et ré­gu­lier sont nom­breuses : gom­mages à grains, mi­cro­pee­lings en­zy­ma­tiques, lo­tions aux AHA, bros­sage doux… « At­ten­tion à ne pas tom­ber dans le piège de la sur­ex­fo­lia­tion, car ce­la fra­gi­lise la peau. Et aux AHA, qui ne sont pas très com­pa­tibles avec des ex­po­si­tions au so­leil », pré­vient Ma­rielle Alix, coach beau­té et bien- être, adepte du bros­sage du corps à sec. « Trois mi­nutes tous les ma­tins pour dé­col­ler les cel­lules mortes qui se sont ac­cu­mu­lées dans la nuit et ter­nissent la peau. » La tech­nique peut sem­bler rus­tique mais, en pra­tique, c’est « une gym cel­lu­laire qui sti­mule les

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.