La pho­to d’en­fance Coeur de Pi­rate

Chaque mois, une per­son­na­li­té nous confie une image et un sou­ve­nir d’elle en­fant et la ra­conte avec ses mots. Ce mois-ci, la chan­teuse Coeur de Pi­rate(

Marie Claire - - Sommaire - Par Ma­ri­na Ro­zen­man

« J’ai 5 ans, à peu près l’âge de ma fille Ro­my. Ma fa­mille m’ap­pelle Béa ou Béa­tou. Je prends mon pe­tit- dé­jeu­ner, dans le Maine, aux Etats-Unis, où nous louons une mai­son, comme beau­coup de Qué­bé­cois. Parce que c’est à cinq heures de route de Mon­tréal, et que tu as ac­cès à des plages de sable ma­gni­fiques. Avec les vagues de l’océan At­lan­tique très fortes, juste de­vant tes fe­nêtres. C’est très co­ol. Com­plè­te­ment fou. Main­te­nant, ça vaut une for­tune de louer là. Mon père doit être quelque part en train de tra­vailler. Il est in­gé­nieur en in­for­ma­tique et res­semble aux per­son­nages de Halt and catch fire. Une sé­rie qui ra­conte le tout dé­but des or­di­na­teurs por­tables. Le sien, à l’époque, pèse trois tonnes ! Comme toutes les pe­tites filles, je m’ima­gine fu­ture vé­té­ri­naire. Ou le truc de base : prin­cesse. Mais sans tom­ber dans le concept du prince char­mant. D’ailleurs, il y a une té­lé­vi­sion dans le sa­lon, et plu­tôt que de re­gar­der un des­sin ani­mé où la femme se sa­cri­fie pour l’homme, j’opte pour Sai­lor Moon et ses hé­roïnes qui sauvent To­kyo, ou la pla­nète, mais pas un mec ! Je suis sou­riante et re­lax, parce que je suis en va­cances. Pour­tant, le reste de l’an­née, à l’école, je n’en parle pas à mes pa­rents mais je suis vic­time d’in­ti­mi­da­tions, et je vis des mo­ments trau­ma­ti­sants. Je me sou­viens, no­tam­ment, d’avoir tou­jours été as­sise seule, dans l’au­to­bus sco­laire. A cô­té de la pou­belle, près du chauf­feur, pour évi­ter les chi­canes et les trucs que les autres me col­laient dans les che­veux. Ça peut être très dur, l’en­fance, par­fois… Même si sou­vent les en­fants ne font que ré­pé­ter les an­xié­tés qu’ils vivent eux-mêmes à la mai­son.

En tout cas, voi­là… Des an­nées plus tard, je vais créer Coeur de Pi­rate. En ré­ponse à un ex qui, avant de me lar­guer en me di­sant que je n’ar­ri­ve­rai ja­mais à rien, avait lui-même un pro­jet qui s’ap­pe­lait “Songs for sai­lors”( Et la mu­sique se­ra un ac­ci­dent, oui. Un rêve que je n’ai ja­mais eu. J’au­rais pu faire to­ta­le­ment autre chose. Conce­voir des sites web. Ou des­si­ner. Mais fi­na­le­ment, je ne me vois ab­so­lu­ment pas ailleurs. C’est drôle, la vie. »

1. Nou­vel al­bum En cas de tem­pête, ce jar­din se­ra fer­mé, Mer­cu­ry. En concert à L’Olym­pia, Pa­ris 9e, le 9 oc­tobre 2018.

2. Chan­sons pour ma­rins.

“J’ai 5 ans (…) Ma fa­mille m’ap­pelle Béa ou Béa­tou (…) Je suis sou­riante et re­lax parce que je suis en va­cances.”

Béa­trice Mar­tin, alias Coeur de Pi­rate, au mi­lieu des an­nées 90 dans le Maine, sur la côte Est des Etats-Unis, à l’heure du pe­tit-dé­jeu­ner.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.