La bonne édu­ca­tion A chaque nu­mé­ro, Ma­rie Claire in­ter­roge quatre per­son­na­li­tés, ve­nues d’ho­ri­zons dif­fé­rents, sur un thème uni­ver­sel.

Marie Claire - - Idées claires - Par Fa­brice Gai­gnault — Il­lus­tra­tions Alexan­dra Com­pain-Tis­sier

Do­mi­nique A., chan­teur Gas­pard Gant­zer, chef d’en­tre­prise*

J’ai été un en­fant que l’on pour­rait qua­li­fier d’as­sez mal éle­vé.

« Mes pa­rents m’ont ap­pris avant tout la po­li­tesse, avec cette idée de tou­jours prendre conscience des autres. Ils étaient ce­pen­dant, à mon avis, dans une es­pèce de dis­cré­tion ex­trême, ce qui fait qu’ils s’ou­bliaient un peu. Avec mes deux en­fants j’ai l’im­pres­sion de re­prendre leurs pré­ceptes d’une fa­çon as­sez na­tu­relle. At­ten­tion à la bonne édu­ca­tion qui vire à la mo­des­tie trop forte et donne l'im­pres­sion de gê­ner. La dis­cré­tion et le res­pect des autres dans l’es­pace pu­blic sont de vrais en­jeux de so­cié­té.

« La bonne édu­ca­tion n’a rien à voir avec l’idée d’être bien éle­vé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.