D’ART DARE

Ap­pe­lé cou­ram­ment Notre-da­medes-malades, l’édi­fice, bâ­ti au dé­but du XXE siècle au coeur de Vi­chy (Allier), est une illus­tra­tion unique des dé­buts de l’art dé­co. Il in­ter­pelle no­tam­ment par la ri­chesse et l’ex­tra­va­gance des dé­co­ra­tions in­té­rieures.

Massif Central Patrimoine - - Sommaire - Texte et pho­tos / Gé­ral­dine Houot

L’église Saint-blaise de Vi­chy, édi­fice ty­pique de l’art Dé­co.

La pé­riode de 1920 à 1930 est marquée par l’épa­nouis­se­ment de l’art dé­co en France. Vi­chy (Allier) ne fait pas ex­cep­tion et compte plu­sieurs bâ­ti­ments em­blé­ma­tiques de ce style ar­chi­tec­tu­ral prô­nant les formes géo­mé­triques. Ac­co­lée à l’an­cienne église Saint-blaise, avec la­quelle elle com­mu­nique par le dé­am­bu­la­toire, la nou­velle église du même nom, construite entre 1925 et 1931, en est un exemple frap­pant. Son ar­chi­tec­ture ori­gi­nale, en bé­ton ar­mé, a été ima­gi­née par les Vi­chys­sois An­toine Cha­net et Jean Lio­gier. De la rue, l’édi­fice se laisse peu ad­mi­rer tant il est en­cla­vé dans la vielle ville. On aper­çoit ce­pen­dant l’im­mense cou­pole re­vê­tue de cuivre, seul élé­ment qui casse la ver­ti­ca­li­té des lignes. Elle est sur­mon­tée d’une vierge, à 42 mètres du sol, l’église étant dé­diée à la Vierge Ma­rie. Le clo­cher at­teint lui les 67 mètres avec sa croix. A l’in­té­rieur, la sur­prise est de taille. Le foi­son­ne­ment et la qua­li­té des dé­co­ra­tions, réa­li­sées par les frères Mau­mé­jean, contraste avec la so­brié­té de l’ex­té­rieur. Les fresques, or­nées de mo­saïques, illus­trent dif­fé­rents épi­sodes de l’his­toire sainte au­tour de la re­pré­sen­ta­tion de la Tri­ni­té. Au som­met de la cou­pole, qui do­mine la nef, le Père est au coeur de sa créa­tion.

Un peu plus bas, le Fils est re­pré­sen­té sur la croix, avec de part et d’autre l’an­cien Tes­tament, Sy­na­go­ga, et le Nou­veau Tes­tament, Ec­cle­sia. L’arc-en­ciel rap­pelle l’al­liance que Dieu éta­blit avec Noé et sa des­cen­dance au sor­tir du dé­luge. En­fin, au-des­sus du choeur, sur la voûte en ber­ceau, le Saint-esprit est sym­bo­li­sé par la co­lombe et les sept dons tra­di­tion­nels : la crainte de Dieu, la pié­té, la science, l’in­tel­li­gence, le con­seil, la sa­gesse et la force. Ma­rie est par­tout pré­sente. Dans la cou­pole, le Père dé­signe une étoile plus grande et plus belle que les autres. Au pied de la croix, elle est unie aux souf- frances de son Fils. Par­mi les dons du Saint Esprit, elle re­pré­sente ce­lui de l’in­tel­li­gence. Sur le pour­tour de la cou­pole, on peut lire en outre l’ins­crip­tion « C’est la vo­lon­té de Dieu que nous ayons tout pour Ma­rie », épi­graphe de Saint Ber­nard, tan­dis que les pein­tures mu­rales de la nef illus­trent vingt ba­si­liques où elle est ho­no­rée à des titres divers. De nom­breuses autres mo­saïques par­sèment les murs et le mo­bi­lier, dont celle, re­mar­quable, du bap­tême de Clo­vis à Reims par Saint-ré­mi, au­des­sus de la cha­pelle des fonts bap­tis­maux. Le tra­vail de grande qua­li­té des frères Mau­mé­jean s’ob­serve éga­le­ment au ni­veau des vi­traux, très nom­breux. Au­tour de la nef, ils racontent les mo­ments im­por­tants de la vie du Ch­rist à tra­vers les mys­tères du Ro­saire. Le der­nier montre le cou­ron­ne­ment de Ma­rie. Au ciel, le Père, le Fils et l’esprit Saint l’ac­cueillent, tan­dis que sur la terre, l’évêque de Moulins, Mon­sei­gneur Go­non, et le cu­ré de SaintB­laise, le Cha­noine Robert, lui offrent l’église bâ­tie en son hon­neur. Au-des­sous, une autre sé­rie illustre le che­min de Croix, très ra­re­ment re­pré­sen­té en vi­trail. L’église se dé­marque en­fin par la mul­ti­pli­ci­té et l’ori­gi­na­li­té des ma­té­riaux uti­li­sés, no­tam­ment au ni­veau du choeur : marbre et acier pour la clô­ture, onyx d’al­gé­rie pour l’au­tel et les deux am­bons, aca­jou pour les stalles, mar­que­te­rie de bois au sol... L’en­semble est agré­men­té par des in­crus­ta­tions rares de tes­selles en verre im­pri­mé re­cou­vertes d’ar­gen­ture sur la face in­terne, au ni­veau de l’au­tel par exemple, et des émaux de Briare bien iden­ti­fiables au sol. Les co­lonnes, en bé­ton, sont re­cou­vertes de stuc co­lo­ri­sé par ad­jonc­tion de la­pis-la­zu­li broyé, ajou­tant en­core de la cou­leur à la dé­co­ra­tion. Au ni­veau du choeur, elles en­tourent une sta­tue du Sa­cré-coeur réa­li­sée par De­la­marre et un ma­gni­fique orgue à trois cla­viers, mal­heu­reu­se­ment plus uti­li­sé.

En bé­ton ar­mé, l’église Saint-blaise est ty­pi­que­ment art-dé­co.

Une mul­ti­pli­ci­té de ma­té­riaux a été uti­li­sée pour ser­vir l’ori­gi­nale dé­co­ra­tion in­té­rieure.

Les frères Mau­mé­jean, ar­tistes plu­riels ont beau­coup tra­vaillé les vi­traux et les re­pré­sen­ta­tions à par­tir de la tech­nique des mo­saïques.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.