NOU­VELLES

Massif Central Patrimoine - - Sommaire -

L’ac­tua­li­té de ceux d’ici à Pa­ris.

En vue à Pa­ris... A LE NEW DEAL AUVERGNAT AT­TIRE

C’est de l’île-de-france qu’ont été en­voyées une ma­jo­ri­té de can­di­da­tures à l’opé­ra­tion New Deal me­née par l’agence des ter­ri­toires Au­vergne Nou­veau Monde. Ache­vée fin jan­vier, la troi­sième édi­tion de cette ini­tia­tive per­met­tait de pos­tu­ler à une cen­taine d’offres d’em­plois ai­dés (avec no­tam­ment le lo­ge­ment of­fert pen­dant la pé­riode d’es­sai). L’idée étant, pour les or­ga­ni­sa­teurs, d’at­ti­rer de nou­veaux ac­tifs sur le ter­ri­toire auvergnat. En­vi­ron 40 % des 2.200 CV re­çus sont donc ceux de Fran­ci­liens. Suivent les ha­bi­tants du Nord-pas-de-ca­lais, ceux de Rhône-alpes et en­fin de la ré­gion Pro­vence-al­pesCôte-d’azur.

A L’OEIL DU PEINTRE ENTRE PA­RIS ET LOZÈRE

« Entre Pa­ris et mont Lozère » : le titre de l’ex­po­si­tion qui s’ins­talle à la Mai­son de la Lozère, à Pa­ris, pour deux mois (du lun­di 6 avril au sa­me­di 6 juin), ré­sume éga­le­ment la vie de son au­teur, Hé­lè­na Avron. L’ar­tiste peint tout à la fois au coeur de ces ma­jes­tueux pay­sages ru­raux des Causses et de la Mar­ge­ride que dans ce Pa­ris bouillon­nant où elle sait trou­ver la pré­sence de la na­ture. Son ex­po­si­tion est donc une in­vi­ta­tion au voyage entre ces deux terres de contrastes, ge­nêts en fleurs et gra­nit d’un cô­té, Bas­tille et Sa­cré-coeur de l’autre. La Mai­son de la Lozère est si­tuée au 1 bis et 4 rue Hau­te­feuille à Pa­ris. Ren­sei­gne­ments : 01.43.54.26.64.

A TRAIN : PARISLIMOGES EN 2 HEURE ?

Li­moges-pa­ris en 2 heures, Brive-la-gaillarde-pa­ris en 3 heures... Telles sont les pro- messes de la ligne à grande vi­tesse Poi­tiers-li­moges, dé­cla­rée d’uti­li­té pu­blique dé­but jan­vier. La route se­ra tou­te­fois longue pour voir réa­li­sés ces 112 km de voies ra­pides. Mal­gré cette im­pul­sion qui ouvre la voie aux pro­cé­dures d’ex­pro­pria­tion (sous quinze ans) et aux re­cherches de fi­nan­ce­ments, le pro­jet est loin d’être en­core réa­li­sé. Son coût (1,6 mil­liard d’eu­ros) fait l’ob­jet de nom­breuses cri­tiques et plu­sieurs re­cours sont d’ores et dé­jà an­non­cés.

A LES ÉDITEURS EN ROUTE POUR PA­RIS

Les éditeurs li­mou­sins avaient re­trou­vé le che­min du sa­lon du livre de Pa­ris l’an der­nier, après plu­sieurs an­nées d’ab­sence, c’est dé­sor­mais au tour de leurs ho­mo­logues au­ver­gnats d’ef­fec­tuer leur grand re­tour pour l’édi­tion 2015, du 20 au 23 mars. Preuve de la mon­tée en puis­sance des re­la­tions entre l’au­vergne et Rhône-alpes, l’agence Rhône-alpes pour le livre et la do­cu­men­ta­tion (Arald) va ac­cueillir quatre éditeurs au­ver­gnats sur son stand à cette oc­ca­sion. Dans le même temps, le Limousin re­nou­velle l’opé­ra­tion or­ches­trée l’an der­nier. Sous l’im­pul­sion du Centre ré­gio­nal du livre, le Contrat de pro­grès pour l’éco­no­mie du livre ini­tié par la Ré­gion et la DRAC (Di­rec­tion ré­gio­nale des af­faires cultu­relles) va per­mettre à 15 éditeurs de se re­trou­ver en un même stand col­lec­tif aux cou­leurs du Limousin. L’oc­ca­sion de mu­tua­li­ser des ac­tions de pro­mo­tion lit­té­raire, mais éga­le­ment de faire dé­cou­vrir aux vi­si­teurs les ri­chesses cu­li­naires de la ré­gion.

A COURT MÉ­TRAGE : LES POLARS PRENNENT LE TRAIN

Dé­but fé­vrier, les pas­sa­gers des lignes fer­ro­viaires Pa­risC­ler­mont et Cler­mont-pa­ris ont été in­vi­té à prendre part, du­rant leur voyage, au Fes­ti­val du court mé­trage de la ca­pi­tale au­ver­gnate. Du­rant la ma­ni­fes­ta­tion, des Trains du po­lar SNCF leur ont pro­po­sé de vi­sion­ner plu­sieurs films via des ta­blettes nu­mé­riques. Mieux : ils ont même pu de­ve­nir, le temps d’un tra­jet, ju­rés. A l’is­sue du vi­sion­nage, les voya­geurs ont ain­si eu la pos­si­bi­li­té de li­vrer leurs im­pres­sions en vo­tant pour leur « court » po­lar pré­fé­ré. Une ani­ma­tion qui entre dans le cadre du prix SNCF du po­lar, qui re­groupe les ca­té­go­ries ro­man, bande-des­si­née et donc court mé­trage. En 2014, ce sont plus de 25.000 votes qui ont été re­cueillis.

A LE BIRLOU FAIT SA PUB A PA­RIS

Cam­pagne de com­mu­ni­ca­tion ori­gi­nale, dé­but 2015, pour « la bois­son di­vine des Dieux d’au­vergne », dixit ses pro­mo­teurs, l’en­tre­prise Pa­gès-vé­drenne. Le Birlou, li­queur apé­ri­tive au goût de pomme et de châ­taigne, a bé­né­fi­cié du­rant deux mois d’un large af­fi­chage publicitaire sur des ca­mions de li­vrai­son pa­ri­sien. Des vé­hi­cules ap­par­te­nant à la so­cié­té Ri­chard, bien connue dans la com­mu­nau­té des Au­ver­gnats de Pa­ris. En 2014, ce sont 70.000 bou­teilles de Birlou qui ont été ven­dues.

Gens de Pa­ris... A LAURIE CAZALS

Après le Can­tal en 2014, c’est au tour de l’aveyron d’être à l’hon­neur cette an­née à Pa­ris. Sa re­pré­sente, Laurie Cazals, a été élue Pas­tou­relle de la Ligue Au­ver­gnate et du Mas­sif cen­tral. Elle l’a em­por­té sur les autres can­di­dates lors de la der­nière Nuit Ar­verne, 128e du nom, qui a eu lieu mi-dé­cembre, en ban­lieue pa­ri­sienne. La Cor­ré­zienne Pau­line Co­luc­ci est pre­mière de­moi­selle d’hon­neur, et la Pas­tou­relle du Puy-de-dôme Fan­ny Roux deuxième de­moi­selle d’hon­neur.

JEAN-LOUIS MU­RAT

Vu de Pa­ris, il est « l’auvergnat ». Un Auvergnat qui chante et qui ren­contre en ce mo­ment un beau suc­cès avec son nou­vel al­bum, Ba­bel. Vingt chan­sons or­ches­trées avec le groupe cler­mon­tois The De­la­no Or­ches­tra et qui ont re­çu un ex­cellent ac­cueil de la part de la cri­tique pa­ri­sienne. L’ar­tiste de 63 ans y évoque avec poé­sie la na­ture et ses terres d’at­taches, ses monts d’au­vergne. Il a ren­con­tré éga­le­ment un bel ac­cueil de la part du pu­blic et est ac­tuel­le­ment lan­cé dans une sé­rie de concerts à tra­vers la France.

LES TOQUES D’AU­VERGNE

Opé­ra­tion sé­duc­tion réus­sie pour les Toques d’au­vergne au Sé­nat. Sous l’im­pul­sion de leur pré­sident, Louis-ber­nard Puech, les chefs de la ré­gion ont or­ga­ni­sé fin jan­vier une se­maine gas­tro­no­mique au Pa­lais du Luxem­bourg. Len­tilles, vo­lailles, Saint-nec­taire, char­cu­te­ries... Toutes les spé­cia­li­tés de l’au­vergne ont ain­si dé­fi­lé du­rant trois jours dans les as­siettes des par­le­men­taires au res­tau­rant de la Haute As­sem­blée. L’oc­ca­sion de faire dé­cou­vrir tout à la fois la qua­li­té des pro­duits des ter­roirs au­ver­gnats mais éga­le­ment les ta­lents créa­tifs de ces cui­si­niers de haut ni­veau. Un « lob­bying par l’as­siette » qui, es­pèrent-ils, amè­ne­ra les élus à dé­fendre les pa­tri­moines cultu­rels ré­gio­naux.

IS­MAEL MARGAIN

Il ne l’a pas em­por­té, mais sa pré­sence par­mi les nom­més de la ca­té­go­rie « Ré­vé­la­tion so­liste ins­tru­men­tal » des Vic­toires de la mu­sique clas­sique, dé­but fé­vrier, était dé­jà en elle-même un beau suc­cès. A 22 ans, Is­maël Margain s’est im­po­sé à grande vi­tesse dans le cercle très fer­mé des pia­nistes fran­çais en vue. Né à Sar­lat, en Dor­dogne, c’est au con­ser­va­toire de Gué­ret, en Creuse, qu’il a été for­mé, avant d’in­té­grer ce­lui de Pa­ris. Il est au­jourd’hui très de­man­dé dans les fes­ti­vals à tra­vers le monde et ac­cu­mule les ré­com­penses. Cet amou­reux de la mu­sique de chambre joue ré­gu­liè­re­ment avec le qua­tuor Her­mène.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.