ORI­GI­NAIRE DE SAINT-FLOUR, IL ÉCRIT L’HIS­TOIRE DU ROCHER

— CAN­TAL

Massif Central Patrimoine - - Ecouter, voir -

De­puis bien­tôt cinq ans, les col­lé­giens et ly­céens mo­né­gasques ap­prennent l’his­toire de la Prin­ci­pau­té grâce à un San­flo­rain. Trois ans de tra­vail ont été né­ces­saires à Tho­mas Fouille­ron pour ré­di­ger le ma­nuel sco­laire qui fait ré­fé­rence sur le Rocher. « Le der­nier da­tait de 1986. L’édu­ca­tion na­tio­nale vou­lait un nou­vel ou­vrage as­sis sur des do­cu­ments lais­sant la place à une large ico­no­gra­phie et en­ri­chie d’un DVD », ra­conte ce­lui qui est de­ve­nu l’ar­chi­viste du Pa­lais prin­cier. Pro­fes­seur d’université à Montpellier, son père reste do­mi­ci­lié dans la ci­té du Vent, où il de­vient le fon­da­teur et le pre­mier conser­va­teur du mu­sée de la Haute Au­vergne, de 1967 à 1996. « Avec un père en­sei­gnant cher­cheur, j’ai tou­jours bai­gné dans cette at­mo­sphère de va­lo­ri­sa­tion cultu­relle et du pa­tri­moine », re­con­naît Tho­mas Fouille­ron, qui se re­voit en­core, à 8 ans, pas­ser le chif­fon sur les vi­trines ins­tal­lées à la mé­dia­thèque, la veille de l’inau­gu­ra­tion de l’ex­po­si­tion consa­crée au 10e an­ni­ver­saire de la mort de Pom­pi­dou. Ce goût pour l’his­toire, Tho­mas Fouille­ron le cultive lors de ses études, à Cler­mont Fer­rand . En 1997, son mé­moire de maî­trise a pour thème : « Le prince et le pauvre : idées et pra­tiques phi­lan­thro­piques du prince Ho­no­ré V de Mo­na­co (1778-1841) ». Pour le bien de ses re­cherches, l’étu­diant passe tout un hi­ver entre Nice et Mo­na­co, où il se plonge dans les ar­chives du Pa­lais. En 2007, il sou­tient sa thèse : « La so­cia­bi­li­té et la po­li­tique des princes de Mo­na­co : des lu­mières à 1848 ». Le tra­vail est re­mar­qué. L’édu­ca­tion na­tio­nale lui confie la mis­sion de ré­di­ger le ma­nuel sco­laire. En 2012, l’ex­per­tise de Tho­mas Fouille­ron sur l’his­toire de Mo­na­co en fait le successeur tout dé­si­gné de la di­rec­trice des ar­chives et de la bi­blio­thèque du Pa­lais prin­cier, par­tie à la re­traite. Chaque jour, le San­flo­rain, au­jourd’hui do­mi­ci­lié à Nice, passe de­vant les ca­ra­bi­niers, ceux-là même qu’il col­lec­tion­nait en plomb du­rant sa jeu­nesse, pour re­joindre les 4 km li­néaires d’ar­chives du Pa­lais prin­cier. Pour le tra­vail or­di­naire d’un ar- chi­viste dans un en­vi­ron­ne­ment où se mêlent luxe, paillettes et sa­ga dy­nas­tique. Pour gar­der les pieds sur terre, Tho­mas Fouille­ron n’ou­blie pas ses ra­cines, pa­ra­phra­sant An­toine de Saint-exu­pé­ry : «On est du pays de son en­fance. » « Ça m’aide à re­la­ti­vi­ser », ajoute ce­lui qui met un point d’hon­neur à re­ve­nir au moins une fois par an à SaintF­lour, sur­tout l’été, pour gar­der contact avec la fa­mille et les amis.

Tho­mas Fouille­ron, ici avec le Prince Al­bert, va pou­voir écrire une nou­velle page de l’his­toire de la dy­nas­tie des Gri­mal­di. Celle des nou­veaux ju­meaux, le prince Jacques et la prin­cesse Ga­briel­la qui se­ra com­tesse du Car­la­dès dans le Can­tal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.