L’AU­VERGNE EN VI­SION PA­NO­RA­MIQUE

— IN­ÉDIT

Massif Central Patrimoine - - Ac­tua­li­tés -

Mai­son d’édi­tion ba­sée à Cler­mont-fer­rand, Page Cen­trale ap­porte un re­gard nou­veau et contem­po­rain sur le Mas­sif cen­tral. Son dé­fi ? Être le té­moin des dy­na­miques en cours lo­ca­le­ment tout en per­met­tant de mieux faire com­prendre le monde. Elle vient de lan­cer une nou­velle col­lec­tion : « Pa­no­ra­mique ». Le pre­mier ou­vrage pro­pose de re­dé­cou­vrir l’au­vergne sous un nou­veau jour, pro­fi­tant des grandes po­ten­tia­li­tés of­fertes par le for­mat pa­no­ra­mique. Le se­cond, dans la même veine , montre dif­fé­rem­ment ce chef-d’oeuvre na­tu­rel qu’est la chaîne des Puys. Cette fa­meuse chaîne et de la faille de Li­magne dont l’ins­crip­tion à l’unes­co est at­ten­due lors du 40e Co­mi­té du pa­tri­moine mon­dial à Is­tan­bul à l’été 2016.

Au­vergne nou­veau monde1

Pho­to­gra­phier l’au­vergne en grand pour su­bli­mer la beau­té de ses vol­cans et de ses es­paces in­fi­nis, pour sur­vo­ler les pay­sages, les fo­rêts, les lacs et les rivières et pour dé- cou­vrir les ri­chesses of­fertes par la na­ture et par les hommes. Pho­to­gra­phier l’au­vergne avec l’oeil d’un ex­plo­ra­teur qui dé­couvre un « Nou­veau monde ». Cette mise en lu­mière de la beau­té et de la di­ver­si­té de l’au­vergne est sur­pre­nante de réa­li­té.

Lu­mières sur la chaîne des Puys2

Su­blime ! Ses formes, sa géo­lo­gie, ses pay­sages, son his­toire en com­pli­ci­té avec l’hu­main, ses sciences, la chaîne des Puys se suf­fit à el­le­même. Au-de­là du quo­ti­dien, elle re­cèle de nom­breux se­crets que ce soit au dé­tour d’un che­min ou dans la pro­fon­deur de ses vol­cans. Une brève ini­tia­tion qui en­trouvre la porte du beau et du sa­voir. Il in­vite au voyage sur les pentes abruptes de ces sei­gneurs as­sou­pis.

1 Pho­to­gra­phies : Phi­lippe Abou­lin et Di­mi­tri Bérard. Au­teur : Clau­dy Combe (12,90 e)

2 Pho­to­gra­phies : Gé­rard Fayet et De­nis Pour­cher, au­teure : Da­nielle Four­nioux (12,90 e)

Ce sont 2 ma­ga­sins si­tués à Thiers et à Au­bière, qui vous pro­posent des sau­cis­sons faits mai­son, un grand rayon fro­mage et char­cu­te­rie, des sou­ve­nirs d’au­vergne, de la vais­selle de ter­roir, un bel es­pace vins et spi­ri­tueux mais aus­si une épi­ce­rie ré­gio­nale à des prix at­trac­tifs. Pour vos ca­deaux, nous com­po­sons des pa­niers gar­nis toute l’an­née, à votre goût et pour tous les bud­gets. Des pro­duits ar­ti­sa­naux et des marques re­con­nues, comme les si­rops Bi­gal­let, les pas­tilles de Vi­chy, les cho­co­lats Mon­ba­na, la len­tille verte du Puy AOP, l’eau de Cha­tel­don, du jam­bon sec d’au­vergne... Dé­gus­ta­tion de nos sau­cis­sons toute l’an­née. Ou­verts du lun­di au sa­me­di de 9 h à 12 h 30 et de 14 h à 19 h.

Fon­da­teur et pré­sident du Groupe Mer­cure, lea­der fran­çais de l’im­mo­bi­lier an­cien de ca­rac­tère, Pierre Chas­saigne est un amou­reux fou des vieilles pierres et de leur his­toire. Une bonne rai­son pour ap­pe­ler à leur sau­ve­garde. « Nous avons un pa­tri­moine ex­cep­tion­nel en France, avec plus de 40.000 châ­teaux, dont les deux tiers sont pri­vés. Si nous sommes le pays le plus vi­si­té, ce n’est pas un ha­sard », aime à rap­pe­ler Pierre Chas­saigne, né à Chamalières (Puy-de-dôme). Évo­quant l’au­vergne à la­quelle il est très at­ta­ché, il es­time qu’« il faut se battre pour que tous ces vil­lages, où d’an­ciennes mai­sons de cen­tre­bourg tombent en ruines, re­prennent vie ». Pour ce pas­sion­né, « le pa­tri­moine de cen­tre­bourg doit ab­so­lu­ment être sau­vé, alors qu’on voit sor­tir de terre des pa­villons qui n’au­ront pas la même du­rée de vie, ni le même charme ». Com­ment faire ?

Plus de 50 châ­teaux à vendre dans la ré­gion

Pierre Chas­saigne a son idée : « Il fau­drait dé­ployer tout un ar­se­nal ju­ri­dique et fiscal, des règles d’ur­ba­nisme, le dé­ploie­ment de sub­ven­tions, pour sau­ve­gar­der ces mai­sons de vil­lage qui font le charme et la ty­pi­ci­té de nos cam­pagnes ». « Je lance un ap­pel pour que les gens des villes viennent re­peu­pler nos jo­lis vil­lages qui se meurent. On y trouve de belles de­meures pour le prix d’un stu­dio à Pa­ris », dé­clare Pierre Chas­saigne. « Aux maires d’en fa­ci­li­ter la res­tau­ra­tion plu­tôt que d’ac­cor­der des per­mis de construire à tort et à tra­vers ». Sur 700 châ­teaux et de­meures his­to­riques en Au­vergne, une cin­quan­taine sont en vente. De toutes tailles et de tous styles ar­chi­tec­tu­raux. « Les nou­velles tech­no­lo­gies, le dé­ploie­ment du très haut dé­bit sont une chance for­mi­dable pour ten­ter d’at­ti­rer des ac­tifs », es­time Pierre Chas­saigne, dont le groupe a ac­tuel­le­ment en por­te­feuille trente châ­teaux. De ce­lui d’arconsat (Puy-de-dôme), avec ses 1.000 mètres car­rés ha­bi­tables, à 99.000 eu­ros, à ce­lui de Né­ronde-sur-dore, mis en vente à 1,470 mil­lion d’eu­ros, en pas­sant par l’im­po­sant châ­teau XVE siècle de Vebret et son don­jon, dans le Can­tal, à 1,390 mil­lion d’eu­ros. Après une « chute des prix de 30 à 40 % de­puis 2012 », le mar­ché re­prend « len­te­ment », se­lon Pierre Chas­saigne. « Il y a une nette re­prise », confirme Pierre Chan­gar­nier, de Pierre Chan­gra­nier Im­mo­bi­lier, « au-des­sus du mil­lion d’eu­ros, le mar­ché est blo­qué. Ce qui se vend sans peine, ce sont les biens entre 300.000 et 600.000 eu­ros ». « Entre 500.000 et 800.000 eu­ros, les biens sans nui­sance, fa­ciles d’ac­cès, as­sez proches des com­mo­di­tés se vendent », ob­serve Pierre Chas­saigne. La clien­tèle est avant tout pa­ri­sienne, avec des ache­teurs qui ont des at­taches dans la ré­gion. Mais on voit aus­si re­ve­nir des étran­gers d’eu­rope du Nord, des Al­le­mands, Suisses, Belges, Hol­lan­dais, Nor­vé­giens, à la re­cherche de biens plu­tôt en bon état et si pos­sible meu­blés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.