— Livres —

Massif Central Patrimoine - - Actualités -

Au­teur de poé­sie et de nou­velles, ob­ser­va­teur du quo­ti­dien qu’il re­trans­crit dans ses his­toires, Thier­ry Bar­dot confirme avec brio ses ta­lents d’écri­vain dans son cin­quième roman. Ca­pu­cine, dont le père, homme peu fré­quen­table, est pro­prié­taire d’un flo­ris­sant do­maine, a les jeunes hommes à ses pieds. Il a dû congé­dier le der­nier pré­ten­dant en date, Maïeul, un bi­blio­thé­caire trop pas­sion­né par sa fille. Ca­pu­cine en pro­fite pour s’en­vo­ler au bras d’agnel au sein d’une com­mu­nau­té aux moeurs dou­teuses qui fi­nit par la re­te­nir de force. Après la dé­con­ve­nue et l’abat­te­ment, le temps est ve­nu pour le père et les deux autres cour­ti­sans de vo­ler à son se­cours... • La Fille aux chi­mères, De Bo­rée, 336 pages, 19 e

Roman LA GUERRE DU CÔ­TÉ DES FEMMES

Née au Puy-en-ve­lay, Flo­rence Roche a ga­gné ses lettres de no­blesse dans l’art du por­trait et de l’aven­ture his­to­rique. Dans son trei­zième opus, La terre des Fal­gères, elle nous conduit en­core avec pas­sion dans les pas de per­son­nages bien trem­pés. Ori­gi­na­li­té en ces temps de com­mé­mo­ra­tion de la Pre­mière guerre mon­diale, c’est à la suite de femmes d’ex­cep­tion qu’elle nous em­mène. Deux hé­ri­tières qui, cha­cune avec leurs forces et leurs fai­blesses, en­tendent por­ter à bout de bras les em­pires chers à leur coeur. Tan­dis que leurs hommes partent se battre sur les fronts de Ver­dun ou de la Marne, elles construisent, à force de cou­rage et d’am­bi­tion, de vé­ri­tables em­pires... • La terre des Fal­gères, Cal­mann-lé­vy, 347 pages, 19,50 e

Thril­ler

Dans son thril­ler à haute te­neur au­ver­gnate, la Can­ta­lienne Syl­vie Ba­ron joue sans am­bages sur trois re­gistres. Entre Can­tal et Puy-de-dôme, elle suit les pas d’un api­cul­teur « ré­frac­taire » confron­té, comme si un mal­heur ne pou­vait ar­ri­ver seul, au meurtre de l’épouse dont il vit sé­pa­ré, aux soup­çons d’un po­li­cier en quête de vé­ri­té, à la ré­volte de ses deux en­fants qu’il n’a pas vus de­puis huit ans. Alors, crime cra­pu­leux ou pas ? Comme dans ses autres ou­vrages, l’au­teure garde le sus­pense en­tier et grandes ou­vertes cer­taines ques­tions ; celles des liens qui nous unissent et des lieux qui nous at­tachent...

• Les Ru­chers de la co­lère,

Cal­mann-lé­vy, 310 pages, 18,90 e

Roman DES MAL­HEURS ET DES SE­CRETS

Mar­qué par ses lec­tures des écri­vains na­tu­ra­listes, Jean-louis Des­forges est un fin connais­seur de la condi­tion hu­maine. Il se dis­tingue par un at­ta­che­ment aux va­leurs hu­ma­nistes et à la terre. Dans son troi­sième roman, il té­moigne d’une rare maî­trise de l’art ro­ma­nesque. En fuite de­puis qu’elle s’est sé­pa­rée de son fian­cé, Léa erre de vil­lage en vil­lage. Elle est ac­cueillie à la Ferme des So­li­tudes par l’énig­ma­tique Ca­the­rine qui se mor­fond dans son amour pour son beau héros, Es­prit Rochebrune, ja­mais re­ve­nu du front. Un soir de bal, elles ren­contrent des bû­che­rons. Réus­si­ront-ils à don­ner un re­nou­veau à la vie des deux fermières ? • De Bo­rée, 288 pages, 21 e

La Ferme des So­li­tudes, Roman DEUX OR­PHE­LINS EN QUÊTE D’AMOUR

L’his­toire se dé­roule en 1932 entre Dor­dogne et Puy Ma­ry, dans le pays de Salers. En plus de leurs fils, les Sa­pierce élèvent Line, 14 ans, une nièce re­cueillie à la mort de ses pa­rents dans un ac­ci­dent de bat­tage. Dans la ferme voi­sine, les Mar­te­loup ont adop­té Do­na­tien, un en­fant de l’as­sis­tance pu­blique. Entre les jeunes, la com­pli­ci­té en­fan­tine évo­lue vers une ami­tié plus tendre... Sous la plume tou­jours juste et sen­sible d’antonin Mal­roux, l’his­toire de ces deux or­phe­lins, en quête d’amour et d’une di­gni­té fa­rouche, est tout sim­ple­ment bou­le­ver­sante. • Les prés re­fleu­ri­ront, Cal­mann-lé­vy, 288 pages, 19 e

Es­sai

Pierre Cros, écri­vain d’ori­gine can­ta­lienne qui avait connu le suc­cès avec son roman La Pla­nèze du vent fou, a tra­vaillé sur une bi­blio­gra­phie im­por­tante pour un ou­vrage étu­diant, point par point, les ori­gines cel­tiques et an­tiques des vierges noires du Mas­sif cen­tral et la tra­di­tion éso­té­rique et al­chi­miste de leur culte. L’ou­vrage est illus­tré de nom­breuses pho­tos mon­trant cet hé­ri­tage pa­tri­mo­nial que l’on ren­contre tou­jours dans les églises de nos ré­gions. Dans cet es­sai, Pierre Cros, a ten­té de dé­mys­ti­fier ces « Vierges noires » qui ont tra­ver­sé les siècles en étant vé­né­rées par des pé­le­rins ve­nus de par­tout. • « Vierges noires » , Edi­tions de la Vey­ti­zou , 332 pages, 20,50 e

Té­moi­gnage UN DES­TIN D’API­CUL­TEUR

Api­cul­teur en Haute-loire, Fran­çois Ta­vaillot a un frère, Pierre-hen­ri, maître de confé­rences en phi­lo­so­phie à l’uni­ver­si­té Pa­risSor­bonne. En­semble, ils ont ré­flé­chi à l’abeille, sa vie, son ave­nir, son his­toire. Ils en ont ti­ré un livre sous-ti­tré Éton­nant voyage dans la ruche des sages. Car au­cun ani­mal n’a da­van­tage fas­ci­né les hommes. Les pen­seurs de toutes les époques et de toutes les ci­vi­li­sa­tions ont cher­ché dans la ruche les se­crets de la na­ture et les mys­tères de la culture, comme si elle était le mi­roir idéal de l’hu­ma­ni­té et le ba­ro­mètre de son des­tin. Ques­tion qui prend un autre sens au­jourd’hui où les me­naces de sa dis­pa­ri­tion pas­sionnent le pu­blic. •

L’abeille (et le) phi­lo­sophe,

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.