IL A CRA­CHÉ CE QU’IL A DANS LE VENTRE

Ra­dio­gra­phies Ja­mais on n’avait fait une telle chose à un vol­can ! Le puy de Dôme a pu être ra­dio­gra­phié et to­mo­gra­phié... On connaît dé­sor­mais ses en­trailles.

Massif Central Patrimoine - - Dossier / Volcans -

Entre 2011 et 2015, les cher­cheurs réunis par le pro­jet To­mu­vol ont fait pas­ser une sorte d’énorme ra­dio­gra­phie au puy de Dôme. Puis ils y ont dé­rou­lé des ki­lo­mètres de câbles élec­triques. Ils l’ont aus­cul­té en étu­diant son ma­gné­tisme et la den­si­té de ses en­trailles (voir ci-contre). Bref, on sait dé­sor­mais ce que l’em­blé­ma­tique édi­fice a dans le ventre !

Le puy de Dôme est un tri­cheur

L’es­sen­tiel est dans la thèse d’an­gé­lie Por­tal réa­li­sée au La­bo­ra­toire mag­mas et vol­cans(*). De­vant les images en cou­leur qui per­mettent de dé­cryp­ter l’his­toire et la struc­ture du vol­can à l’échelle du dé­ca­mètre, Phi­lippe La­ba­zuy, di­rec­teur ad­joint de l’ob­ser­va­toire de phy­sique du globe de Cler­mont (OPGC), dé­crypte ce qui n’était pas per­cep­tible à l’oeil nu. Le puy de Dôme a beau his­ser crâ­ne­ment son som­met à 1.464 mètres d’al­ti­tude, on sait dé­sor­mais qu’il y est par­ve­nu en s’ap­puyant sur un en­semble d’autres évé­ne­ments vol­ca­niques (voir sché­ma ci-des­sous). « C’est l’une des choses les plus mar­quantes... On voit qu’il s’est mis en place sur au moins trois autres cônes strom­bo­liens plus an­ciens, qui ont été par­tiel­le­ment ou to­ta­le­ment oc­cul­tés par le puy de Dôme. » Il s’est édi­fié sur le puy de La­croix (ex-re­don, vers le col de Ceys­sat), sur le Pe­tit puy de Dôme et sur le cône de Cor­ne­boeuf (presque to­ta­le­ment oc­cul­té, sous le ver­sant ouest).

Au­tour d’un conduit mas­qué des laves in­vi­sibles

:

Ces ex­plo­ra­tions ré­centes et in­édites ont dé­mon­tré l’exis­tence du conduit cen­tral d’ali­men­ta­tion que l’on soup­çon­nait au coeur du vol­can. C’était as­sez lo­gique. Ce qui est plus sur­pre­nant, c’est la mise en évi­dence d’autres for­ma­tions mag­ma­tiques. Elles semblent s’être mises en place dans plu­sieurs di­rec­tions, dans le sec­teur du puy de Dôme, sans af­fleu­rer à l’air libre, mais en dé­for­mant le ter­rain à la sur­face. Elles ex­pli­que­raient no­tam­ment les étranges bour­sou­flures du Pe­tit puy de Dôme.

Ac­ti­vi­té hy­dro­ther­male au som­met

Ces nou­velles images mettent en­fin en évi­dence une ac­ti­vi­té hy­dro­ther­male in­tense dans la zone som­mi­tale, avec des roches dont la dé­gra­da­tion té­moigne d’une cir­cu­la­tion de gaz et de fluides du­rant l’ac­ti­vi­té du vol­can. (*) Étude géo­phy­sique de la struc­ture in­terne d’un dôme vol­ca­nique, Lmv-uni­ver­si­té Blaise-pas­cal, dé­cembre 2015.

Le LMV de­vait à la fois va­li­der la mé­thode et com­plé­ter l’ana­lyse du vol­can de­ve­nu un vé­ri­table la­bo­ra­toire ex­pé­ri­men­tal. Em­me­née par Phi­lippe La­ba­zuy et An­gé­lie Por­tal, l’équipe a réa­li­sé une « to­mo­gra­phie des ré­sis­ti­vi­tés ma­gné­tiques » du sous-sol, dou­blée de re­le­vés d’ano­ma­lies ma­gné­tiques (voir gra­phique ci-des­sous). L’opé­ra­tion a per­mis de po­si­tion­ner dif­fé­rentes masses cor­res­pon­dant à l’ac­ti­vi­té pas­sée du vol­can. Les géo­logues ont dû dé­rou­ler 16 bo­bines de câbles qui ont tra­ver­sé le vol­can de part en part, sur plus de 2 km pour la plus longue. Le tout ache­mi­né à dos de cher­cheurs de­puis le col de Ceys­sat jus­qu’au Pe­tit puy de Dôme en pas­sant par le som­met ! En­fin, 1.350 points de re­le­vés gra­vi­mé­triques (l’in­ten­si­té du champ de pe­san­teur étant pon­dé­rée dif­fé­rem­ment par les masses vol­ca­niques dif­fé­rentes) ont été car­to­gra­phiés. 3. De­main ? Les pre­miers ré­sul­tats de l’ex­pé- rience To­mu­vol ont dé­jà été pré­sen­tés dans sept confé­rences in­ter­na­tio­nales. En 2017, le dis­po­si­tif pour­rait être dé­ployé pour la pre­mière fois sur un vol­can ac­tif, au Strom­bo­li.

(*) La­bo­ra­toire de phy­sique cor­pus­cu­laire, La­bo­ra­toire mag­mas et vol­cans, Ob­ser­va­toire de phy­sique du globe de Cler­mont, Ins­ti­tut de phy­sique nu­cléaire de l’uni­ver­si­té Claude-ber­nard.

Le puy de Dôme s’est mis en place sur au moins trois autres cônes strom­bo­liens.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.