CÔ­TÉ VIN

Par­mi les plus an­ciennes de France, cette ap­pel­la­tion du Sud-ouest donne des vins blancs secs aro­ma­tiques et élé­gants.

Maxi Cuisine - - Toutes vos recettes de mai -

Le gaillac blanc

Si­tuée en Mi­di-py­ré­nées, entre Tou­louse et Al­bi, la ville de Gaillac est au coeur du vi­gnoble de 3 300 hec­tares qui porte son nom, sur les ter­rasses des deux rives du Tarn, et re­con­nu comme Ap­pel­la­tion d’ori­gine de­puis 1938. Re­pré­sen­tant 30 % de la pro­duc­tion vi­ni­cole, le vin blanc est tra­vaillé par une cen­taine de pro­duc­teurs et deux caves co­opé­ra­tives. Les co­teaux ar­gi­lo-cal­caires des rives du Tarn donnent des blancs souples et élé­gants. Au nord, le pla­teau cor­dais, riche en cal­caire, offre des blancs aux arômes flo­raux. Les cé­pages sont les mau­zac, loin de l’oeil* et mus­ca­delle, avec par­fois une touche de sau­vi­gnon, qui, com­bi­nés, ap­portent à ce vin sa vi­va­ci­té, sa fi­nesse et sa com­plexi­té.

Le bon choix

Le gaillac se boit jeune, de un à trois ans après son éla­bo­ra­tion. Il ne gagne rien à at­tendre.

Les bons ac­cords

As­so­ciez le gaillac blanc à une cui­sine du terroir comme les tar­te­lettes al­bi­geoises au jam­bon, fi­let de truite au riz, jam­bon chaud, sa­lade vi­gne­ronne aux poires confites, ma­gret fu­mé en sa­lade. Et aus­si avec huîtres crues ou cui­si­nées, gam­bas sau­tées, pois­sons grillés aux pâtes fraîches. Éga­le­ment avec pou­let à la crème, fi­let mi­gnon de veau aux mo­rilles, ca­be­cou, sor­bet ou gâ­teaux aux fruits.

La bonne tem­pé­ra­ture.

Le gaillac blanc sec se sert entre 8 °C, par temps chaud quand la tem­pé­ra­ture monte vite dans le verre, et 11 à 12 °C, en hi­ver. Trop froid, les arômes sont blo­qués, la sa­veur anes­thé­siée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.