Fiche pra­tique : l’eau, une al­liée pour éli­mi­ner

Par­mi les eaux pro­po­sées dans le com­merce, cer­taines contiennent des mi­né­raux qui agissent sur le tran­sit et fa­ci­litent l’éli­mi­na­tion. Voi­ci comment les re­con­naître.

Maxi Hors-série Santé - - SOMMAIRE -

Elle est es­sen­tielle à l’or­ga­nisme. C’est grâce à elle que toutes les « fonc­tions » du corps s’ac­tivent : di­ges­tion, tran­sit, dé­toxi ca­tion (par les or­ganes émonc­toires que sont les reins, le foie et les in­tes­tins), mé­moire, pro­duc­tion de masse mus­cu­laire… mais aus­si en­tre­tien et pro­tec­tion des os, des dents ou de la vue ! Pour ce­la, vous trou­ve­rez dans le com­merce des eaux mi­né­rales avec dif­fé­rentes te­neurs en oli­go­élé­ments : ma­gné­sium, so­dium, phos­phore, cal­cium… Cer­taines se­ront plus in­di­quées pour une cor­recte éli­mi­na­tion des dé­chets, alors que d’autres fe­ront tra­vailler plus ef ca­ce­ment d’autres or­ganes ou pro­té­ge­ront les os, par exemple.

Si les éti­quettes af­fichent par­fois les bien­faits de chaque eau, ce n’est pas tou­jours le cas. Ap­pre­nez donc à iden­ti­fier les mi­né­raux et leur taux pour faire le bon choix. En ma­tière de di­ges­tion, ma­gné­sium, so­dium et les eaux fai­ble­ment mi­né­ra­li­sées sont à pri­vi­lé­gier.

Les riches en so­dium POUR L’HY­DRA­TA­TION

• Les re­con­naître. Taux à par­tir de 360 mg/l.

• Leur rôle. Elles main­tiennent l’équi­libre hy­drique du corps, fa­ci­litent la di­ges­tion et ré­duisent les contrac­tures mus­cu­laires, à l’ori­gine des crampes. •

Les li­mites. Elles ne doivent pas être consom­mées dans le cadre d’un ré­gime sans sel, en cas d’hy­per­ten­sion ar­té­rielle, d’in­suf sance ré­nale ou d’hy­po­ten­sion. • Les ga­zeuses. Ba­doit, St-Yorre, Vi­chy Cé­les­tins.

Les fai­ble­ment mi­né­ra­li­sés POUR LES REINS • Les re­con­naître. Re­pé­rez sur l’éti­quette la men­tion « Ré­si­dus secs à 180 °C ». Moins ils sont éle­vés, moins l’eau est mi­né­ra­li­sée : 500 mg/l pour une eau fai­ble­ment mi­né­ra­li­sée, moins de 50 mg/l pour une eau très fai­ble­ment mi­né­ra­li­sée.

Leur rôle. Fa­ci­li­ter le tra­vail dé­pu­ra­tif des reins.

• Les plates. Mont Rou­cous, Evian.

Les riches en ma­gné­sium POUR LA FORME ET LA DI­GES­TION

• Les re­con­naître. Taux à par­tir de 56 mg/l.

• Leur rôle. Elles ré­duisent la fa­tigue et la fai­blesse mus­cu­laire, maî­trisent les sé­cré­tions d’hor­mones res­pon­sables du stress et apaisent. En n, elles ré­gulent les désordres di­ges­tifs, comme la consti­pa­tion.

Les li­mites. Une consom­ma­tion ex­ces­sive peut avoir un ef­fet laxa­tif im­por­tant.

Les plates. Hé­par, Ro­za­na, Con­trex, Cour­mayeur.

• Les ga­zeuses. Ba­doit, Qué­zac.

Et aus­si… Les pauvres en so­dium POUR LE COEUR • Les re­con­naître. Taux in­fé­rieur à 20 mg/l.

• Leur rôle. Elles ré­gulent l’hy­per­ten­sion et sont adap­tées aux ré­gimes sans sel.

Les mi­né­rales plates. Vit­tel, Evian, Cour­mayeur, Con­trex, Vol­vic, Hé­par.

Les mi­né­rales ga­zeuses. La Sal­ve­tat, Per­rier.

• Les eaux de source. Cris­ta­line, Nest­lé Aqua­rel.

Les riches en cal­cium POUR LES OS

• Les re­con­naître. Taux à par­tir de 120 mg/l.

Leur rôle. Un ap­port com­plé­men­taire en cal­cium pour for­ti er les dents et les os, en lut­tant contre l’os­téo­po­rose, et une meilleure coa­gu­la­tion san­guine.

Les li­mites. Elles sont dé­con­seillées aux per­sonnes souf­frant de cal­culs ré­naux.

Les plates. Hé­par, Con­trex, Vit­tel, Cour­mayeur, Watt­willer, Saint Amand.

Les ga­zeuses. Sal­ve­tat, San Pel­le­gri­no, Per­rier, Taille ne, Qué­zac (éga­le­ment riche en uor)

Si vous le pou­vez, es­sayez de va­rier les eaux pour pro ter des oli­go­élé­ments ap­por­tés par cha­cune.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.