DROIT ZOOM Bien choi­sir une com­plé­men­taire san­té se­nior

Des­ti­née à com­plé­ter les rem­bour­se­ments de la Sé­cu­ri­té so­ciale, l’as­su­rance com­plé­men­taire est d’au­tant plus utile en avan­çant en âge. Laurent Bou­lan­geat, pré­sident ad­joint d’Agéa*, nous ex­plique com­ment la choi­sir.

Maxi - - C’est dans votre Maxi - Par Ma­rie-Pas­cale Mon­ti­gny * Agent gé­né­ral d’as­su­rances, agea.fr.

Y a-t-il un âge mi­ni­mum pour les com­plé­men­taires se­niors ? En prin­cipe, cette ap­pel­la­tion est uti­li­sée

pour les contrats spé­ci­fiques des re­trai­tés. Tou­te­fois, bien des com­plé­men­taires san­té ne prennent pas en compte le fait que la per­sonne soit en ac­ti­vi­té pro­fes­sion­nelle ou re­trai­tée, mais seule­ment son âge. Le ta­rif va­rie alors se­lon qu’elle a 50, 55, 60 ans ou plus.

Peut-on gar­der celle de l’en­tre­prise quand on part à la re­traite ? Toute per­sonne qui part à la re­traite peut dé­ci­der de

conser­ver la com­plé­men­taire dont elle bé­né­fi­ciait dans son en­tre­prise. Il faut aver­tir six mois avant le dé­part l’or­ga­nisme as­su­reur, qui ne peut pas re­fu­ser.

Le contrat de­vien­dra in­di­vi­duel

et com­por­te­ra les mêmes ga­ran­ties (soins cou­verts et base de rem­bour­se­ment) que celles du contrat col­lec­tif pour l’en­tre­prise. Il est es­sen­tiel que le fu­tur re­trai­té vé­ri­fie que ces ga­ran­ties cor­res­pondent à ses be­soins.

Le re­trai­té paie­ra-t-il la même somme ? Non, parce que tant qu’il était sa­la­rié,

la moi­tié de sa co­ti­sa­tion d’as­su­rance san­té, au moins, était prise en charge par son em­ployeur. Ain­si, pour une co­ti­sa­tion de 100 eu­ros, l’em­ployeur et le sa­la­rié payaient 50 eu­ros cha­cun.

Après son dé­part de l’en­tre­prise,

le re­trai­té paye­ra la co­ti­sa­tion en in­té­gra­li­té, soit 100 eu­ros dans l’exemple. À avoir à l’es­prit au mo­ment de faire le choix de conser­ver ou non la com­plé­men­taire san­té de l’en­tre­prise !

La co­ti­sa­tion peu­telle aug­men­ter ? Oui, mais de fa­çon li­mi­tée.

Pour amé­lio­rer la si­tua­tion des se­niors, une nou­velle loi est en ap­pli- ca­tion de­puis le 1er juillet. Jus­qu’alors, un sa­la­rié qui par­tait à la re­traite en conser­vant la com­plé­men­taire de l’en­tre­prise pou­vait voir la co­ti­sa­tion ma­jo­rée de 50 % du jour au len­de­main ! Et ain­si at­teindre 150 eu­ros dans l’exemple ci-des­sus.

Do­ré­na­vant, au cours de la 1re an­née

qui suit la date de dé­part à la re­traite, le mon­tant de la co­ti­sa­tion reste in­chan­gé. En­suite, il peut aug­men­ter de tout au plus 25 % la 2e an­née, et de 50 % la 3e an­née. Pour les an­nées sui­vantes, au­cune dis­po­si­tion lé­gale n’est pré­vue : la co­ti­sa­tion de­vrait donc être li­bre­ment fixée par les or­ga­nismes d’as­su­rance…

Quelles ga­ran­ties faut-il vé­ri­fier? Celles adap­tées à votre état de san­té !

Avant de sous­crire une com­plé­men­taire à titre in­di­vi­duel, il est es­sen­tiel de vé­ri­fier les prises en charge du den­taire, de l’op­tique et de l’hos­pi­ta­li­sa­tion (dé­pas­se­ments d’ho­no­raire et chambre par­ti­cu­lière en cli­nique pri­vée). Pensez éga­le­ment que les be­soins peuvent évo­luer avec l’âge. Il est conseillé de faire une pro­jec­tion sur l’ave­nir (soins den­taires, in­ter­ven­tion chi­rur­gi­cale…) pour choi­sir les ga­ran­ties. D’au­tant que cer­tains contrats ne peuvent plus être sous­crits à par­tir de 70 ans. Si le contrat qui avait été choi­si ne convient pas aux be­soins, il se­ra dif­fi­cile d’en sous­crire un autre après cet âge.

Les pièges à évi­ter ? De nom­breuses com­plé­men­taires san­té

pré­voient une aug­men­ta­tion du ta­rif avec l’âge de l’as­su­ré, et peuvent ra­pi­de­ment de­ve­nir oné­reuses. À évi­ter quand on est se­nior !

Com­ment com­pa­rer des contrats ? En re­gar­dant les rem­bour­se­ments pro­po­sés.

Ils sont gé­né­ra­le­ment « y com­pris » ceux de la Sé­cu­ri­té so­ciale. Tou­te­fois, dans cer­tains contrats, il ar­rive qu’ils soient « en com­plé­ment » de ceux de la Sé­cu. Une grande dif­fé­rence à vé­ri­fier ! Par exemple, pour une consul­ta­tion chez un spé­cia­liste : la base de rem­bour­se­ment de la Sé­cu­ri­té so­ciale est de 25 eu­ros, sur la­quelle 70 % sont rem­bour­sés, soit 17,50 eu­ros. Si la com­plé­men­taire in­dique qu’elle rem­bourse jus­qu’à 40 eu­ros « y com­pris » les rem­bour­se­ments de la Sé­cu, l’as­su­ré per­ce­vra de sa com­plé­men­taire 22 eu­ros (39,50 - 17,50). Si elle rem­bourse « en com­plé­ment » de la Sé­cu, l’as­su­ré pour­ra re­ce­voir jus­qu’à 58 eu­ros (soit 17,50 + 40,50).

Les rem­bour­se­ments peuvent donc va­rier du simple au double,

ce qui est loin d’être né­gli­geable, sur­tout lorsque l’on consulte plus fré­quem­ment en avan­çant en âge.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.