Pa­role d’ex­pert

Maxi - - Psycho - Pa­tri­cia De­la­haie, psy­cho­so­cio­logue et coach de vie*

Pour­quoi la re­la­tion mère-fille est-elle par­fois si com­pli­quée ?

Parce que les mots de l’une et de l’autre ont une ré­so­nance mille fois plus forte que s’ils ve­naient de quel­qu’un d’autre. Le rôle d’une mère est d’ai­der sa fille à de­ve­nir elle-même, à s’épa­nouir. Un po­si­tion­ne­ment que cer­taines mères, sou­vent du fait de leur propre his­toire, n’ar­rivent pas à trou­ver.

Est-ce plus fa­cile une fois l’en­fant adulte ?

Oui, parce qu’une fois adulte et mère, on com­prend que sa propre mère a pu faire des er­reurs, comme on en fe­ra aus­si. On prend du re­cul.

Com­ment par­ve­nir à l’apai­se­ment ?

Il faut com­prendre où est le pro­blème, dé­ter­mi­ner ce que l’on at­tend de l’autre et faire le deuil d’une re­la­tion idéale. Puis, es­sayer de se rap­pro­cher au­tre­ment. La ques­tion à se po­ser est : « Quand est-ce que l’on s’en­tend bien ? » Si c’est au ci­né­ma, sans trop par­ler, ou juste deux heures une fois par mois, c’est tou­jours bon à prendre. * Au­teure de La Re­la­tion mère-fille, édi­tions Le­duc.s.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.