C’est

Maximoto - - MOTO DU MOIS -

un fait, cer­taines mo­tos marquent l’his­toire de notre passion. Chez Du­ca­ti, les fortes têtes du clan Mons­ter sont de cette na­ture. In­tro­duite au dé­but des an­nées 90, la li­gnée n’a eu de cesse de conver­tir un large public. Des ver­sions dou­blées de nom­breuses cy­lin­drées ont, au fur et à me­sure, ali­men­té le monstre. Une seule chose, ma­jeure s’il en est, est de­meu­rée qua­si­ment iden­tique aux ori­gines : son de­si­gn. En ef­fet, au­cune de ces mul­tiples ma­chines ne s’est fon­ciè­re­ment éloi­gnée de la pre­mière réa­li­sa­tion orchestrée par le de­si­gner ar­gen­tin Mi­guel An­gel Gal­luz­zi, père de la fa­meuse Mos­tro 900. L’homme est éga­le­ment le gé­ni­teur des plus ré­centes Apri­lia RSV4 et Moto Guz­zi Ca­li­for­nia 1400. À l’image d’un rep­tile qui mue, la Mos­tro de­ve­nue Mons­ter a chan­gé de peau pour s’adap­ter, gran­dir. On re­con­naît cette sil­houette fa­mi­lière, iden­ti­fiable au pre­mier coup d’oeil, qui évo­lue par touches sen­sibles et sub­tiles. Pour­tant, dans une vo­lon­té d’ap­por­ter du dy­na­misme à l’en­semble, les stan­dards et autres codes ont évo­lué. Dé­ter­mi­nés à res­pec­ter la tra­di­tion, les in­gé­nieurs ita­liens conservent au treillis tu­bu­laire toute sa pré­do­mi­nance. La­quelle rime op­por­tu­né­ment avec ap­pa­rences. Si l’as­pect du cadre de­meure, la Mons­ter 821, comme la 1200, font dé­sor­mais de leur twin un élé­ment por­teur. L’école de la Panigale tient là ses pre­miers élèves…

Tra­di­tio­na­lisme

L’élé­gance est le maître mot quand il s’agit de dé­fi­nir la Mons­ter. Tant qu’à faire ani­male, la tu­bu­lure d’échap­pe­ment di­vague et ser­pente à flanc de bi­cy­lindre. Le soin ap­por­té à la réa­li­sa­tion en­fonce le clou. Les pla­tines re­pose-pied en sont un exemple. Pour au­tant, tout n’est pas rose. Cer­tains caches plas­tiques peu gra­cieux, ou bien en­core le double si­len­cieux aux sor­ties sia­moises, baissent le stan­ding de l’Ita­lienne. La ju­melle de la 1200 n’hé­rite pas de son pe­tit sa­bot mo­teur. Il donne un des­sin plus abou­ti à la moto. Mais là, il n’y a pas de ra­dia­teur d’huile à pro­té­ger. L’ins­tru­men­ta­tion TFT en cou­leurs de la Mons­ter 1200 dis­pa­raît éga­le­ment pour un écran LCD à fond blanc. Tou­te­fois, cette dé­cep­tion est ra­pi­de­ment at­té­nuée car la li­si­bi­li­té de la planche de bord, mal­gré un for­mat com­pact et mi­ni­ma­liste, s’avère meilleure. L’or­di­na­teur de bord dis­pose de nom­breuses in­for­ma­tions. La­ti­ni­té oblige, on s’étonne tout de même de l’ab­sence d’un in­di­ca­teur de rap­port en­ga­gé et d’une jauge de car­bu­rant alors qu’un chro­no em­bar­qué trouve sa place sur le dis­po­si­tif. Un choix quelque peu dé­rou­tant pour une ma­chine dont le ter­rain de jeu fa­vo­ri est plus orien­té vers le ré­seau rou­tier que la piste… La po­si­tion de conduite se veut beau­coup moins ca­ri­ca­tu­rale que sur les an­ciens mo­dèles. No­tam­ment grâce à un gui­don re­haus­sé et re­cu­lé de 40 mm par rap­port à ce­lui de la 796. Néan­moins, le pi­lote n’échappe pas au large cintre et à une al­lure ty­pique sur ces Du­ca­ti. Le buste du conduc­teur reste donc bas­cu­lé vers l’avant. Et si l’ap­pui sur les poi­gnets est certes moins pro­non­cé, il de­meure fa­ti­guant à la longue. D’ailleurs, les vi­bra­tions res­sen­ties dans le gui­don en­gour­dissent les mains pas­sées un cer­tain temps. Dans le dé­tail, Du­ca­ti in­nove en pro­po­sant comme sur la 1 200 une selle ré­glable en hau­teur. En un clin d’oeil, l’as­sise passe de 785 mm à 810 mm.

Force en pré­sence

Les Ita­liens ont sou­hai­té rendre la 821 ac­ces­sible. Elle l’est dès les pre­miers tours de roue. La prise en main de la Mons­ter 821 étonne agréa­ble­ment alors qu’on déam­bule dans le centre his­to­rique de Bo­logne, fief du construc­teur. Ce­la n’a ja­mais été le point fort des ma­chines de la firme. Confor­ta­ble­ment as­sis, les jambes en­ser­rant le ré­ser­voir en mé­tal de 17,5 litres em­prun­té à la 1200, le pi­lote pro­fite de la ma­nia­bi­li­té of­ferte d’en­trée de jeu par cette moto. La Du­ca­ti s’em­mène avec ai­sance, presque in­tui­ti­ve­ment, à faible vi­tesse et fait preuve d’équi­libre. Le rayon de bra­quage est rai­son­nable, per­met­tant d’en­vi­sa­ger des ma­noeuvres plus libres. L’ac­cueil des com­mandes est au dia­pa­son de cette ai­sance : seul le le­vier droit est ré­glable en écar­te­ment et un em­brayage à glis­se­ment li­mi­té com­man­dé par câble sont ef­fec­ti­ve­ment des

Par de sub­tils amé­na­ge­ments, la 821 met les pe­tits plats dans les grands afin

de mieux vous ac­cueillir

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.