Au­cun

Maximoto - - TECHNIQUE -

doute là-des­sus et quel que soit le do­maine : la taille, ça compte ! Re­gar­dez dans l’au­to­mo­bile, les gros SUV ne se sont ja­mais aussi bien ven­dus. Idem pour les té­lés, le moindre écran af­fiche au­jourd’hui un mètre de dia­go­nale, si ce n’est plus ; même chose pour les bur­gers tou­jours plus gros ou pour les seins de Na­billa. La ten­dance est au big­ger is bet­ter ! Dans la moto, c’est pa­reil : les grosses in­té­ressent, sé­duisent et in­ter­pellent par leur dé­me­sure. Avec elles, im­pos­sible de pas­ser in­aper­çu. Leurs di­men­sions de vais­seaux ami­raux de la route, en par­ti­cu­lier leur lar­geur, les placent au- des­sus du com­mun des mor­tels. Faut bien dire que de tels mo­nu­ments écrasent de leur sta­ture les mo­tos « nor­males » qui les en­tourent. Ici, l’ou­trance est plus qu’un cre­do, c’est un dogme, une pro­fes­sion de foi. D’ailleurs, nos cinq éner­gu­mènes par­tagent un pe­di­gree hors du com­mun et, par là même, un ca­rac­tère in­tem­po­rel qui les met à l’écart des fa­shion vic­tims. Au cu­mul, ce pla­teau en or mas­sif avance des chiffres qui font tour­ner la tête : 700 che­vaux dans le free world, 83,02 mkg, 8 693 cm3, 1 572 ki­los, 104 259 € !

Usines à gaz

Ces mo­tos n’ont qu’un seul mot d’ordre : trop, ce n’est ja­mais as­sez. In­so­lentes, elles em­barquent avec elles tout ce qui peut exis­ter d’ex­trême et 1974, Hon­da avait ou­vert la voie avec la pre­mière GL, sui­vie de la CBX1000 six-cy­lindres quatre ans plus tard. Ya­ma­ha avait en­suite pris le re­lais en 1984 en pré­sen­tant sa Vmax avec le suc­cès que l’on connaît. Mais au­jourd’hui, les vo­lumes ont car­ré­ment ex­plo­sé. Met­tez côte à côte les deux Vmax ou la F6C et la GL1000, et les « ma­mies » semblent bien ché­tives par rap­port aux nou­veaux mo­dèles do­pés aux hor­mones de crois­sance. Et c’est la même chose pour les Du­ca­ti Diavel, Har­leyDa­vid­son Sof­tail Breakout ou Triumph Ro­cket III Road­ster, ce sont des ex­tré­mistes, qui cha­cune dans leur re­gistre et avec des pres­ta­tions dif­fé­rentes re­pré­sentent une forme d’ab­so­lu. Toutes les cinq ont en point d’orgue un pou­voir de sé­duc­tion grand comme ça, qui re­pose avant tout sur l’émo­tion et les sen­sa­tions. Sui­vez-nous, on en a pris plein les bras.

Ces mo­tos ac­cé­lèrent comme Bud Spen­cer dis­tri­bue des baffes.

Sans temps mort !

Ce­la ne si­gni­fie en rien qu’elles soient faites sur le même moule. Bien au contraire, même… mais toutes re­ven­diquent un art de vivre as­so­ciant l’ex­cep­tion mé­ca­nique, l’exu­bé­rance, le luxe, une cer­taine idée du rock’n’roll et de la li­ber­té. Sans ou­blier la frime et le bling-bling, hein. Eh oui, on n’a rien sans rien… s’érigent en pour­fen­deuses de nos basses pré­oc­cu­pa­tions quo­ti­diennes : les ra­dars, le po­li­ti­que­ment cor­rect et la crise éco­no­mique. Tout ça, elles s’en lavent les jantes et filent un grand coup de pompe dans la four­mi­lière pour af­fir­mer leur sau­va­ge­rie mé­ca­nique. La ten­dance n’est pour­tant pas nou­velle : dé­jà, en

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.