Cas­tra­tion = pu­ni­tion

Maximoto - - TECHNIQUE -

Pour cette confron­ta­tion, nous avions au dé­part pen­sé à la Breakout ver­sion CVO. Vous sa­vez, celle réa­li­sée à la main par le ser­vice hot cou­ture de Mil­wau­kee : le Cus­tom Ve­hicle Ope­ra­tions. Ce cus­tom over­loo­ké ten­dance drag­ster semble tout droit sor­ti de l’ate­lier d’un pré­pa­ra­teur ca­li­for­nien avec ses garde-boue tron­qués, ses jantes tur­bines chro­mées, sa selle en vraie-fausse peau d’al­li­ga­tor, son filtre à air co­nique sur le cô­té, sa pein­ture réa­li­sée elle aussi by hand… Le pro­blème, c’est que l’en­gin est fac­tu­ré 29 500 € le mor­ceau. Soit au mi­ni­mum 7 000 € de plus que la plus chère des autres, à sa­voir la Vmax. Et de toute fa­çon, elle n’était pas dis­po­nible. Du coup, on s’est ra­bat­tus sur sa ver­sion des­ti­née au « grand public » – les guille­mets sont de ri­gueur car on parle quand même d’une ma­chine dont le prix de dé­part at­teint 20 590 € –, la Sof­tail Breakout. Cette der­nière re­prend l’es­sen­tiel des at­tri­buts de la ver­sion plus pres­ti­gieuse : ligne basse (1 040 mm) et longue (2 445 mm), énorme pneu de 240 mm, fourche large et ré­ser­voir goutte d’eau (19 litres). Su­per­be­ment fi­nie et pré­sen­tant une fa­bri­ca­tion sé­rieuse, elle ri­va­lise presque avec la Ya­ma­ha et la Hon­da, c’est dire. Com­pacte mal­gré sa lon­gueur dé­me­su­rée et basse comme un te­ckel sans patte, la ri­caine semble comme po­sée sur la route. À moins d’être com­plè­te­ment her­mé­tique à la chose H-D, dif­fi­cile de ne pas tom­ber sous le charme. Avouons ce­pen­dant que nous ne sommes pas fans de sa pein­ture paille­tée, fac­tu­rée 900 € en sup­plé­ment. Tech­ni­que­ment, comme tous les membres de la fa­mille Sof­tail, la Breakout pro­fite des deux amor­tis­seurs ho­ri­zon­taux dis­si­mu­lés der­rière le mo­teur. Ils donnent l’illu­sion d’un cadre hard tail, tout en pré­ser­vant une once de confort. On a bien dit « une once » tant leur dé­bat­te­ment ap­pa­raît mi­nime. En re­vanche, cette ver­sion aban­donne le sur­vi­ta­mi­né bloc de 1 802 cm3 ré­ser­vé à la fa­mille CVO pour le Twin-Cam 103 de 1 690 cm3. Dé­ve­lop­pant en­vi­ron 75 che­vaux pour un couple de 12,9 mkg, ses va­leurs ne lui per­mettent pas de ri­va­li­ser avec les bes­tiaux d’en face ; mais le plus pé­na­li­sant, c’est que même ques­tion good vibes, on reste sur notre faim. En ef­fet, le bi­cy­lindre n’est pas un monstre d’ex­pres­si­vi­té. La faute aux normes an­ti­bruit, an­ti­pol­lu­tion, an­ti­plai­sir, an­ti­mo­to, an­ti-tout, quoi ! Dans cette confi­gu­ra­tion street le­gal, le my­thique « po­ta­to po­ta­to » se montre bien trop dis­cret. C’est frus­trant, ra­geant même, sur­tout quand on connaît son po­ten­tiel avec un kit Screa­min’ Eagle Stage 1, par exemple. Con­so­lons-nous ce­pen­dant avec sa sou­plesse et sa do­ci­li­té qui lui per­mettent de re­prendre sur un fi­let de gaz dès les tré­fonds du comp­te­tours. Un bon point, car ça per­met de li­mi­ter au mi­ni­mum syn­di­cal l’uti­li­sa­tion d’une boîte de vi­tesses qui s’avère fi­dèle aux stan­dards de la mai­son, soit lente et rêche. Mais ça, ça fait par­tie du charme… À l’image éga­le­ment de la po­si­tion de conduite, qui laisse peu de place au com­pro­mis. Fesses ca­lées contre le re­bord de selle (au de­meu­rant confor­table), gui­don et re­pose-pieds aussi avan­cés l’un que l’autre, jambes écar­tées, l’équi­page évo­lue à ras du bi­tume dans une am­biance ty­pi­que­ment West Coast. C’est-à-dire que la Breakout pré­fère les longues lignes droites bien re­vê­tues que les épingles ser­rées et dé­fon­cées. D’ailleurs, sa garde au sol vous le rap­pelle ra­pi­de­ment avec un fes­ti­val d’étin­celles. Idem pour le frei­nage qui, mal­gré l’ABS, ren­voie à une autre époque. Ou­bliez le frein avant, avec un seul disque pour stop­per 322 ki­los en état de marche, il ne peut pas faire grand-chose. Le frein ar­rière se montre heureusement plus per­for­mant. Mais si pour vous toutes ces ca­rac­té­ris­tiques font par­tie in­té­grante de la per­son­na­li­té de cette Har­ley, la Breakout fe­ra de vous un homme heu­reux. Les autres n’ont qu’à al­ler voir ailleurs…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.