Force de la na­ture

Maximoto - - PANORAMA POWER CRUISERS -

Dans la cir­cu­la­tion, il est tout à fait pos­sible de suivre le mou­ve­ment en crui­sant entre 1 500 et 2 500 tr/min. Mais ne vous fiez pas à sa bon­ho­mie. En­rou­lez deux mil­li­mètres de câble sup­plé­men­taires et vous voi­là dans une autre ga­laxie, pro­pul­sé par les 22,5 mkg de couple dis­po­nibles. Un râle pro­fond s’échappe alors des deux énormes si­len­cieux d’échap­pe­ment et la Triumph bon­dit en avant en ef­fa­çant ses ki­los et en ser­vant un cocktail ex­trê­me­ment ad­dic­tif d’al­longe et de force. Bref, ce mo­teur to­ta­le­ment hors norme – il pèse 185 ki­los avec la boîte et l’em­brayage, dont 17 rien que pour le vi­lo ! – dé­voile toutes les qualités que l’on at­tend d’une telle mé­ca­nique : sou­plesse, puis­sance, onc­tuo­si­té, rage… Plus une : une bande-son qui vous dresse les poils ! Le Diavel et la Vmax s’avèrent peut-être plus per­for­mants et la F6C af­fiche un velouté ex­cep­tion­nel, mais les sen­sa­tions que dé­livre la Ro­cket sont vé­ri­ta­ble­ment in­com­pa­rables. Et il ne suf­fit que de quelques cen­taines de mètres à son gui­don pour être convain­cu. Sa par­tie-cycle, elle, n’af­fiche pas la même su­perbe. Rat­tra­pée par sa masse et son em­pat­te­ment, l’an­glaise n’est pas du genre à por­ter des jeans slim. Pour­tant, ses pres­ta­tions dy­na­miques sont loin d’être ri­di­cules. En­fin, sur­tout, elles sont in­ti­me­ment liées à la qua­li­té du re­vê­te­ment. Sur mau­vaise route, le pneu avant de 150 mm (sic) au­ra vite fait de vous me­ner où bon lui semble, comme un pit­bull mal dres­sé. Alors, mieux vaut ne pas re­lâ­cher son at­ten­tion. Sur un ru­ban de bi­tume par­fai­te­ment re­vê­tu, en re­vanche, elle passe avec vi­gueur en fai­sant par­ler son im­per­tur­bable sta­bi­li­té. Quand les bonnes condi­tions sont réunies, c’est même as­sez fou de voir ce qu’on peut faire d’un tel en­gin qui se pro­pulse d’une courbe à l’autre avec force et dé­ter­mi­na­tion. Quant au frei­nage, mal­gré l’adop­tion de l’ABS et de deux disques de 320 mm, il faut re­con­naître qu’il n’a pas la tâche fa­cile. D’au­tant plus que le le­vier ré­clame une poigne de bû­che­ron ca­na­dien, ce qui fa­ta­le­ment n’ar­range pas les af­faires quand la na­ture vous a do­té de mains de pia­niste. Heureusement, la Ro­cket peut comp­ter sur un dis­po­si­tif ar­rière puis­sant et pro­gres­sif. Et puis, dans le cadre d’une conduite « nor­male », le co­pieux frein mo­teur et une bonne dose de pru­dence sont gé­né­ra­le­ment suf­fi­sants. Il suf­fit de le sa­voir… Reste que si vous avez un jour l’oc­ca­sion d’es­sayer une Ro­cket III, on ne sau­rait trop vous conseiller de ne pas hé­si­ter. C’est une expérience qui ne s’ou­blie pas !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.