Le

Maximoto - - ESSAI KTM RC 390 -

na­vire KTM main­tient son cap toutes voiles de­hors. Ap­pa­rem­ment peu ef­frayée par l’état des mar­chés, la firme au­tri­chienne mul­ti­plie les nou­veau­tés. Une po­li­tique qui semble fonc­tion­ner puisque, se­lon ses propres dires, le construc­teur a ef­fec­tué les meilleures ventes de son his­toire au mois de juin de cette an­née. Tou­te­fois, im­pos­sible ici de faire la part des choses entre le sec­teur off-road, où KTM est om­ni­pré­sent, et ce­lui de la route, faute de chiffres. Sur ce der­nier, il est pour­tant cer­tain que Mat­ti­gho­fen gagne du terrain. La mul­ti­pli­ca­tion de mo­dèles de pe­tites et moyennes cy­lin­drées prouve que le construc­teur ne compte pas en res­ter là. KTM voit grand. Pen­sant d’em­blée à l’échelle mon­diale. La RC 390 en est l’exemple par­fait. Cette pe­tite spor­tive a pour mis­sion d’at­ti­rer de nou­veaux et jeunes clients en Eu­rope et aux ÉtatsU­nis. Elle compte aus­si se pla­cer comme une ma­chine de ré­fé­rence sur les mar­chés émer­gents : Asie, Inde, Amé­rique du Sud. Dans cette am­bi­tieuse pers­pec­tive, l’au­tri­chienne pro­pose des atouts non né­gli­geables. On ne s’ar­rê­te­ra que briè­ve­ment sur l’es­thé­tique de la 390. Elle peine à convaincre de notre cô­té. La faute à une tête de fourche mu­nie d’un bec­quet au style dis­cu­table et d’une paire d’op­tiques glo­bu­leuses. Mais les goûts et les cou­leurs sont propres à cha­cun. D’au­tant que pour le reste, la KTM pré­sente plu­tôt bien. Mul­ti­pliant les lignes franches et acé­rées, la RC 390 ne vole pas son sta­tut de mi­ni-spor­tive. Elle ac­cu­mule éga­le­ment les belles pièces. À l’image du bras os­cil­lant ner­vu­ré (ce qui, au pas­sage, fait ga­gner du poids), de l’in­té­gra­tion to­tale du si­len­cieux dans le ca­ré­nage, du ré­ser­voir mat ou en­core du pla­ce­ment des mi­nus­cules cli­gno­tants avant sur les branches des ré­tro­vi­seurs. L’in­gé­nio­si­té

qui peine à en­chan­ter Sou­plesse de l’amor­tis­seur Res­sen­ti du avant de la selle pas­sa­ger est à re­le­ver. La coque ar­rière pa­raît ri­gide, mais c’est une illu­sion. Il s’agit en fait d’un nou­veau ma­té­riau qui, à l’usage, offre une as­sise souple et rem­bour­rée. KTM se targue d’être le pre­mier construc­teur à l’in­tro­duire sur le mar­ché de la mo­to…

Dy­na­misme et bonne fi­gure

Il reste néan­moins quelques dé­tails à la fi­ni­tion per­fec­tible. Im­pos­sible en ef­fet de pas­ser à cô­té de l’étroi­tesse de la ma­chine. C’est d’ailleurs éton­nant. Les constructeurs ont ten­dance à exa­gé­rer les ga­ba­rits de ce genre de pe­tites cy­lin­drées afin de les va­lo­ri­ser. Ici, que na­da ! Fi­dèle à son slo­gan « Ready to Race », KTM ne vou­lait pas de ki­los su­per­flus. La RC 390 af­fiche ain­si 147 ki­los à sec sur la balance. L’avan­tage in­trin­sèque de ce poids plume est de fa­vo­ri­ser la prise en mains et la ma­nia­bi­li­té. Autre atout : le pi­lote pose ai­sé­ment ses pieds au sol. Sans grande

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.