À L’AR­RÊT J’AIME !

Maximoto - - ESSAI -

La Vul­tus et moi, c’est fi­ni. Trop tôt pour se dire « ciao ! ». Me voi­là de re­tour à bord de mon vé­hi­cule per­so, un maxi-scoo­ter qui dif­fuse tout d’un coup une op­pres­sante sen­sa­tion d’étroi­tesse. Les confor­tables re­pères ha­bi­tuels m’ap­pa­raissent presque in­sup­por­tables : as­sise trop haute, gui­don dans les gen­cives, genoux sous le men­ton, mains comme me­not­tées. Say­nète ri­di­cule d’un re­tour à la réa­li­té : com­ment faire ren­trer un go­dillot dans la po­chette sa­ti­née d’une bal­le­rine Re­pet­to ? Vous vous ima­gi­nez je­ter la plus douillette des cha­ren­taises ? Et pour­tant… Je me re­vois à bord de la Vul­tus, juste avant notre sé­pa­ra­tion. Tel le pa­cha ra­vi de se faire mous­ser, al­lon­gé sans contor­sions dans une bai­gnoire king-size. Une Vul­tus, comme un spa, dis­pense du bien-être rien qu’en y son­geant. L’as­sise au ras du sol rend la vie plus bour­geoise et bo­hème. On flotte au-des­sus des affres quo­ti­diennes. Entre dé­col­lage im­mi­nent et at­ter­ris­sage proche, la Vul­tus hé­site. Dans le ma­ga­sin Hon­da, il n’y a pas plus bas qu’elle. Même le lil­li­pu­tien MSX125 est un géant. Plus de 160 cen­ti­mètres d’em­pat­te­ment, 240 de lon­gueur et 245 kg sur la balance sans vous mettre de bâ­tons dans les roues. La Vul­tus se guide du bout des doigts et s’abs­tient de symp­tômes va­chards du type di­rec­tion pe­sante et tom­bante à basse vi­tesse. Non ! La Vul­tus n’est pas un ca­mion. La roue avant de 18 pouces, le pneu ar­rière de 200 mm ne sont pas des cordes au cou. Da­vid, notre Ro­bert Ca­pa(ble), même em­bar­ras­sé de son bar­da pho­to­gra­phique, ne s’y est pas trom­pé. Il tombe en amour de­vant tant de fé­li­ci­té mo­to­cy­cliste. Pour lui, dans le do­maine de l’ex­cel­lence, il y a la BMW R 1200 GS et la Vul­tus. Rien d’autre ne trouve grâce à ses yeux. C’est dire. Ce qui le botte, notre Da­vid éna­mou­ré ? Sa fa­ci­li­té de prise en main. À son pro­pos, il parle même de beau­té… Ra­tée des villes et râ­teau des champs, alors ? La Vul­tus est in­dif­fé­rente à ce genre d’al­lé­ga­tions cy­niques. Étrange intruse sur le pa­vé ci­ta­din, la ville est son théâtre. À son pas­sage, sur des lèvres pas toutes bar­do­tiennes, les mots de Gainsbourg forment des wizz ! des clip ! crap ! bang ! des vlop ! et des zip ! she­bam ! pow ! La te­nue de cos­mo­naute des frères Bog­da­noff ne fai­sant pas par­tie de ses équi­pe­ments, com­ment se blin­der contre l’hos­ti­li­té de ses dé­trac­teurs ? Bien ca­lé contre le dos­se­ret re­le­vé, le mieux consiste à vis­ser la poi­gnée droite. Il n’y a guère qu’en rase cam­pagne que la Vul­tus as­pire à la fur­ti­vi­té et le pi­lote, apai­sé, à une ano­nyme in­dif­fé­rence. Ne vous marrez pas. Lorsque à l’ego sur­me­né ré­pond un Go ! li­bé­ra­teur, la ma­gie opère. Sans être Bat­man aux com­mandes d’un bom­bar­dier F-117, la Vul­tus n’a pas ou­blié d’être dy­na­mi­que­ment une mo­to. Et ça, Da­vid l’a bien com­pris.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.