Avant,

Maximoto - - DUELS -

le monde du cus­tom était ré­ser­vé à une caste de ta­toués qui ne ju­rait que par le bar and shield d’Har­ley-Da­vid­son. Mais à l’ins­tar du monde du ta­touage, les cus­toms ne se li­mitent plus seu­le­ment aux purs et durs, au­jourd’hui ces en­gins s’adressent au grand pu­blic. En­fin, à un plus grand pu­blic. N’exa­gé­rons rien tou­te­fois, le gras du mar­ché hexa­go­nal se consti­tue tou­jours es­sen­tiel­le­ment de road­sters de moyenne cy­lin­drée. Reste que sur les 10 der­nières an­nées, les chiffres de vente de la ca­té­go­rie ont dou­blé et dé­passent dé­sor­mais chez nous les ré­sul­tats des spor­tives ! En pre­nant un peu de hau­teur, en re­gar­dant à l’échelle mon­diale, le gâ­teau est en­core plus ap­pé­tis­sant. Même si la crise est pas­sée par là, les vo­lumes de­meurent tou­jours consi­dé­rables : on parle de près de 330 000 ma­chines par an ! Le hic, c’est qu’en­vi­ron 70 % des bi­kers sou­hai­tant rou­ler avec les pieds de­vant se ruent chez le conces­sion­naire Har­ley-Da­vid­son le plus proche de chez eux et semblent igno­rer que d’autres choix existent. À ce stade, ce n’est plus de l’ado­ra­tion mais de la dé­vo­tion. À moins que ce ne soit un ré­flexe pav­lo­vien. N’em­pêche : il y a bien la MoCo et les autres. Et chez les autres, jus­te­ment, on a trou­vé deux spé­ci­mens qui n’ont pas grand-chose à en­vier aux ma­chines de Mil­wau­kee : la Triumph Thun­der­bird Com­man­der et la Mo­to Guz­zi Ca­li­for­nia Cus­tom.

Beaux mor­ceaux

Com­men­çons par la nou­veau­té : la Thun­der­bird. Ap­pa­rue en dé­but d’an­née en com­pa­gnie de sa soeur la LT (pour Light Tou­ring), cette ver­sion Com­man­der s’ap­puie sur la base tech­nique de la Storm, sor­tie en 2011. Vous vous rap­pe­lez de la Storm ? Non ? Mais si, c’est la dé­cli­nai­son « mé­chante » de la Thun­der­bird équi­pée du ver­ti­cal twin gon­flé en 1700 et dont le look flirte avec le cô­té obs­cur de la force. Eh bien, la Com­man­der re­prend gros­so mo­do les mêmes at­tri­buts, mais dans une dé­fi­ni­tion plus do­cile, plus confor­table, moins ca­ri­ca­tu­rale. No­tam­ment via l’adop­tion de deux jantes de 17 pouces. Es­thé­ti­que­ment, Triumph ne sombre pas dans l’es­broufe et pré­fère res­ter dans le confor­misme édic­té par Har­ley en s’ins­pi­rant des galbes des my­thiques dé­ca­po­tables amé­ri­caines des fif­ties. La pos­ture est d’ailleurs as­su­mée : quand les An­glais ne sont pas dans leur do­maine de pré­di­lec­tion, ils pré­fèrent « s’ins­pi­rer » de la ré­fé­rence du genre plu­tôt que de mi­ser sur l’ori­gi­na­li­té. Re­gar­dez donc les der­nières Tro­phy 1200 et Ex­plo­rer 1200, elles ne vous rap­pellent pas leurs ho­mo­logues chez BMW ? Quoi qu’il en soit, le ré­sul­tat flatte la ré­tine et la fi­ni­tion s’avère ir-ré-pro-cha-ble ! C’est du beau, du so­lide. Formes et vo­lumes gé­né­reux, larges mar­che­pieds avec sé­lec­teur double branche, gros pneus, double échap­pe­ment mas­sif : la Com­man­der est 100 % conforme aux ca­nons de la ca­té­go­rie, avec ses car­ters mo­teur co­pieu­se­ment chro­més et ses deux cy­lindres hauts comme des ca­thé­drales. Ce qui ne l’em­pêche pas non plus de faire preuve de mo­der­nisme avec son re­froi­dis­se­ment li­quide, ses 2 ACT, ses cu­lasses à 4 sou­papes et son vi­le­bre­quin ca­lé à 270°. La Mo­to Guz­zi Ca­li­for­nia aus­si puise ses ra­cines sur le sol amé­ri­cain. Pour rap­pel, elle a équi­pé le Los An­geles Po­lice De­part­ment dès 1968. Mais de­puis, le construc­teur de Man­del­lo s’était re­po­sé

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.