Em­bal­lez-la-moi

Maximoto - - RÉTRO -

Comme quoi, ce­la tient à peu de chose. Né en 1966, notre ma­ni­tou a l’ex­cuse de son jeune âge. À des an­nées-lu­mière de sa pre­mière vi­gnette Pa­ni­ni, il a 5 ans lorsque notre 125 élue échan­tillonne le nuan­cier de ses cou­leurs sexy. Pour­tant, l’AS3, elle, lui parle. Sur lui, le charme désuet des ru­ti­lantes che­mi­nées chro­mées ha­billant les filtres à air de l’aî­née AS2 n’ont pas prise. En 1971, YAS2 et YAS3 croi­sèrent leurs des­ti­nées com­mer­ciales sur notre ter­ri­toire. Une pas­sa­tion de pou­voir. Pour­quoi cette condes­cen­dance ? Mes­sieurs, ne soyez pas bé­gueules. Aban­don­nez-vous à la tendre af­fec­tion d’une 125. Il n’y a pas de honte à faire de cette pe­tite brêle un ob­jet fé­tiche. Ef­fec­tuer ses pre­mières armes à son gui­don, c’était une belle ma­nière de mettre le pied à l’étrier. D’être ini­tié. Au hit-pa­rade du dé­sir mé­ca­nique, les Yam, nées pour le flirt, plus sen­suelles, ont une lon­gueur d’avance. Re­ve­nons au dis­tin­guo entre les pro­ta­go­nistes de cette tran­si­tion gé­né­ra­tion­nelle. Le blo­cins­tru­ments n’est plus sia­mois du phare. Les grippe-genoux ap­par­tiennent au pas­sé, dé­sor­mais. Ya­ma­ha aban­donne le petit bi­don 200 m D.A. 400 m D.A. 1 000 m D.A. re­plet des de­van­cières pour des­si­ner un amour de ré­ser­voir de 9 litres. Sui­vra, en 1972, la ver­sion Eu­ro­pa. La ca­pa­ci­té passe à 11 litres, la grâce ori­gi­nelle en moins. Ven­true mais pê­chue, alors… Le frein avant à tam­bour double came est un ul­time cri­tère sé­lec­tif de pre­mier ordre. On est plus sen­sible à ce style d’ar­gu­ment : un truc qui se voit alen­tour pro­duit son petit ef­fet. Cette 125 pos­sède une gueule du ton­nerre dou­blée d’une fi­ni­tion à se pâ­mer. En outre, Ya­ma­ha struc­ture sa gamme de fa­çon per­ti­nente. Face aux 250 DS7 et 350 R5, la 125 sou­tient crâ­ne­ment la com­pa­rai­son. Les res­sem­blances du trio au dia­pa­son les placent sur un pied d’éga­li­té. Un autre fac­teur joue en sa fa­veur. La marque ja­po­naise, à par­tir de la même base mé­ca­nique, im­pose sa 125 dans le cadre des cham­pion­nats de vi­tesse. Un kit com­pé­ti­tion de 22 ch est com­mer­cia­li­sé dès la YAS1 (les vi­déos de la ru­brique vous sont re­com­man­dées). Se tar­guer d’en sa­voir long sur le quatre-cy­lindres en V de RA31A de 1967 re­le­vait d’un bluff men­son­ger. Der­nier point, en 1971, même si ce ne fut qu’un mi­rage fu­gace, tout au som­met de la py­ra­mide de la marque, la GL750 (4 cy­lindres, deux-temps, in­jec­tion re­froi­die par eau) donne en­core plus de lustre à celle qui oc­cupe le bas de l’échelle. Pim­pante, elle n’était pas, loin s’en faut, un bas de gamme. Mais, par­des­sus tout, pour vous re­muer de l’in­té­rieur, une YAS3 instille à tous les sens de son pro­prié­taire une part des phé­no­mènes pul­sa­toires tran­si­tant dans ses tu­bu­lures. Ce doit être ce­la. La por­tée in­si­dieuse de sen­sa­tions in­al­té­rables.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.