En Pi­nel, le temps joue contre vous

Mes Finances - - A LA UNE -

Le dis­po­si­tif d’in­ves­tis­se­ment lo­ca­tif dans l’im­mo­bi­lier neuf Pi­nel illustre bien cette idée : avec une ré­duc­tion d’im­pôt consé­quente, jus­qu’à 6.000 eu­ros par an, et de nom­breuses pu­bli­ci­tés à son pro­pos, le Pi­nel peut at­ti­rer plus d’un contri­buable qui compte di­mi­nuer sa charge fis­cale. Pour au­tant, in­ves­tir en Pi­nel reste un in­ves­tis­se­ment im­mo­bi­lier. Et ce­la ne s’im­pro­vise pas à la der­nière mi­nute. il faut sa­voir, par exemple, que les loyers du Pi­nel sont pla­fon­nés : dès lors, le prix d’achat de­vient d’au­tant plus im­por­tant, puisque c’est cette va­riable d’ajus­te­ment qui va vous per­mettre d’ac­croître la ren­ta­bi­li­té du pla­ce­ment. au­tre­ment dit, vous de­vez trou­ver le bon lo­ge­ment, au bon prix. Mais pour par­ve­nir à réa­li­ser une telle sélection, il vous faut du temps, que vous n’avez pas puisque votre lo­ge­ment doit être ac­quis avant le 31 dé­cembre 2015. « Il va fal­loir mettre de cô­té les conseils à suivre pour l'in­ves­tis­se­ment im­mo­bi­lier et ne re­te­nir que l'op­tique fis­cale, ce qui est re­gret­table », ap­puie Cé­cile Ro­que­laure, di­rec­trice de la com­mu­ni­ca­tion et des études du cour­tier Em­prun­tis. De plus, cette contrainte de temps s’ac­com­pagne d’une autre, liée au choix des biens. Comme il faut que le lo­ge­ment soit ache­vé et louable avant la fin de cette an­née, les achats sur plan sont pros­crits : il vous faut un bien dé­jà li­vré mais qui n’a pas en­core trou­vé pre­neur. Sous-en­ten­du, les meilleures af­faires se­ront dé­jà par­ties de­puis long­temps, même si des ex­cep­tions peuvent exis­ter.

vou­loir DÉ­FIS­CA­LI­SER À TOUT Prix n’est ja­mais La voie à suivre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.