un pel

POUR EM­PRUN­TER À BON COMPTE ?

Mes Finances - - À LA UNE -

La baisse du rendement du plan d’épargne lo­ge­ment n’est pas une mau­vaise nou­velle pour tous les sous­crip­teurs fu­turs. En ef­fet, le taux d’in­té­rêt maxi­mum ob­te­nu à la fin de la phase d’épargne du PEL a éga­le­ment di­mi­nué, de 3,20% à 2,70% au 1er fé­vrier. Certes, les condi­tions de cré­dit, avec un taux moyen de 2,15% en jan­vier 2016, res­tent ex­cel­lentes et plus in­té­res­santes que celles of­fertes par le biais d’un PEL. Pour au­tant, « rien ne nous per­met de dire que dans 4, 5 ou 10 ans, les taux se­ront à ce ni­veau », rap­pelle jus­te­ment la di­rec­trice du cour­tier Meilleurtaux.com Maël Ber­nier. Dans ces condi­tions, si vous n’avez pas en­core ou­vert de PEL, la per­ti­nence de la sous­crip­tion d’un plan d’épargne lo­ge­ment peut être re­mise en ques­tion. Etes-vous prêt à cou­rir le risque de voir vos éco­no­mies peu ré­mu­né­rées pen­dant plu­sieurs an­nées en échange d’une hy­po­thé­tique re­mon­tée des taux de cré­dit ? Chaque si­tua­tion dif­fère. Tou­te­fois, si comme la plu­part des sous­crip­teurs d’un PEL, l’ac­qui­si­tion im­mo­bi­lière n’est pas une prio­ri­té, maxi­mi­ser le rendement de votre épargne doit ar­ri­ver en tête de vos pré­oc­cu­pa­tions.

peu d’al­ter­na­tives sans risque

Mais com­ment, alors, faire fruc­ti­fier son ca­pi­tal tout en conser­vant un ni­veau de risque nul ? Sou­vent com­pa­rée à l’épargne ré­gle­men­tée, l’as­su­rance vie en eu­ros consti­tue tou­jours une al­ter­na­tive cré­dible au Li­vret A ain­si qu’au PEL. Avec une ré­mu­né­ra­tion de 2,30% en moyenne se­lon l’as­so­cia­tion fran­çaise de l’as­su­rance, les sup­ports en eu­ros servent en­core une ré­mu­né­ra­tion re­la­ti­ve­ment at­trac­tive. Et bien que sou­mis aux pré­lè­ve­ments so­ciaux de 15,5%, les in­té­rêts gé­né­rés sur ces contrats res­tent bien su­pé­rieurs à ceux of­ferts par les pro­duits d’épargne sans risque. Sur­tout, cer­tains contrats com­mer­cia­li­sés sur In­ter­net, ou in­cluant une par­tie d’ac­tifs im­mo­bi­liers, peuvent en­core ré­mu­né­rer leurs sous­crip­teurs au-des­sus de 3% et jus­qu’à 4% pour les meilleurs pro­duits du mar­ché. At­ten­tion ce­pen­dant, les taux d’in­té­rêt des sup­ports ga­ran­tis de l’as­su­rance vie sont in­dé­nia­ble­ment ap­pe­lés à chu­ter ces pro­chaines an­nées. Si ces ren­de­ments vous semblent trop faibles, ce ne sont pas les li­vrets ban­caires qui fe­ront votre bon­heur. Ces pro­duits ne pro­posent dé­sor­mais que des ré­mu­né­ra­tions de base bien in­fé­rieures à 2%, avant CSG-CRDS et im­pôt sur le re­ve­nu. Même en pra­ti­quant le saut de li­vret, c’est-à-dire cher­cher à bé­né­fi­cier des di­verses offres des banques en dé­pla­çant votre épargne au gré des pro­mo­tions, en­vi­sa­ger un taux d’in­té­rêt annuel net su­pé­rieur à 1,5% semble bien com­pli­qué. Dans le pay­sage mo­rose des pro­duits à ca­pi­tal ga­ran­ti, le plan d’épargne lo­ge­ment et l’as­su­rance vie tirent donc en­core leur épingle du jeu, mal­gré des ren­de­ments tou­jours en baisse. Ain­si, si vous êtes al­ler­gique au risque, mi­ser sur ces deux pro­duits semble la meilleure dé­ci­sion. Pour les autres, pa­rier sur les uni­tés de compte (UC), ces sup­ports d’as­su­rance vie sur les­quels le ca­pi­tal n’est pas ga­ran­ti, peut s’avé­rer ga­gnant. En 2015, les épar­gnants qui ont sous­crit des UC ont en moyenne bé­né­fi­cié d’un rendement de 4,1% se­lon l’as­so­cia­tion fran­çaise de l’as­su­rance.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.