La dé­cla­ra­tion 2016 des re­ve­nus est pla­cée sous Le signe du nu­mé­rique.

Cer­tains contri­buables doivent en ef­fet obli­ga­toi­re­ment ef­fec­tuer leurs dé­marches en ligne. Mais tout n’est pas noir pour les ré­frac­taires à In­ter­net : le fisc a éga­le­ment pré­vu de bonnes sur­prises avec quelques baisses d’im­pôt.

Mes Finances - - À LA UNE -

Même si In­ter­net vous re­bute, vous pour­riez être ame­né à chan­ger vos ha­bi­tudes en 2016. En ef­fet, la dé­cla­ra­tion des re­ve­nus per­çus en 2015 se nu­mé­rise. De­puis cette an­née, quelque 6,3 mil­lions de foyers fis­caux n’ont d’autre choix que de s’ac­quit­ter de leurs obli­ga­tions fis­cales sur le site im­pots. gouv.fr. Sont concer­nés tous les foyers fis­caux dis­po­sant en 2014 d’un re­ve­nu fis­cal de ré­fé­rence su­pé­rieur à 40.000 eu­ros. Une nou­veau­té avec la­quelle il va fal­loir com­po­ser puis­qu’elle se gé­né­ra­li­se­ra d’ici 2019 à tous les contri­buables. Mise en place pro­gres­si­ve­ment, cette obli­ga­tion est symp­to­ma­tique de l’am­bi­tion du gou­ver­ne­ment de di­gi­ta­li­ser la cam­pagne de l’im­pôt sur le re­ve­nu. Une nu­mé­ri­sa­tion à marche for­cée gé­né­ra­trice d’éco­no­mies pour l’etat mais éga­le­ment de gain de temps à tous les ni­veaux pour les dé­cla­rants. La mé­thode, coer­ci­tive, n’est donc pas dé­nuée d’in­té­rêt pour les contri­buables.

plus DE temps pour DÉ­CLA­RER

Pre­mier avan­tage, et non des moindres, les « té­lé­dé­cla­rants » pro­fitent comme chaque an­née de dé­lais sup­plé­men­taires pour se mettre en règle avec l’ad­mi­nis­tra­tion fis­cale. Alors que la date li­mite de la dé­cla­ra­tion « pa­pier » est ar­rê­tée au 18 mai 2016, elle court du 24 mai au 7 juin pour les uti­li­sa­teurs de la pla­te­forme im­pots.gouv.fr. Un laps de temps bien utile pour ne pas en­cou­rir de pé­na­li­té pour re­tard, équi­va­lente à 10% du mon­tant de l’im­pôt dû. Sur­tout, la té­lé­dé­cla­ra­tion vous per­met de mo­di­fier à tout mo­ment les in­for­ma­tions saisies par le fisc, et ce jus­qu’à la date li­mite vous concer­nant.

UNE MES­SA­GE­RIE EN CAS DE pro­blème

Avec la dé­cla­ra­tion en ligne, vous avez donc en quelque sorte le temps de « voir ve­nir ». Une fa­cul­té qui peut vous per­mettre de ré­gler cer­tains pro­blèmes. Pour ce faire, l’ad­mi­nis­tra­tion fis­cale met

pour la pre­mière fois à dis­po­si­tion des dé­cla­rants une mes­sa­ge­rie en ligne sé­cu­ri­sée. En se ren­dant dans son es­pace per­son­nel, l’in­ter­naute n’a qu’à sé­lec­tion­ner « Ma mes­sa­ge­rie sé­cu­ri­sée » sous la ru­brique « Nous contac­ter » pour échan­ger di­rec­te­ment avec un agent des im­pôts. Avec ce ser­vice, ou­vert de­puis le 3 mars, il est pos­sible de po­ser une ques­tion sur la dé­cla­ra­tion et le paie­ment de son im­pôt, si­gna­ler un chan­ge­ment de si­tua­tion fa­mi­liale ou mo­di­fier l’adresse d’en­voi de sa dé­cla­ra­tion. Vous avez be­soin d’un jus­ti­fi­ca­tif ? Vous n’êtes pas d’ac­cord sur le mon­tant de votre im­pôt ? Vous ren­con­trez des dif­fi­cul­tés pour le payer ? N’hé­si­tez pas et po­sez di­rec­te­ment votre ques­tion à l’ad­mi­nis­tra­tion fis­cale. Elle vous ré­pon­dra au plus vite.

un Avis D’im­pôt im­mé­diat

Autre nou­veau­té de la dé­cla­ra­tion dé­ma­té­ria­li­sée 2016, l’ob­ten­tion d’un avis d’im­pôt dans la fou­lée de la si­gna­ture du do­cu­ment en ligne. Bap­ti­sé avis de si­tua­tion dé­cla­ra­tive à l’im­pôt sur le re­ve­nu (As­dir), il ré­ca­pi­tule de nom­breuses in­for­ma­tions es­sen­tielles comme le mon­tant de votre fac­ture fis­cale et le taux moyen d’im­po­si­tion et bien évi­dem­ment votre re­ve­nu fis­cal de ré­fé­rence et votre nu­mé­ro fis­cal. L’as­dir, comme l’avis d’im­po­si­tion clas­sique, est op­po­sable de­vant n’im­porte quel tiers : « Vous pour­rez ain­si consti­tuer vos dos­siers pour vos dé­marches ad­mi­nis­tra­tives (prêt ban­caire, bail, aide so­ciale…) sans avoir à at­tendre la ré­cep­tion de votre avis d'im­pôt, du­rant l'été », ex­plique le site im­pots.gouv. fr. Bien utile, no­tam­ment pour vos en­fants, qui pour­raient être ame­nés à trou­ver un nou­veau toit dans l’op­tique de la ren­trée uni­ver­si­taire pro­chaine. La dé­cla­ra­tion des re­ve­nus en ligne, bien qu’im­po­sée, n’est donc pas qu’une contrainte sup­plé­men­taire. Ces nou­veaux ser­vices, pro­po­sés pa­ral­lè­le­ment à la va­li­da­tion en quelques clics de ses in­for­ma­tions per­son­nelles, pour­raient ain­si pous­ser la té­lé­dé­cla­ra­tion à dé­pas­ser le cap des 50% de contri­buables. En 2015, 40% avaient dé­jà fran­chi le pas.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.