as­su­rance vie :

com­ment faire face à la baisse du ren­de­ment du fonds en eu­ros ?

Mes Finances - - SOMMAIRE -

la baisse des taux des fonds en eu­ros va s’ac­cé­lé­rer dans les pro­chaines an­nées. pour pa­rer à l’éro­sion des ren­de­ments, les épar­gnants doivent cher­cher de la per­for­mance tout en maî­tri­sant les risques pris. des so­lu­tions existent, à l’in­té­rieur de leur contrat d’as­su­rance vie mais aus­si en de­hors.

Le ren­de­ment des fonds eu­ros de­vrait rap­por­ter moins de 2% en 2016 et bien­tôt moins de 1% ! L’épar­gnant doit prendre conscience que ce pro­duit d’épargne dis­po­nible et à ca­pi­tal ga­ran­ti n’est plus l’al­pha et l’omé­ga des pla­ce­ments fi­nan­ciers. Heu­reu­se­ment, il existe des al­ter­na­tives…

L'as­su­rance vie en eu­ros, pla­ce­ment star des trois der­nières dé­cen­nies, a per­du de sa su­perbe. Con­ci­liant ren­ta­bi­li­té, sé­cu­ri­té et li­qui­di­té, le fonds en eu­ros a ren­du ser­vice à des mil­lions de Fran­çais pour se consti­tuer un ca­pi­tal, fi­nan­cer les études de leurs en­fants ou un pro­jet im­mo­bi­lier, pré­pa­rer leur re­traite… Le tout sans avoir à se sou­cier de la com­po­si­tion de leur contrat ! Sur 30 ans, ce sup­port à ca­pi­tal ga­ran­ti af­fiche un ren­de­ment an­nua­li­sé de 6,3% à fin 2015, se­lon une étude de L’IEIF (Ins­ti­tut de l’épargne im­mo­bi­lière et fon­cière) ! Mieux, une ana­lyse fine des sta­tis­tiques montre que le fonds en eu­ros a rap­por­té plus que les autres sup­ports fi­nan­ciers éli­gibles à l’as­su­rance vie (les uni­tés de compte ou UC) sur la pé­riode 1995-2015. Mais les per­for­mances pas­sées ne pré­jugent pas des per­for­mances fu­tures, comme le veut l’adage...

Fin de l’âge d’or

L’âge d’or du fonds en eu­ros est ré­vo­lu. Les coups de bou­toir des di­rec­tives eu­ro­péennes, des crises fi­nan­cières à ré­pé­ti­tion et de la baisse des taux d’in­té­rêt im­po­sée par la Banque cen­trale eu­ro­péenne (BCE) ont fi­ni par avoir rai­son de son ren­de­ment. En 2015, ce­lui-ci a at­teint 2,3% en moyenne net de frais, et avant pré­lè­ve­ments so­ciaux et fis­caux. Et, se­lon plu­sieurs spé­cia­listes, il de­vrait pas­ser sous la barre des 2% en 2016. Avant de tom­ber ra­pi­de­ment, avant 2020, sous le seuil sym­bo­lique de 1% ! C’est mé­ca­nique, propre au fonc­tion­ne­ment du fonds en eu­ros, bref iné­luc­table. Le fonds en eu­ros est un pa­nier com­po­sé prin­ci­pa­le­ment d'an­ciens pla­ce­ments en obli­ga­tions

(titres de dettes émis par des etats, des col­lec­ti­vi­tés ou des en­tre­prises) qui ar­rivent chaque an­née à échéance. le taux ser­vi en 2016 par les dif­fé­rentes com­pa­gnies d’as­su­rance se­ra da­van­tage la ré­sul­tante des in­ves­tis­se­ments réa­li­sés par les as­su­reurs au cours des an­nées pré­cé­dentes, sept à huit ans en moyenne se­lon les com­pa­gnies, que ceux de cette an­née. mais comme les taux n’ont ja­mais été aus­si bas (ce­lui de l’oat 10 ans, em­prunt de ré­fé­rence à 10 ans de l’etat fran­çais, se rap­proche dan­ge­reu­se­ment de zé­ro) et qu’ils de­vraient le res­ter pour long­temps, se­lon l’écra­sante ma­jo­ri­té des ex­perts, c’est l’en­cé­pha­lo­gramme plat qui guette le fonds en eu­ros. l’épar­gnant doit avoir à l’es­prit qu’il fait face à un contexte éco­no­mi­co-fi­nan­cier in­édit : le fait de ré­cu­pé­rer moins que sa mise de dé­part sur une obli­ga­tion d’etat al­le­mande ou fran­çaise au bout de quelques an­nées est de­ve­nu une réa­li­té. or, c’est de ce type de pla­ce­ments dont sont gar­nis les fonds en eu­ros.

dy­na­mi­ser son contrat d’as­su­rance vie : in­con­tour­nable !

Heu­reu­se­ment, si le fonds eu­ros reste in­con­tour­nable dans le pa­tri­moine fi­nan­cier des mé­nages, d’autres pla­ce­ments per­mettent de va­lo­ri­ser une épargne dans la du­rée. les Fran­çais étant ha­bi­tués dès le plus jeune âge aux pro­duits à ca­pi­tal ga­ran­ti, li­vret a en tête, dif­fi­cile ce­pen­dant d’en­vi­sa­ger un re­vi­re­ment sou­dain vers des pla­ce­ments à 100% en ac­tions. tout l’en­jeu consiste donc à conci­lier risque maî­tri­sé, faible vo­la­ti­li­té (la va­leur des pla­ce­ments de­vra pré­sen­ter une am­pli­tude de variation li­mi­tée) et donc per­for­mances su­pé­rieures au fonds en eu­ros dans la du­rée. il existe des al­ter­na­tives à l’in­té­rieur de l’as­su­rance vie, en tout cas des contrats les plus ré­cents ou les plus évo­lu­tifs. les fonds flexibles, comme car­mi­gnac pa­tri­moine, mg op­ti­mal in­come, eu­rose font dé­jà par­tie de la pa­lette des ges­tion­naires de pa­tri­moine. leur but est, au tra­vers d’une ges­tion de por­te­feuille qui se veut souple et très di­ver­si­fiée, de faire mieux que le fonds en eu­ros sur au moins 5 ans tout en mi­ni­mi­sant les risques de pertes, la ga­ran­tie du ca­pi­tal en moins. dans le même es­prit, on peut ci­ter les op­ci (voir en­ca­dré), qui pré­sentent la par­ti­cu­la­ri­té d’in­ves­tir de fa­çon pré­pon­dé­rante dans l’im­mo­bi­lier non co­té. dans un autre re­gistre, les fonds à échéance en ac­tions ou en obli­ga­tions per­mettent d’es­pé­rer des per­for­mances an­nua­li­sées de 4,5 à 7%. l’idée : sur une du­rée de 3 à 5 ans, in­ves­tir dans un por­te­feuille di­ver­si­fié d’ac­tions ou d’obli­ga­tions pour n’en sor­tir qu’au terme. entre temps, le

ca­pi­tal de dé­part au­ra été ma­jo­ré dans un cas par l’ap­pré­cia­tion de la va­leur des ac­tions, dans l’autre par les dis­tri­bu­tions des cou­pons des obli­ga­tions. la se­conde op­tion est évi­dem­ment plus sûre, mais po­ten­tiel­le­ment moins ré­mu­né­ra­trice.

3 idées en de­hors de L’as­su­rance vie

en de­hors de l’as­su­rance vie, les so­lu­tions se comptent sur les doigts de la main. les épar­gnants sou­cieux de contri­buer au fi­nan­ce­ment de l’éco­no­mie peuvent se pen­cher sur le crowd­len­ding, une forme de fi­nan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif qui consiste à prê­ter de l’ar­gent à des en­tre­prises, gé­né­ra­le­ment des tpe-pme. le ren­de­ment ? entre 4 et 10%, avant im­pôts… et éven­tuelle dé­faillance de l’em­prun­teur. d’où l’in­té­rêt de di­ver­si­fier ses in­ves­tis­se­ments sur un nombre maxi­mum de pro­jets. autre pos­si­bi­li­té plus conven­tion­nelle, la sc­pi qui offre le double in­té­rêt de di­ver­si­fier son pa­tri­moine dans l’im­mo­bi­lier d’en­tre­prise et d’être sous­crite à cré­dit. un bon moyen de pro­fi­ter du contexte de taux bas, tout en at­té­nuant sa charge fis­cale grâce à la dé­duc­tion des in­té­rêts d’em­prunt ! last but not least, le bon vieux plan d’épargne lo­ge­ment, mais pas n’im­porte le­quel. agé de moins de 12 ans et sous­crit au plus tard le 31 jan­vier 2015, il offre (dans la li­mite de 61.200 eu­ros de dé­pôts) un ren­de­ment fixe et ga­ran­ti de 2,50% brut, soit 2,11% net d’im­pôt. mieux que bon nombre de fonds en eu­ros…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.