L’ef­fi­ca­ci­té éner­gé­tique peut faire la dif­fé­rence

Mesures - - Edito - PAS­CAL COUTANCE Di­rec­teur de la ré­dac­tion p.coutance@me­sures.com

Al’heure où les in­dus­triels cherchent de nou­veaux le­viers pour ac­croître leurs marges

bé­né­fi­ciaires, une po­li­tique d’en­tre­prise fai­sant la part belle à l’ef­fi­ca­ci­té éner­gé­tique peut s’avé­rer fort in­té­res­sante. Au point de faire la dif­fé­rence entre une so­cié­té ren­table et une autre qui ne l’est pas, en par­ti­cu­lier dans des sec­teurs d’ac­ti­vi­té où les marges sont faibles. Et ce­la, pas seule­ment pour les en­tre­prises très gour­mandes en éner­gie comme dans la pé­tro­chi­mie, la si­dé­rur­gie ou le pé­trole et gaz. Car au-de­là des éco­no­mies réa­li­sées sur la fac­ture éner­gé­tique, qui peuvent faire bas­cu­ler une en­tre­prise du rouge au vert lorsque la conjonc­ture est mo­rose, cette dé­marche peut être la source de bien­faits dif­fi­ci­le­ment quan­ti­fiables, mais tout aus­si pré­cieux comme par exemple vé­hi­cu­ler l’image d’une en­tre­prise res­pon­sable, sou­cieuse de l’en­vi­ron­ne­ment et dé­si­reuse de soi­gner sa com­pé­ti­ti­vi­té, au­près de ses clients et d’éven­tuels in­ves­tis­seurs. Po­ten­tiel­le­ment, l’ef­fi­ca­ci­té éner­gé­tique est donc l’af­faire de tous, PME comme grands groupes, en­tre­prises ma­nu­fac­tu­rières comme so­cié­tés du ter­tiaire, ca­pi­taines d’in­dus­trie comme pe­tits pa­trons. Et la norme ISO 50001 qui fait l’ob­jet d’un ar­ticle en pages 32 à 35 de ce nu­mé­ro, est un ou­til à consi­dé­rer pour fran­chir cette étape. C’est la rai­son pour la­quelle l’ef­fi­ca­ci­té éner­gé­tique se­ra le thème cen­tral de la table ronde que la re­vue Me­sures or­ga­ni­se­ra en oc­tobre pro­chain dans le cadre de l’édi­tion 2017 de nos Pal­ma­rès tech­no­lo­giques. Mais de ce­la, nous vous re­par­le­rons plus en dé­tails dans les se­maines à ve­nir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.