Mi­cro­mètre ou me­sure par tri­an­gu­la­tion ?

Mesures - - Guide D’achat -

Cer­taines ap­pli­ca­tions de la tri­an­gu­la­tion la­ser re­coupent celles des mi­cro­mètres op­tiques. Mais les deux so­lu­tions ne sont pas équi­va­lentes. « Il est ar­ri­vé qu’un client veuille me­su­rer la po­si­tion de broches d’en­traî­ne­ment de mo­teur avec un la­ser point, par tri­an­gu­la­tion », ra­conte Frank Pienc­zak, gé­rant de Sen­sor Ins­tru­ments France. Mais sur une pièce cy­lin­drique, avec un tel sys­tème, on ne peut pas s’as­su­rer que la me­sure est bien ef­fec­tuée sur le point le plus haut de l’ob­jet, et donc que l’on ob­tient bien le dia­mètre maxi­mum. La so­lu­tion est de faire bou­ger la pièce ou le cap­teur. Mais le mi­cro­mètre la­ser, en re­vanche, échappe à cette in­cer­ti­tude : il donne la po­si­tion de l’axe en dé­tec­tant le dia­mètre com­plet de la pièce. La me­sure par tri­an­gu­la­tion la­ser reste, en re­vanche, une so­lu­tion in­té­res­sante lorsque les contraintes mé­ca­niques sont trop im­por­tantes. Elle per­met en ef­fet de dé­tec­ter une po­si­tion lors­qu’il n’est pas pos­sible d’ins­tal­ler l’émet­teur et le ré­cep­teur de part et d’autre de l’ob­jet à me­su­rer. « Cette contrainte d’ins­tal­la­tion est sou­vent un cri­tère dé­ci­sif dans le choix d’uti­li­ser ou pas un mi­cro­mètre op­tique », analyse Frank Pienc­zak. Ce­pen­dant, le bon fonc­tion­ne­ment de la tri­an­gu­la­tion peut dé­pendre de la sur­face de l’ob­jet à dé­tec­ter. Le mi­cro­mètre la­ser, lui, n’est pas sou­mis à cette li­mite : il fonc­tionne avec des sur­faces aus­si bien ab­sor­bantes que ré­flé­chis­santes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.