L’ana­ly­seur sur­veille les traces d’une ma­nière ra­pide et pré­cise

Grâce à la tech­no­lo­gie SIFT-MS, l’ana­ly­seur dé­ve­lop­pé par Syft Tech­no­lo­gies et dis­tri­bué par SRA Ins­tru­ments per­met de me­su­rer des COV et des gaz in­or­ga­niques, à l’état de traces, dans l’air.

Mesures - - Sommaire - Cé­dric Lar­dière

Il fal­lait bien faire le tour de la 12e édi­tion de Fo­rum La­bo Pa­ris, qui s’est dé­rou­lée du 28 au 30 mars 2017, à Pa­ris Ex­poPorte de Ver­sailles, pour dé­cou­vrir sur le stand du dis­tri­bu­teur fran­çais SRA Ins­tru­ments, dans le coin gauche du cô­té de l’en­trée, l’une des prin­ci­pales in­no­va­tions dé­voi­lées à cette oc­ca­sion. Il s’agis­sait du spec­tro­mètre de masse Voice 200 ul­tra du néo-zé­lan­dais Syft Tech­no­lo­gies. « Grâce à la tech­no­lo­gie pro­prié­taire SIFT-MS, ce sys­tème est ca­pable de me­su­rer des traces de com­po­sés or­ga­niques vo­la­tiles (COV) et de gaz in­or­ga­niques dans l’air, avec une li­mite de dé­tec­tion ty­pique de l’ordre du ppt en vo­lume », af­firme Axel Bart, in­gé­nieur R&D chez SRA Ins­tru­ments. L’ori­gi­na­li­té du Voice 200 ul­tra ré­side dans la tech­no­lo­gie de spec­tro­mé­trie de masse par flux d’ions sé­lec­tion­nés (SIFT-MS), qui al­lie spec­tro­mé­trie de masse en temps réel et io­ni­sa­tion chi­mique douce, à sa­voir une frag­men­ta­tion ré­duite. Cette tech­nique s’ar­ti­cule au­tour de trois par­ties: la gé­né­ra­tion et la sé­lec­tion d’ions ré­ac­tifs (H O+, NO+, O +, O-,O -,

3 2 2 OH-, NO et NO ) –les ions

- 2 3 sont créés par des dé­charges de type mi­cro-ondes dans un air hu­mide ou sec, puis l’ion vou­lu est sé­lec­tion­né par un filtre de masse qua­dri­pôle–, l’io­ni­sa­tion du com­po­sé et la quan­ti­fi­ca­tion du pro­duit. Lors de la deuxième étape, l’ion ré­ac­tif sé­lec­tion­né est in­jec­té dans un tube à flux, son ex­cès d’éner­gie étant éli­mi­né par les col­li­sions avec le gaz por­teur. L’échan­tillon est en­suite in­tro­duit à un dé­bit connu et les com­po­sés ré­ac­tifs qu’il contient sont io­ni­sés par l’ion ré­ac­tif pour for­mer des ions ca­rac­té­ris­tiques du pro­duit. En­fin, les ions ain­si pro­duits et les ions ré­ac­tifs n’ayant pas ré­agi passent dans un se­cond spec­tro­mètre de masse qua­dri­pôle. À par­tir de la bi­blio­thèque de com­po­sés de Syft Tech­no­lo­gies, le lo­gi­ciel cal­cule ins­tan­ta­né- ment la con­cen­tra­tion ab­so­lue de chaque élé­ment.

Un mi­ni­mum de for­ma­tion est né­ces­saire

« En plus de pou­voir at­teindre une dy­na­mique al­lant du ppt à 50 ppm en vo­lume, qui était jusque-là in­ac­ces­sible avec un chro­ma­to­graphe en phase ga­zeuse, l’ ana­ly­seur­voice 200 ul­tra as­sure l’analyse si­mul­ta­née de dif­fé­rents types chi­miques de COV (al­dé­hydes, amines et or­ga­no-sul­fures, par exemple), l’analyse di­recte d’échan­tillons à fort taux d’hu­mi­di­té », ex­plique Axel Bart. Par­mi les avan­tages en termes opé­ra­tion­nels, si­gna­lons no­tam­ment l’ab­sence de co­lonne et de car­touches d’ab­sorp­tion, ce qui par­ti­cipe à une main­te­nance ré­duite, et un temps d’analyse si­gni­fi­ca­ti­ve­ment rac­cour­ci. La com­mu­ta­tion d’un ion ré­ac­tif à l’autre se fait en seule­ment 10 ms contre 10 s avec la spec­tro­mé­trie de masse à ré­ac­tion par trans­fert de pro­ton (PTR-MS). « Il fal­lait au­pa­ra­vant 3 jours de pré­pa­ra­tion pour 2 jours de me­sure », in­dique Axel Bart. Syft Tech­no­lo­gies a non seule­ment « mi­nia­tu­ri­sé » son sys­tème, mais aus­si réa­li­sé un gros tra­vail sur le lo­gi­ciel. Si le nou­vel ana­ly­seur af­fiche des per­for­mances dignes de mo­dèles de la­bo­ra­toire, son in­ter­face uti­li­sa­teur a été pen­sée pour que des per­sonnes avec un mi­ni­mum de for­ma­tion puissent réa­li­ser des ana­lyses. L’in­ter­face uti­li­sa­teur non « scien­ti­fique » re­pose sur un work­flow sim­pli­fié et un écran tac­tile as­so­cié à des me­nus –il suf­fit de sé­lec­tion­ner la mé­thode, de lan­cer l’analyse et les rap­ports sont gé­né­rés ins­tan­ta­né­ment dès la fin de l’analyse. Les uti­li­sa­teurs peuvent par ailleurs per­son­na­li­ser la liste de com­po­sés, dé­fi­nir des alarmes, etc. « Les ap­pli­ca­tions po­ten­tielles sont la sur­veillance en temps réel de la qua­li­té de l’air dans l’en­vi­ron­ne­ment des opé­ra­teurs, afin par exemple d’op­ti­mi­ser les sys­tèmes de cli­ma­ti­sa­tion et/ou de ven­ti­la­tion », conclut Axel Bart.

Le sys­tème Voice 200 ul­tra de Syft Tech­no­lo­gies as­sure une analyse quan­ti­ta­tive ins­tan­ta­née de l’air et de l’es­pace de tête, et ce avec de très grandes sen­si­bi­li­té et sé­lec­ti­vi­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.