So­pa­vib cé­lèbre son 20e an­ni­ver­saire

Le la­bo­ra­toire, fi­liale de So­pe­mea si­tuée en ré­gion lyon­naise, est spé­cia­li­sé dans les es­sais vi­bra­toires, cli­ma­tiques et de CEM de­puis 1997. Et la réus­site se pour­suit…

Mesures - - Sommaire - Cé­dric Lar­dière

Sur un mar­ché où l’on a plu­tôt ten­dance, ces der­nières an­nées, à consta­ter un phé­no­mène de concen­tra­tion – le fran­çais Tres­cal vient par exemple de re­prendre A+ Mé­tro­lo­gie au groupe Apave –, la lon­gé­vi­té de So­pa­vib, fi­liale de So­pe­mea qui ap­par­tient d’ailleurs au fran­çais Apave, se dé­marque. Le la­bo­ra­toire spé­cia­li­sé dans les es­sais vi­bra­toires, cli­ma­tiques et de com­pa­ti­bi­li­té élec­tro­ma­gné­tique (CEM) a en ef­fet réuni le ven­dre­di 13 oc­tobre der­nier, sur son site de Ge­nas, en ban­lieue lyon­naise (Rhône), des re­pré­sen­tants de la di­rec­tion, des em­ployés, des clients, des par­te­naires et des re­pré­sen­tants de la presse ré­gio­nale et na­tio­nale, pour fê­ter son 20e an­ni­ver­saire. C’est donc l’oc­ca­sion de re­ve­nir sur l’his­toire de ce la­bo­ra­toire. « L’his­toire com­mence le 4 juillet 1997, date à la­quelle deux em­ployés de So­pe­mea, An­toine Cu­chet et Jé­rôme Da­may, créent So­pa­vib à Vaulx-en-ve­lin, dé­jà en ban­lieue lyon­naise, suite au rap­pro­che­ment entre Apave Sud Eu­rope, So­pe­mea et Vi­bra­tec », rap­pelle Franck Fom­bonne, di­rec­teur gé­né­ral ad­joint de So­pa­vib. La créa­tion du la­bo­ra­toire s’ins­cri­vait en fait dans une lo­gique de proxi­mi­té vis-à-vis des clients, une stra­té­gie tou­jours d’ac­tua­li­té puisque So­pe­mea vient de s’im­plan­ter pour la pre­mière fois hors de France, au Royaume-uni ( voir en­ca­dré ci­des­sous). « Dans notre do­maine, nous in­ter­ve­nons très sou­vent en fin de pro­jet et il faut être très ré­ac­tif en cas de pro­blème iden­ti­fié sur la concep­tion d’un pro­duit », pré­cise Franck Fom­bonne.

In­ves­tir pour croître

En 2006, le la­bo­ra­toire dé­mé­nage sur son site ac­tuel de Ge­nas, mul­ti­pliant ain­si par près de trois la sur­face to­tale de ses bâ­ti­ments (2 500 m2 de la­bo­ra­toire et 500m2 de bu­reaux). L’en­tre­prise em­ploie au­jourd’hui 15 per­sonnes, dont plus de la moi­tié sont des tech­ni­ciens, pour un chiffre d’af­faires de 3,5 mil­lions d’eu­ros. L’ac­ti­vi­té prin­ci­pale du la­bo­ra­toire est la qua­li­fi­ca­tion des équi­pe­ments in­dus­triels dans les sec­teurs de l’aé­ro- nau­tique, de la dé­fense, de l’éner­gie, de l’au­to­mo­bile et du fer­ro­viaire – So­pa­vib est ac­cré­di­té Co­frac (n°1-1479) pour les es­sais en en­vi­ron­ne­ment cli­ma­tique et les es­sais mé­ca­niques. « En plus des pres­ta­tions d’es­sais pro­pre­ment dites, nous pro­po­sons éga­le­ment une ac­ti­vi­té en con­seil et in­gé­nie­rie, pour ac­com­pa­gner les clients en amont des es­sais (la ré­dac­tion de pro­grammes et des pro­cé­dures d’es­sais, par exemple) », ex­plique Franck Fom­bonne. Mais les pres­ta­tions d’es­sais re­quièrent des in­ves­tis­se­ments très im­por­tants – So­pa­vib a par exemple dé­bour­sé, en 2009, 250 000 eu­ros pour des équi­pe­ments en CEM. « Les es­sais ne sont pas un mar­ché en crois­sance, et la pro­gres­sion de notre chiffre d’af­faires passe par la prise de parts de mar­ché aux concur­rents », pour­suit-il. Et Sté­phane Tor­rez, pré­sident du groupe So­pe­mea, de conclure : « in­ves­tir dans tous ces moyens nous per­met de pro­po­ser une offre com­plète et des com­pé­tences de haut ni­veau, ce qui est in­dis­pen­sable pour être com­pé­ti­tif sur un mar­ché in­ter­na­tio­nal ».

So­pa­vib a réuni le ven­dre­di 13 oc­tobre der­nier, sur son site de Ge­nas, des re­pré­sen­tants de la di­rec­tion, des em­ployés, des clients et des par­te­naires, pour fê­ter son 20e an­ni­ver­saire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.