Goo­gleHome

Google est le pre­mier ac­teur à lan­cer son as­sis­tant per­son­nel en France, sous la forme d’une en­ceinte connec­tée. Por­tant le nom de Home, ce pro­duit in­té­res­sant vient se glis­ser au centre de votre ha­bi­ta­tion et peut vous rendre bien des ser­vices.

Micro Pratique - - SOMMAIRE - Da­mien La­bou­rot

La ba­taille des as­sis­tants per­son­nels à do­mi­cile fonc­tion­nant à la voix ne fait que dé­bu­ter puisque trois ac­teurs ont d’ores et dé­jà dé­voi­lé leurs car tes : Ama­zon avec Echo, Apple avec Ho­mePod et Google avec Home. Mais pour l’ins­tant, seul ce der­nier est dis­po­nible en France alors qu’Ama­zon était le pre­mier à avoir lan­cé son pro­duit aux États-Unis. Dans les trois cas, il s’agit d’une en­ceinte connec­tée, c’est- à- dire qu’elle a be­soin d’être re­liée à In­ter­net via votre ré­seau. Cha­cune fait suite aux dif fé­rentes ini­tia­tives des uns et des autres dans la do­mo­tique via leurs propres ap­pli­ca­tions : Home chez Google ou Mai­son chez Apple pour ne ci­ter que ces deux exemples- là. Elles peuvent donc en théo­rie pi­lo­ter dif fé­rents ap­pa­reils comme des lampes con­nec­tées, des prises in­tel­li­gentes, des ther­mo­stats, des ca­mé­ras, etc.

Home sweet Home

Le mo­dèle de Google est com­pact et tient presque dans la main, même si son usage n’est pas d’être por té, mais bien d’être an­cré quelque par t. Il fau­dra d’ailleurs bien choi­sir l’en­droit où vous al­lez la mettre en place afin que votre voix soit au­dible. Il n’y a au­cun écran de contrôle, un seul bou­ton est pré­sent à l’ar­rière et per­met de cou­per le mi­cro. Une pré­sence bien né­ces­saire pour s’as­su­rer le cas échéant que l’on peut cou­per cour t à toutes les de­mandes et sur tout aux écoutes. Le des­sus est tac­tile, même si au­cune in­di­ca­tion n’est pré­sente pour le si­gna­ler. Il per­met de mettre en pause (un ap­pui au centre) ou de ré­gler le vo­lume en for­mant un cercle avec le doigt (vers la gauche on baisse, vers la droite on aug­mente). Quatre Leds aux cou­leurs de Google s’al­lument et tournent dès que l’as­sis­tant com­prend qu’on va lui de­man­der quelque chose. Du cô­té de la par tie au­dio pure, le spectre gé­né­ré est très cor­rect pour une en­ceinte du genre. Les basses fré­quences sont plu­tôt bien ren­dues et les sons ai­gus aus­si. Le vo­lume maxi­mal est suf fi­sam­ment éle­vé pour une pièce de 40m ² par exemple.

Les plus au­dio­philes tour­ne­ront tout de même les ta­lons, faute d’une re­pro­duc­tion sté­réo­pho­nique fi­dèle ou en pren­dront deux. Car c’est aus­si pos­sible, Home pre­nant en charge le mul­ti-room (comme Ch­ro­me­cast). Pour l’ins­tant et con­trai­re­ment aux ÉtatsU­nis, Home ne peut gé­rer qu’un seul compte uti­li­sa­teur. Il fau­dra pa­tien­ter en­core quelques se­maines ou mois pour qu’il soit pos­sible d’ajou­ter au­tant de comptes qu’il n’y a d’uti­li­sa­teurs à la mai­son et sur tout que chaque re­quête soit re­con­nue en fonc­tion de l’uti­li­sa­teur. Ce­la de­vien­dra in­té­res­sant pour ce qui est de la ges­tion des listes et goûts de cha­cun avec des pa­ra­mé­trages dif fé­rents. C’est d’ailleurs une constante pour pas mal de fonc­tion­na­li­tés qui ne sont pas en­core tra­duites ou fonc­tion­nelles. Pas d’in­quié­tude, ce­la de­vrait ren­trer dans l’ordre au fil des mises à jour lo­gi­cielles de l’ap­pa­reil.

Une confi­gu­ra­tion ini­tiale sim­pli­fiée

Quoi qu’il en soit, la confi­gu­ra­tion ini­tiale est re­la­ti­ve­ment simple, et tout se passe par l’ap­pli­ca­tion Home dis­po­nible sur le Play Store de Google ou sur l’App Store d’Apple, une ap­pli­ca­tion qui ser vait dé­jà pour Ch­ro­me­cast ou tous les ap­pa­reils connec­tés ex­ploi­tant la norme de google au­tour de ce type de pro­duits. Il suf fit de suivre les dif fé­rentes étapes en com­men­çant par l’ins­tal­ler sur votre compte, puis votre ré­seau à do­mi­cile, puis ajou­ter les dif fé­rents ap­pa­reils qui pour­ront être liés (am­poules, prises, etc.). Pen­sez d’ailleurs à les re­nom­mer au pas­sage en leur don­nant soit des noms de pièces où ils sont si­tués ou, c’est en­core mieux, un nom fa­ci­le­ment pro­non­çable. Il se­ra bien évi­dem­ment plus fa­cile de dire « jouer de la mu­sique dans la cui­sine » que « jouer de la mu­sique sur chro­me­cast2 ». Il en va de même avec les ser vices que vous sou­hai­tez voir pris en charge. Par dé­faut, bien sûr ce sont les ser vices de Google qui sont mis en avant (Play Mu­sique, Film, You­Tube), mais il est tout à fait pos­sible d’ajou­ter un compte Net­flix, OCS, Dee­zer, Spo­ti­fy, Tu­neIn, etc.

« Ok Google » et c’est par­ti…

La pre­mière com­mande vo­cale à re­te­nir est la plus évi­dente : « OK Google » . C’est la por te d’ac­cès au reste, c’est d’ailleurs dom­mage qu’on ne puisse pas la chan­ger pour le mo­ment. En­suite, il suf fit de lui de­man­der des choses, l’ap­pli­ca­tion vous donne d’ailleurs des exemples. L’une des fonc­tions les plus pra­tiques qu’on ait uti­li­sées le temps de notre test est la fonc­tion « ti­mer » qui se dit sim­ple­ment « Ok Google, met une alarme dans 15 mi­nutes ». Un truc qui s’avère très pra­tique quand on cui­sine et que les mains sont oc­cu­pées et/ou sales. Il est bien sûr pos­sible de lan­cer de la mu­sique ou en­core une vi­déo sur la té­lé­vi­sion si vous avez un Ch­ro­me­cast. « Lire la vi­déo xxx sur la té­lé­vi­sion » ; le té­lé­vi­seur s’al­lume alors et la vi­déo est lan­cée via You­Tube. Il en va de même avec des ser vices comme Net­flix, si vous avez un compte. Il suf fit alors d’ajou- ter dans la com­mande vo­cale « Lire le film xxx dans Net­flix ». Vous pou­vez aus­si très sim­ple­ment dire « Ok Google, Bon­jour » pour que le sys­tème vous donne la date, l’heure, la mé­téo… et en­chaîne sur une re­vue de presse. Vous êtes en train de faire des cal­culs ? Pas de pro­blème « Ok Google 150 + 20 % »... et on vous dicte le ré­sul­tat. Avec Home, fi­ni le cal­cul men­tal ! Tout n’est pas en­core par fait et, à de nom­breuses re­prises, vous au­rez le droit à des mes­sages d’er­reurs tels que « Et là c’est le bug » , par fois non dé­nués d’hu­mour ( voir

en­ca­dré page pré­cé­dente), mais glo­ba­le­ment ce­la fonc­tionne bien. Et ce, même avec des timbres de voix d’en­fants, ce qui n’a pas tou­jours été le cas sur les smar tphones. Les gar­ne­ments en pro­fi­te­ront d’ailleurs pour faire des de­mandes tous azi­muts.

Une voix de ro­bot

La voix de l’as­sis­tante est re­la­ti­ve­ment na­tu­relle mis à par t lors­qu’il s’agit de nous don­ner le nom des sites fai­sant of fice de ré­fé­ren­tiel. En ef fet, ici on constate que la voix se ro­bo­tise et que ce n’est pas tou­jours très agréable. On se de­mande d’ailleurs pour­quoi elle nous lit l’url du site... Vous no­te­rez que l’as­sis­tant semble dis­po­ser d’un filtre « an­ti-spoil ». En ef fet, mal­gré notre in­sis­tance, il a re­fu­sé de nous don­ner la fin de nos sé­ries, films et livres fa­vo­ris, et ce, quelle que soit notre de­mande ou la for­mu­la­tion ! On au­ra vrai­ment tout es­sayé…

Il faut faire des for­mu­la­tions simples

On s’aper­çoit ra­pi­de­ment tout de même d’une li­mi­ta­tion lorsque l’on pose des ques­tions à Home. Il faut al­ler à l’es­sen­tiel et évi­ter les phrases trop longues, si­non la re­quête se fi­nit sur un « je ne sais pas vous ai­der ». En fait, l’uti­li­sa­tion de Home est à cal­quer sur celle des mo­teurs de re­cherche : al­ler au plus simple. Et dans ce cas de fi­gure, les re­tours sont sou­vent ex­cel­lents.

Pro­met­teur... mais on at­ten­dra la concur­rence

Cet as­sis­tant de Google est sym­pa­thique, très po­li, drôle par fois, et glo­ba­le­ment il fonc­tionne bien. On a droit tout de même sou­vent à la phrase « dé­so­lé je ne peux pas en­core… », mais il s’agit cer tai­ne­ment d’une ques­tion de temps avant que les in­gé­nieurs de Google ne ré­solvent les nom­breux pro­blè- mes dûs à un manque de ma­tu­ri­té. On at­ten­dra que les autres marques, telles qu’Apple ou Ama­zon, lancent leurs pro­duits en France pour mieux com­pa­rer et trou­ver le mo­dèle le plus convain­cant. Dans tous les cas, ce Home de Google rem­plit par fai­te­ment son of fice. La fir me de Moun­tain View en de­mande 149 €, un ta­rif qui ne nous semble pas exor­bi­tant compte te­nu des ser vices ren­dus, bien que la ma­jeure par tie puisse dé­jà être réa­li­sée grâce à un smart­phone.

Ho­me­vu­de­puisl’ap­pli­ca­tionAn­droid.

La­cou­leur­de­la­ba­seest in­ter­chan­geable…pour42 Un­ta­ri­fex­ces­sif!

Ho­me­vu­de­pui­su­ne­ta­blet­teApple.

LeB­lue­toothn’apa­sé­téac­ti­vé­de­sui­te­par Goo­gle­mai­sil­per­metd’uti­li­serHo­me­comme n’im­por­te­quel­leen­cein­te­con­nec­tée.

Le­mo­deP­re­view­per­met­de­tes­ter des­fonc­tion­sa­vant­leur­mi­seà­dis­po­si­tion àtout­le­monde.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.