F12017

Comme son col­lègue le foot, la F1 peut-elle se ré­in­ven­ter sur nos écrans tous les ans au­tre­ment qu’avec de nou­velles li­vrées de voi­tures et quelques chan­ge­ments dans les écu­ries ? Une ques­tion que l’on peut se po­ser avec cette nou­velle édi­tion, car la ver

Micro Pratique - - SOMMAIRE -

Re­tour d’une ges­tion de car­rière, meilleurs gra­phismes, meilleures sen­sa­tions, que res­tait-il à in­ven­ter pour 2017 ? Sans dé­voi­ler la suite de notre test, di­sons tout de suite qu’à l’image de Mo­toGP 2017, F1 2017 s’im­pose à l’achat si l’on est fan, que la ver­sion 2016 soit ou non sur son disque dur. Les dé­ve­lop­peurs l’avaient pro­mis, on a droit ici à plus de sen­sa­tions et de pos­si­bi­li­tés de si­mu­la­tion, une ges­tion plus com­plète de la car­rière et, un peu comme dans Mo­toGP, la grande joie de pou­voir prendre le volant d’an­ciennes gloires des cir­cuits.

On le signe ce contrat ?

Dès le dé­par t, le joueur doit créer son ava­tar puis choi­sir une écu­rie. Les pu­ristes, les joueurs du mode car­rière de Mo­toGP ou de Dirt vous di­ront que dé­bu­ter pe­tit et si­gner de meilleurs contrats, c’est ain­si qu’il faut en­vi­sa­ger la pro­gres­sion d’une car­rière. Pour F1 2017, Co­de­mas­ters, aus­si au­teur de Dirt, pro­pose de vous lais­ser libre de prendre place dans le ba­quet de votre choix. C’est bi­zarre de pou­voir tout de suite s’ins­tal­ler chez Fer- ra­ri ou Mer­cedes, un pas­sage obli­gé par une pe­tite écu­rie se­ra plus réa­liste. Nous avons pour notre par t si­gné avec Williams au cô­té de Mas­sa, et ce sans que pa­pa riche à mil­lions ne nous of fre ce ba­quet, puisque 55 € pour ache­ter F1 2017 au­ront suf fi. Avec cette si­gna­ture, on prend des en­ga­ge­ments, no­tam­ment de per for­mances, car dès la pre­mière séance d’es­sais, des ré­sul­tats non va­li­dés vous sou­met­tront à la cri­tique. Heu­reu­se­ment, trou­ver une nou­velle écu­rie ne se­ra pas si dif­fi­cile. Pour notre par t, la pre­mière sai­son en mode « nor­mal » avec quelques aides et un ni­veau d’IA faible ne nous po­se­ront pas de pro­blèmes pour rem­plir les de­mandes de l’écu­rie, mais une fois en mode si­mu­la­tion, c’est une autre his­toire.

Belles amé­lio­ra­tions

Le mo­teur phy­sique a en­core fait un bond en avant tout comme l’IA ! Avec un bon volant et un peu d’ex­pé­rience en si­mu­la­tion au­to­mo­bile, on sent vrai­ment les dif fé­rences de gomme, leur usure et les ef fets des ré­glages sur la voi­ture. Vrai­ment, on est proche d’un ni­veau d’ex­cel­lence ra­re­ment at­teint. Ajou­tez que l’IA pous­sée à son maxi­mum offre un vrai chal­lenge même à un bon pi­lote. Comme F1 2017 sait aus­si être un jeu sym­pa pour un dé­bu­tant ou quel­qu’un qui n’a « qu’en­vie de pi­lo­ter et de se faire plai­sir sans trop de dif fi­cul­té », il est pos­sible d’op­ter pour de nom­breuses aides, ou en­core de bais­ser le ni­veau d’IA. En mode dé­bu­tant, c’est 20%

d’in­tel­li­gence et, lors de nos tests, nous avons vu des joueurs oc­ca­sion­nels avoir en­core du mal à trou­ver l’ou­ver ture pour pas­ser en de­hors des zones de DRS. F1 2017 pro­pose un mo­teur phy­sique, une IA et des chal­lenges de bonne qua­li­té. La sai­son n’est ja­mais calme, entre les grands prix, on peut tra­vailler la re­cherche et le dé­ve­lop­pe­ment, c’est-à-dire que lors des es­sais libres, mais aus­si de la car­rière en gé­né­ral, on gagne des points que l’on peut in­ves­tir dans le dé­ve­lop­pe­ment de la voi­ture, et l’arbre de com­pé­tences est tout sim­ple­ment im­mense, il faut donc bien tra­vailler pour ob­te­nir des points et bien les gé­rer pour op­ti­mi­ser sa voi­ture. Ae­ro, mo­teur, par tie hy­bride, élec­tro­nique, tout y passe et même avec un di­dac­ti­ciel plu­tôt bien fait, on a du mal à se sor tir de sa pre­mière sai­son sans com­mettre d’im­pairs en R& D. De temps en temps, comme votre agent vous le pro­met en dé­but de sai­son, la vi­site d’un VIP ouvre la por te à une es­ca­pade pour faire une es­ca­pade au volant d’une voi­ture his­to­rique. De la McLa­ren Mp4/4 de 1988 à la Red Bull RB6 de 2010, de nou­veaux ho­ri­zons s’ouvrent à vous.

Un peu de pres­tige

Tant pen­dant la car­rière qu’en mode « one shoot », il est pos­sible de prendre le volant d’an­ciennes gloires des cir­cuits. Alors s’il est pos­sible de conduire ces voi­tures une main dans le dos avec toutes les aides, pour en ti­rer la vraie sa­veur, faites-nous plai­sir et al­lez dans les ré­glages de dif fi­cul­té pour désac­ti­ver tous les an­ti­blo­cages, an­ti­pa­ti­nages et autres aides... si­non à quoi bon ? Ces voi­tures étaient des voi­tures vi­vantes, des ma­chines à sen­sa­tions qui se mé­ritent avec un vrai ni­veau de dif­fi­cul­té. Pe­tit bé­mol, notre plai­sir au­rait été com­plet si, par exemple, cer tains cir­cuits étaient eux aus­si dis­po­nibles dans d’an­ciennes confi­gu­ra­tions, his­toire que la sor tie du tun­nel de Mo­na­co vous saute au vi­sage sans cette vi­laine chi­cane. Mais on pi­naille. Cô­té tech­nique pure et dure, F1 2017 pro­pose des gra­phismes re­vus pour cette sai­son avec des amé­lio­ra­tions, mais pas de ré­vo­lu­tion. Sur une ma­chine de type In­tel Core i7 3930 3,2 GHz, 16 Go de Ram et une car te vi­déo nVi­dia GTX 980 Ti 2 Go, en pous­sant tout au maxi­mum, nous avons en­core 72 FPS au mi­ni­mum en temps et 69 en temps de pluie à Mo­na­co. Par­lons de Mo­na­co, c’est LE cir­cuit qui montre que les dé­ve­lop­peurs se sont concentrés sur ce que l’on voit, lais­sant de cô­té les dé­cors, car les tex­tures des im­meubles ne sont vrai­ment pas au ni­veau du reste. No­tez que les ef fets d’eau sont mal­gré tout su­perbes à l’écran, com­pli­quant for te­ment les dé­pas­se­ments et la con­duite en cas de for te averse. Cô­té in­ter face, on au­rait ai­mé que l’af fi­chage tête haute soit dis­po­nible en plu­sieurs tailles, his­toire de ne pas quit­ter la piste des yeux quand on pi­lote en plein pe­lo­ton.

Quan­dil­pleut,il­pleut..eton­pi­lo­teun­peuàl’aveugle.

Le­sin­fos­del’ATH­sont­com­plètes mais­pas­tou­jours­li­sibles.

En­mo­de­cock­pit,la­lec­tu­re­de­la­pis­te­de­mande d’ef­fec­tuer­pas­mal­de­tours­pour­se­sen­tir àla­mai­son­cha­que­week-end.

San­sau­cu­neai­deau­pi­lo­tage,vous­res­sen­ti­rez ce­quel’on­pou­vai­té­prou­ve­ren88­quand on­se­lan­çai­ten­pis­tea­ve­cun­tel­bo­lide.

LeR&Dpro­po­seu­nar­bre­de­dé­ve­lop­pe­ment consi­dé­rable,àvous­de­bien­pi­lo­ter­pour­mé­ri­ter quel’équi­pe­dé­ve­lop­peu­ne­voi­tu­re­par­faite.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.