La 8e gé­né­ra­tion des Core d’In­tel à l’es­sai

Micro Pratique - - SOMMAIRE - Da­mien La­bou­rot

Avec ses Core de hui­tième gé­né­ra­tion, In­tel pro­pose quelques chan­ge­ments plu­tôt bien­ve­nus et qui étaient at­ten­dus de­puis long­temps. Il est pos­sible d’avoir plus de coeurs dans son PC pour le même prix, mais il fau­dra une nou­velle car te mère pour en pro­fi­ter...

Avec ses Core de hui­tième gé­né­ra­tion, In­tel pro­pose quelques chan­ge­ments plu­tôt bien­ve­nus et qui étaient at­ten­dus de­puis long­temps. Il est pos­sible d’avoir plus de coeurs dans son PC pour le même prix, mais il fau­dra une nou­velle carte mère pour en pro­fi­ter !

Pen­dant de trop nom­breuses an­nées, In­tel a été seul maître à bord dans le royaume des pro­ces­seurs et ce­la s’est res­sen­ti. Sans concur­rence, le construc­teur n’avait qu’à mettre à jour ses puces d’une an­née sur l’autre sans vrai­ment chan­ger la donne et n’of­frir fi­na­le­ment que quelques mo­di­fi­ca­tions çà et là en guise de nou­veau­tés. C’est évi­dem­ment un peu ré­duc­teur, mais ce n’est pas si loin de la vé­ri­té tant les chan­ge­ments sem­blaient mineurs d’une gé­né­ra­tion à l’autre. Or, l’an­née der­nière, AMD a fait une of­fen­sive concrète sur ce mar­ché des pro­ces­seurs qui a re­mis une vraie concur­rence en place et une réelle al­ter­na­tive aux pro­duits d’In­tel. Ses Ry­zen offrent ef­fec­ti­ve­ment de très bonnes per­for­mances et viennent mettre à mal une qua­si dé­cen­nie de règne sans par­tage. Et si ce­la n’a tou­ché que le mar­ché du PC fixe, cette an­née la donne de­vrait être aus­si dif­fé­rente sur por tables, car les puces d’AMD com­mencent aus­si à sé­duire l es fa­bri­cants de PC sur ce seg­ment- l à. Et il était vrai­ment temps car, au­jourd’hui, 9 ma­chines mo­biles sur 10 ont un pro­ces­seur In­tel à bord, c’est dire…

Boos­ter les coeurs

L’of­fen­sive d’AMD, qui vient de vivre sa se­conde étape ces der­nières se­maines, a consis­té à jouer prin­ci­pa­le­ment sur un angle sur le­quel In­tel s’était un peu en­dor­mi : le nombre de coeurs par CPU. En ef­fet, jus­qu’ici sur PC fixe pour le com­mun des mor tels, nous avions droit au maxi­mum à 4 coeurs phy­siques, soit 8 lo­giques grâce à la tech­no­lo­gie Hy­per­threa­ding. Cette der­nière per­met pour rap­pel de si­mu­ler un se­cond fil d’exé­cu­tion afin de mieux rem­plir en don­nées à cal­cu­ler au pro­ces­seur. Et sur ordinateur por table, nous étions blo­qués de la même ma­nière à un détail près : les ul­tra­por tables ou Ul­tra­book n’avaient que deux coeurs phy­siques ac­com­pa­gnés de deux coeurs lo­giques au maxi­mum, tan­dis que les ma­chines pour joueurs avaient droit à 4 coeurs/8 fils. Mal­heu­reu­se­ment pour In­tel donc – et heu­reu­se­ment pour nous –, AMD est ar­ri­vé avec ses Ry­zen et a qua­si­ment dou­blé les coeurs par tout par rap­por t à ce que pro­po­sait son concur­rent. For­cé­ment, à l’heure des pre­mières ana­lyses, ce­la a fait plu­tôt mal, car là où In­tel te­nait son mar­ché, il est de­ve­nu se­cond dans de nom­breux do­maines, sauf dans les jeux où ces pro­ces­seurs te­naient en­core la dra­gée haute à AMD. Il a fal­lu agir et plu­tôt vite. Dans une cer­taine pré­ci­pi­ta­tion, In­tel a donc bou­le­ver­sé son offre de toutes parts, du moins sur le pa­pier dans un pre­mier temps, car rien n’était vrai­ment dis­po­nible. En ef­fet, le géant de San­ta Cla­ra a mul­ti­plié les an­nonces au­tour de ses Core de hui­tième gé­né­ra­tion en com­men­çant par les mo­biles. C’est donc ici que les pre­miers chan­ge­ments ont été an­non­cés, le fon­deur dé­voi­lant des puces pour ul­tra­por­tables of­frant 4 coeurs et 8 fils d’exé­cu­tion. Entre l’an­nonce et la dis­po­ni­bi­li­té réelle, il s’est pas­sé de longs mois. Sur PC fixe, la situation a été qua­si­ment iden­tique, à ce­ci près que les pro­ces­seurs n’ont été dis­po­nibles qu’au compte-gouttes pen­dant de longues se­maines, sans que l’on ne sache vrai­ment pour­quoi. Mais main­te­nant tout est ren­tré dans l’ordre et tout est lar­ge­ment dis­po­nible, In­tel se payant aus­si le luxe d’of­frir dé­jà par tiel­le­ment un re­nou­vel­le­ment de sa gamme.

Une Un ar­chi­tec­ture et une gra­vure connues

Der­rière les Core de hui­tième gé­né­ra­tion, on re­trouve une ar­chi­tec­ture bien connue et sur tout très bien

maî­tri­sée de la part d’In­tel, même si elle porte un nou­veau nom : Cof­fee Lake. Der­rière ce­lui- ci, on re­trouve une très large par tie de ce qui était pré­sent dans les an­nées pré­cé­dentes, à sa­voir du Ka­by Lake, si ce n’est que l’on dis­pose de plus de coeurs à l’in­té­rieur, li­mi­tés à six pour l’ins­tant. La puce vidéo qui ac­com­pagne les pro­ces­seurs est elle car­ré­ment la même et, pour­tant, elle bé­né­fi­cie d’un lif­ting au ni­veau de son nom : on parle dé­sor­mais de la fa­mille UHD Gra­phics 600. Le nom est avant tout mar­ke­ting, mais il re­pré­sente mieux l’une des fonc­tion­na­li­tés pre­mières : le sup­por t de la très haute dé­fi­ni­tion. Ne comp­tez pas jouer pour au­tant avec, elle n’est tou­jours pas ca­pable de faire des mi­racles de ma­nière fluide dé­jà en Full HD. Pour ce qui est de la gra­vure, on est tou­jours en 14 na­no­mètres pour Cof­fee Lake, il fau­dra pa­tien­ter en­core quelques mois pour voir la suite ar­ri­ver, In­tel étant aus­si en re­tard sur le pas­sage au 10 nm, un comble pour le construc­teur qui a mis ses pro­cé­dés de fa­bri­ca­tion en avant pen­dant de nom­breuses an­nées… Quoi qu’il en soit, la pro­chaine ar­chi­tec­ture connue sous le nom de Can­non Lake se pré­cise et de­vrait ar­ri­ver d’ici l’an­née pro­chaine. Une pre­mière puce ayant dé­jà été dé­voi­lée of­fi­ciel­le­ment par In­tel, un Core i3- 8121U. Très éton­nant de la part du fon­deur, à moins bien sûr que ce ne soit uni­que­ment pour pou­voir dire que ce­la a été lan­cé en 2018… Le prin­ci­pal chan­ge­ment vien­drait cette fois de la par tie gra­phique, qui se­rait bien plus per­for­mante que l’ac­tuelle mais aus­si le sup­port de tech­no­lo­gies se­con­daires comme l’AVX-512. Bref, il est urgent d’at­tendre en­core un peu pour en sa­voir plus.

Nou­veaux pro­ces­seurs et nou­veaux chip­sets

Comme nous l e di­sions un peu plus haut, il n’y a pas de grands chan­ge­ments en termes d’ar­chi­tec­ture, si ce n’est que l’on dis­pose en théo­rie de plus de coeurs à l ’in­té­rieur. Le pro­ces­seur étant d’ailleurs dans le même so­cket LGA 1151. Mais In­tel a tout de même réa­li­sé quelques mo­di­fi­ca­tions ma­té­rielles ren­dant ses puces in­com­pa­tibles avec les pré­cé­dents chip­sets ! Il faut en ef­fet une car te mère équi­pée d’un chipset de la sé­rie 300. Seg­men­ta­tion oblige, il y a quatre chip­sets. On dis­pose du Z370 dans le haut de gamme, qui per­met de gé­rer plu­sieurs cartes gra­phiques et l’over­clo­cking pour ne ci­ter que les fonc­tions les plus in­té­res­santes. Le H370 ajoute le sup­por t na­tif de l’USB 3.2 sur quatre por ts au maxi­mum ain­si que le Wi-Fi 802.11ac en lien di­rect. Mais attention, il fau­dra que le fa­bri­cant de car tes mères ajoute tout de même une puce sur la carte. En­fin, le H310 s’oc­cupe de l’en­trée de gamme avec seule­ment quatre ports USB 3.1 au maxi­mum et un bus PCI Ex­press en­core li­mi­té au 2.0, là où les autres sont dé­jà en 3.0.

Tou­jours est- il que ce­la per­met de trou­ver des car tes mères aux alen­tours de 50 € et, là en­core, le Wi-Fi peut être in­té­gré de base. En­fin, il y a le chipset B360, B pour Bu­si­ness, c’est-à-dire les cartes mères dé­diées aux or­di­na­teurs conçus pour les pro­fes­sion­nels. Il re­prend d’ailleurs les mêmes fonc­tion­na­li­tés que le H370 à un détail près au ni­veau des ports USB 3.1 où il en sup­porte 6 au lieu de 8. En­fin un Z390 de­vrait ar­ri­ver d’ici l’au­tomne en rem­pla­ce­ment du Z370, car comme vous avez pu le consta­ter, les chip­sets in­fé­rieurs peuvent s’avé­rer plus in­té­res­sants en ce qui concerne la ges­tion de l’USB ou en­core du Wi-Fi in­té­gré. En­core une preuve évi­dente que le lan­ce­ment de cette gamme dans son en­semble a été fait dans une cer­taine pré­ci­pi­ta­tion…

Une mise à jour plus que bien­ve­nue

Ces Core de hui­tième gé­né­ra­tion sont jus­ti­fiés à plus d’un titre. Les per­for­mances sont vrai­ment très bonnes par rap­por t à l’an­cienne gamme qui n’a pas à rou­gir pour au­tant, mais c’est sur­tout que cette vague de fraî­cheur est vrai­ment la bien­ve­nue du cô­té d’In­tel. On en se­rait presque à re­mer­cier AMD d’avoir sor­tie In­tel de sa lé­thar­gie ! En ef­fet, nous n’avions pas as­sis­té à de chan­ge­ment du nombre de coeurs de­puis de trop nom­breuses an­nées et l’on de­vait se conten­ter de bien maigres mo­di­fi­ca­tions d’une an­née à l’autre. Nous au­rions même tendance à pen­ser que le prin­ci­pal fon­deur s’était to­ta­le­ment re­po­sé sur ses lau­riers et voyait les an­nées dé­fi­ler en même temps que ses pro­fits. Il est à no­ter que cette ar­chi­tec­ture Cof­fee Lake, de­vrait être la der­nière à uti­li­ser le 14 na­no­mètres et que, dès l’an­née pro­chaine, une nou­velle gé­né­ra­tion de puces se­ra fon­due en 10 na­no­mètres por­tant le nom de Can­non Lake. En at­ten­dant, il pour­rait y avoir une ver­sion à 8 coeurs pour cette fin d’an­née dans le haut de gamme ac­com­pa­gnée d’un nou­veau chipset pour l’oc­ca­sion (le Z390). Quoi qu’il en soit et main­te­nant que toute la gamme est sor­tie, nous au­rions tendance à nous tour­ner vers plu­sieurs mo­dèles. On com­men­ce­ra par le Core i7 8700K pour ceux qui sont avides de per­for­mances brutes et qui veulent en avoir sous le pied. Car c’est un as­pect que nous n’avons pas évo­qué l’over­clo­cking, ce Core i7 peut grim­per aux alen­tours des 5 GHz avec une bonne carte mère et du ma­té­riel adé­quat pour le re­froi­dir ! C’est d’ailleurs une constante pour tous nos mo­dèles K de pou­voir mon­ter à cette fré­quence… Si ce bri­co­lage ne vous tente pas, il vaut alors mieux se tour­ner vers les mo­dèles d’en des­sous, comme le Core

i7 8700 « tout court » qui offre exac­te­ment les mêmes per­for­mances mais pour 60 € de moins. En des­sous, et avec la concur­rence d’AMD, nous au­rions tendance à glis­ser di­rec­te­ment vers un Core i5 8400 qui se place sous la barre des 200 € et qui of­fri­ra des per­for­mances un peu en de­çà de notre 8600K tes­té ici. En­fin, pour ce qui concerne les Core i3, c’est net­te­ment plus com­plexe car AMD met en face des puces net­te­ment plus in­té­res­santes pour l’ins­tant et l’on ne voit plus vrai­ment de rai­sons va­lables de les conseiller. Pour ce qui est des or­di­na­teurs por­tables, on va pa­tien­ter en­core un peu avant de don­ner notre ver­dict, car pour l’ins­tant, les par te­naires d’AMD n’en sont qu’au stade des an­nonces et les pro­duits n’ar­rivent pas sur le mar­ché. Il fau­dra cer­tai­ne­ment at­tendre la ren­trée des classes pour en sa­voir plus, mais sur le pa­pier, tout de­vrait êtr e l à pour of f r i r une v r ai e concur­rence aus­si, que ce soit sur les ul­tra­por tables ou sur les ma­chines plus conven­tion­nelles. D’au­tant plus qu’il y a la par­tie gra­phique qui est net­te­ment plus per­for­mante chez AMD !

Le Core i7 8700K vu par CPU-Z.

La men­tion « réa­li­té vir­tuelle » est sur la boîte du pro­ces­seur, ça change tout !

Une sé­rie de nou­veaux chip­sets pour ac­com­pa­gner ses nou­veaux Core avec, pour la pre­mière fois, la ges­tion na­tive de l’USB 3.2.

Une nou­velle carte mère avec un nou­veau chipset Z370 se­ra re­quise pour ces Cof­fee Lake d’In­tel.

Comme on peut le voir, la fa­mille des Core de hui­tième gé­né­ra­tion est dé­jà très vaste !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.