Ins­tal­lez et pro­fi­tez de Li­nux

Micro Pratique - - SOMMAIRE - Dos­sier réa­li­sé par Da­mien La­bou­rot

Les dis­tri­bu­tions Li­nux font en­core peur et, pour­tant, après une ins­tal­la­tion, force est de consta­ter que l’on trouve ra­pi­de­ment ses re­pères. Non, la console n’est plus obli­ga­toire. Voi­ci ce qu’il faut sa­voir pour bien dé­mar­rer dans l’en­vi­ron­ne­ment Li­nux.

Les dis­tri­bu­tions Li­nux font en­core peur et, pour­tant, après une ins­tal­la­tion, force est de consta­ter que l’on trouve très ra­pi­de­ment ses re­pères. Non... la console n’est plus obli­ga­toire. Tout ce que l’on re­trouve ou presque dans l’en­vi­ron­ne­ment Win­dows est aus­si pro­po­sé sous une forme ou une autre. Et si c’était le bon mo­ment pour faire le grand saut ? Voi­ci ce qu’il faut sa­voir pour bien dé­mar­rer dans l’en­vi­ron­ne­ment Li­nux.

Li­nux vous l’uti­li­sez dé­jà cer­tai­ne­ment, mais sans le sa­voir. Si vous dis­po­sez par exemple d’un smart­phone ou une ta­blette sous An­droid, il ou elle fonc­tionne au­tour d’une so­lu­tion dé­ve­lop­pée à par­tir du noyau Li­nux. Li­nux est à la base un noyau dé­ve­lop­pé par Li­nus Tor­vald et quelques autres in­gé­nieurs lo­gi­ciels. Ce noyau est en­suite in­té­gré au sein d’un en­vi­ron­ne­ment et, avec les lo­gi­ciels, tout ce­la forme alors une dis­tri­bu­tion. Il en existe un très grand nombre, avec des spé­ci­fi­ci­tés qui leur sont propres. Cer­taines par exemple fa­vo­risent les lo­gi­ciels libres uni­que­ment alors que d’autres vont in­té­grer des so­lu­tions pro­prié­taires. Dans cer tains cas, c’est l’usage qui va faire la dif­fé­rence. Par exemple Me­diaVault ou FreeNas sont toutes les deux des dis­tri­bu­tions gra­vi­tant au­tour de Li­nux mais qui ne ciblent pas un usage PC, puis­qu’elles se des­tinent à des ser­veurs de fi­chiers ou NAS. Nous pre­nions An­droid en pre­mier exemple pour les té­lé­phones in­tel­li­gents, mais les box In­ter­net ex­ploitent aus­si des sys­tèmes Li­nux, comme la Free­box Revolution de Free par exemple. Nous uti­li­sons donc Li­nux dé­jà de­puis des an­nées sans vrai­ment le sa­voir. Il est peut-être temps de lais­ser ses a prio­ri au pla­card et d’ins­tal­ler un sys­tème d’ex­ploi­ta­tion de ce type sur son or­di­na­teur...

Les bien­faits du monde libre

L’un des prin­ci­paux avan­tages des dis­tri­bu­tions Li­nux vient de la gra­tui­té de la li­cence. En ef­fet, contrai­re­ment à Win­dows qui est payant, les OS sont four­nis gra­cieu­se­ment par ceux qui les dé­ve­loppent. Pour se fi­nan­cer, ces so­cié­tés édi­trices four­nissent des pres­ta­tions aux pro­fes­sion­nels ou mo­né­tisent cer taines ap­pli­ca­tions. De plus, un très grand nombre de dis­tri­bu­tions pro­posent un mode « Live CD », un mode de dé­mons­tra­tion qui ne né­ces­site pas d’ins­tal­ler l’OS. Ce­la per­met d’es­sayer avant d’ins­tal­ler la chose sur sa mac­hine. C’est très pra­tique pour se don­ner une idée de l’in­ter­face, des fonc­tion­na­li­tés de base ou du mé­ca­nisme de l’ins­tal­la­tion, même si toutes les op­tions ne sont pas pré­sentes ou fonc­tion­nelles. Un autre avan­tage non né­gli­geable des dis­tri­bu­tions Li­nux vient de leur lé­gè­re­té. Il n’est pas né­ces­saire d’avoir une mac­hine

avec beau­coup de mé­moire vive ou un pro­ces­seur ré­cent. Elles s’adaptent très bien aux PC plus an­ciens. C’est d’ailleurs très utile sur un PC qui date et sur le­quel on ne veut pas in­ves­tir d’ar­gent. Ce­la don­ne­ra un coup de fouet et per­met­tra d’uti­li­ser en­core un peu un vieil or­di­na­teur. Li­nux fonc­tionne aus­si très bien sur un PC neuf mais sous cer­taines condi­tions. Il faut en ef­fet que les pi­lotes soient dis­po­nibles pour votre ma­té­riel. Si les pro­ces­seurs, SSD et autres bar r ettes mé­moire sont très bien sup­por­tés, c’est parce qu’un tra­vail en avance de phase a été fait par les construc­teurs avant la mise sur le mar­ché. En re­vanche, du cô­té des cartes gra­phiques, on ren­contre par­fois des sou­cis. In­tel contri­bue très tôt pour four­nir ses pi­lotes, mais ce n’est pas tou­jours le cas d’AMD et de nVi­dia qui vont at­tendre le der­nier mo­ment pour sor tir les leurs. Il en va de même avec les pé­ri­phé­riques, même si pour ces der­niers on s’en sort net­te­ment plus fa­ci­le­ment. En ef­fet, de­puis que les ap­pa­reils sont « sans fil », ils ex­ploitent des so­lu­tions lo­gi­cielles au tra­vers d’un na­vi­ga­teur et/ou sous forme d’ap­plis, il est alors ai­sé de faire fonc­tion­ner ces ap­pa­reils du pre­mier coup.

Des re­pères qui changent

Lorsque l ’on sou­haite bas­cu­ler du cô­té man­chot de la force, il est né­ces­saire de prendre son temps et sur tout sa­voir que l’on va perdre des re­pères et ha­bi­tudes par rap­por t à Win­dows, les bons comme les mau­vais d’ailleurs. Des choses ba­siques risquent de vous prendre un peu plus de temps au dé­part... Ras­su­rez-vous, après un temps d’adap­ta­tion, le bas­cu­le­ment vers Li­nux se fait as­sez fa­ci­le­ment, d’au­tant que le fonc­tion­ne­ment est qua­si iden­tique en bien des points. On re­trouve un sys­tème cen­tra­li­sé pour les mises à jour, que ce soit pour l’OS ou les ap­pli­ca­tions, ain­si qu’un kiosque. Ce­la évite de de­voir ins­tal­ler des pi­lotes ou ap­pli­ca­tions ma­nuel­le­ment et gé­rer les dé­pen­dances. C’est très pra­tique et ce­la offre un ni­veau de confort iden­tique à ce­lui de Win­dows chez Mi­cro­soft. L’un des élé­ments qui a re­bu­té beau­coup d’uti­li­sa­teurs est le cô­té poin­tu que peuvent avoir les dis­tri­bu­tions Li­nux. En ef­fet, étant mo­du­laire par dé­faut, l’OS peut être mo­di­fié à loi­sir, jus­qu’à son propre coeur (le Ker­nel). Mais ce­la exige gé­né­ra­le­ment des com­pé­tences et d’uti­li­ser la fa­meuse console ac­com­pa­gnée de ses lignes de code sou­vent in­com­pré­hen­sibles pour le com­mun des mor­tels. Pas d’in­quié­tude, à part dans des cas et usages très pré­cis, cette fa­meuse console et son lan­gage chi­mique ne vous ser­vi­ront pas !

Bien choi­sir sa dis­tri­bu­tion…

En tout pre­mier lieu, il est né­ces­saire de choi­sir sa dis­tri­bu­tion. Notre con­seil reste

d’al­ler vers celles qui s’adressent au grand pu­blic comme Fe­do­ra, Ma­geia ou en­core

Ubun­tu. La pre­mière est dé­ve­lop­pée par la com­mu­nau­té et sou­te­nue par Red Hat, l’un des prin­ci­paux con­tri­bu­teurs au­tour de Li­nux. La se­conde est fran­çaise et en­tre­te­nue par une as­so­cia­tion ain­si que par ses con­tri­bu­teurs. Elle a été fon­dée sur les cendres de Man­dri­va à par­tir de 2010. En­fin, la der­nière est cer tai­ne­ment la plus cé­lèbre et dé­ve­lop­pée par les An­glais de Ca­no­ni­cal. Ubun­tu est très connue car c’est l’une des pre­mières dis­tri­bu­tions à avoir vou­lu se sé­pa­rer du cô­té « uti­li­sa­teur exi­geant » pour se rendre ac­ces­sible au plus grand nombre avec une in­ter­face uti­li­sa­teur claire et simple. Elle est sou­vent dé­criée par les pu­ristes jus­te­ment pour ce­la, mais force c’est celle qui per­met une tran­si­tion fa­cile de­puis un en­vi­ron­ne­ment Win­dows.

… et ses lo­gi­ciels

Avoir un sys­tème d’ex­ploi­ta­tion est une chose mais il faut aus­si des lo­gi­ciels pour un usage quo­ti­dien, à moins d’uti­li­ser des so­lu­tions en ligne au tra­vers du na­vi­ga­teur. Dans un grand nombre de cas, les dis­tri­bu­tions Li­nux sont livrées avec Fi­re­fox, mais vous pou­vez aus­si ex­ploi­ter d’autres na­vi­ga­teurs, no­tam­ment Ch­rome ou son pen­dant libre Ch­ro­mium, qui dis­pose de la même in­ter­face, des mêmes op­tions mais il n’est pas es­tam­pillé Google. Pour ce qui est de la suite bu­reau­tique, Libre Of­fice rend bien ser­vice et s’avère re­la­ti­ve­ment équi­valent à ce que pro­pose la suite Of­fice de Mi­cro­soft. Tout n’est pas par­fait, loin de là, mais pour une ma­jo­ri­té d’uti­li­sa­teurs elle fe­ra l’af­faire. On y re­trouve un trai­te­ment de texte, un ta­bleur, un ou­til de pré­sen­ta­tion mul­ti­mé­dia, un ges­tion­naire de base de don­nées, etc. En­suite, vous au­rez le choix de cer tains autres lo­gi­ciels qui sont dis­po­nibles au­tant sur pla­te­forme Win­dows que Li­nux. C’est par exemple le cas de Skype de Mi­cro­soft. Pour ce qui est de la re­touche de pho­tos,

GIMP de­vra ten­ter de rem­pla­cer des ou­tils comme Pho­to­shop d’Adobe. Pour l a par t i e mul­ti mé­dia, nous v ous conseillons d’uti­li ser VLC qui, en plus d’être libre, fonc­tionne par­fai­te­ment sur n’im­porte quelle dis­tri­bu­tion et ne né­ces­si­te­ra pas d’ins­tal­la­tion de plug-in spé­ci­fique pour fonc­tion­ner. L’en­semble des lo­gi­ciels libres se re­trouvent au sein de kiosques four­nis de base avec l’OS. Il suf­fit d’al­ler pui­ser de­dans et de tes­ter. Comme dans les autres, il y a un tri à faire car toutes l es ap­pli­ca­tions ne se valent pas. Mais tant qu’à chan­ger ses ha­bi­tudes, au­tant prendre le temps de faire les choses bien. Pre­nez donc le temps d’es­sayer.

Es­sayer, c’est sou­vent l’adop­ter !

Si vous pre­nez le temps de vous fa­mi­lia­ri­ser avec l’en­vi­ron­ne­ment Li­nux, vous al­lez vite vous aper­ce­voir que la tran­si­tion est as­sez ra­pide, même si de nom­breuses ha­bi­tudes vont de­voir chan­ger. Pour un usage quo­ti­dien, un PC sous Li­nux convient par­fai­te­ment, il n’y a plus guère que pour les jeux qu’un PC sous Win­dows est vrai­ment im­pé­ra­tif. Il y a un autre bas­tion où Win­dows et MacOS peuvent en­core s’im­po­ser, c’est sur les ser­vices où il est né­ces­saire d’avoir une ges­tion des droits d’au­teurs comme les ser vices de vi­déo à la de­mande. Cer­tains bloquent en­core les uti­li­sa­teurs d’ou­tils libres. Mais pour com­bien de temps en­core ?

Libre Of­fice est sou­vent la suite bu­reau­tique four­nie par dé­faut avec les dis­tri­bu­tions Li­nux.

Li­nux Mint est une dis­tri­bu­tion simple à prendre en main.

Maî­tri­ser le ter­mi­nal n’est plus im­pé­ra­tif pour pou­voir uti­li­ser Li­nux quo­ti­dien­ne­ment.

FreeNas est aus­si une dis­tri­bu­tion Li­nux mais orien­tée pour un usage NAS uni­que­ment.

L’in­ter­face d’Ubun­tu vient de chan­ger avec la ver­sion 18.04, elle gagne en mo­der­ni­té au pas­sage.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.