DCS World

L état des lieux

Micro Simulateur - - LOGICIEL - par Em­ma­nuel Blan­chard

La gamme de si­mu­la­tions Eagle Dy­na­mics s’est for­gée au­tour du com­bat aé­ro­ter­restre mo­derne. En 2001, Lock On je­tait les bases du concept : sans être aus­si poin­tu que Fal­con 4, jus­qu’alors ré­fé­rence du genre, il met­tait en scène les ap­pa­reils de com­bat de l’OTAN et des forces sa­tel­lites de la Rus­sie pour le contrôle de la Cri­mée. L’ac­tua­li­té de 2014 a dra­ma­ti­que­ment rat­tra­pé la fic­tion… Mais lais­sons de cô­té ces consi­dé­ra­tions dé­jà évo­quées dans nos pages (voir la chro­nique dans MS 245) pour re­ve­nir sur la col­lec­tion… Lock On a évo­lué en Fla­ming Cliffs, puis FC2. En pa­ral­lèle, Eagle Dy­na­mics pu­bliait d’autres si­mu­la­teurs in­dé­pen­dants mais ayant tou­jours pour contexte le sud de la Rus­sie : Black Shark, si­mu­la­teur d’hé­li­co­ptère de com­bat le plus évo­lué de son époque, puis A-10C War­thog pour prendre les com­mandes du chas­seur de tank de l’Air Force. Ces deux pro­duits at­tei­gnaient un ni­veau de réa­lisme ra­re­ment ob­te­nu (comme Fal­con 4 !) et sur­ent sé­duire les sim­mers les plus exi­geants. Mais au dé­tri­ment de l’in­ter­opé­ra­bi­li­té et de l’es­pace disque…

Fé­dé­ra­tion

Chaque lo­gi­ciel re­pro­dui­sait à la fois l’aé­ro­nef titre, mais aus­si tout le monde vir­tuel, es­sen­tiel­le­ment le Cau­case et le lit­to­ral orien­tal de la mer Noire. Et ce­la oc­cupe de l’es­pace ! Dé­ci­sion fut prise de sim­pli­fier l’en­semble. Avec DCS World, l’uti­li­sa­teur té­lé­charge une fois pour toutes le théâtre d’opé­ra­tions, les mo­dules de créa­tion de mis­sion et les fonc­tions mul­ti­joueurs. En­suite se greffent sur ce mo­dule les ex­ten­sions dé­jà pu­bliées, ain­si que les pro­jets en cours (évo­qués plus bas). In­tel­li­gem­ment, l’édi­teur pu­blie DCS World gratuitement, les uti­li­sa­teurs dis­po­sant en outre de deux ap­pa­reils dé­jà in­té­grés, le Su25T (évo­lu­tion du Su-25 an­ti­char) et le bi­place TF-51D, un Mus­tang dé­bar­ras­sé de son ar­me­ment mais équi­pé d’un siège ar­rière. En ré­cu­pé­rant les 7 Go de don­nées de DCS World, le sim­mer dis­pose ain­si d’une base co­hé­rente à même d’ac­cueillir di­verses ex­ten­sions. C’est un peu l’es­prit d’un Flight Si­mu­la­tor dé­dié au com­bat aé­rien mo­derne ! Le lo­gi­ciel ac­cepte en outre d’en­re­gis­trer un pro­fil de com­mandes ( axes de j oys­tick, af­fec­ta­tions des rac­cour­cis­cla­vier…) pour chaque mo­dule com­plé­men­taire. Nul be­soin dans ces condi­tions de mo­di­fier l es contrôles à chaque chan­ge­ment de mon­ture. En contre­par­tie, il faut une confi­gu­ra­tion mus­clée : au mi­ni­mum (et c’est un eu­phé­misme) un

Pu­blié en mai 2012, amé­lio­ré de­puis, DCS World de­meure unique en son genre : une in­ter­face fé­dé­ra­trice pour toute une gamme de lo­gi­ciels. La sor­tie du Fw 190 D-9 nous a don­né l’oc­ca­sion de faire le point sur l’avan­ce­ment de ce projet.

OS en 64 bits avec 4 Go de RAM. Un sys­tème de pi­lo­tage HOTAS est aus­si for­te­ment re­com­man­dé pour ti­rer plei­ne­ment par­ti des pos­si­bi­li­tés of­fertes par les ex­ten­sions.

Les mo­dules

De­puis sa pa­ru­tion, DCS World a vu la sor­tie d’ex­ten­sions va­riées, cer­taines ins­pi­rées des lo­gi­ciels pré­cé­dem­ment pu­bliés, d’autres sous la forme de nou­veau­tés. En voi­ci la liste au mois de sep­tembre 2014, lais­sant de cô­té le Fw 190 D-9 pré­sen­té dans les pages pré­cé­dentes : Black Shark 2 (39,99 US$) : ini­tia­le­ment, Black Shark, si­mu­la­tion réa­liste de l’hé­li­co­ptère de com­bat Ka­mov Ka 50, était pa­ru en lo­gi­ciel in­dé­pen­dant. Mais les chan­ge­ments in­ter­ve­nus pour l’adap­ter à DCS World ont im­po­sé le pas­sage à une ver­sion 2 com­pa­tible avec la nouvelle in­ter­face. Il reste le si­mu­la­teur d’hé­li­co­ptère mi­li­taire le plus poin­tu du mo­ment. A-10C War­thog (39,99 US$) : le chas­seur de chars et ca­mion à bombes est de re­tour avec toute sa puis­sance de feu. Les pos­ses­seurs de la ver­sion « stand alone » peuvent ré­ins­tal­ler le War­thog dans DCS World avec le même nu­mé­ro d’ac­ti­va­tion. Fla­ming Cliffs 3 (39,99 US$) : si­mu­la­teur gé­né­rique, ce suc­ces­seur de Lock On pro­pose cinq ap­pa­reils (A-10A, F-15C, MiG-29, Su-25 et Su-27) moins réa­listes que dans Black Shark ou A-10C, mais qui per­mettent de va­rier les mis­sions et tes­ter toutes les fa­cettes du com­bat aé­rien mo­derne. À no­ter, le F-15C, le A-10A et le Su25 de FC3 sont aus­si dis­po­nibles sous la forme de mo­dules in­dé­pen­dants, à ta­rif ré­duit (9,99 US$). P-51D Mus­tang (29,99 US$) : un war­bird dans DCS ? Si on laisse de cô­té l’in­té­rêt d’un tel mo­dule, il faut re­con­naître que le chas­seur de l’Air Force est très bien re­pro­duit, aus­si bien gra­phi­que­ment que dans son mo­dèle de vol. Pour fans uni­que­ment néan­moins ! Com­bi­ned Arms (19,99 US$) : cette ex­ten­sion d’un genre nou­veau per­met de prendre le contrôle des véhicules blin­dés sur le champ de ba­taille. On bas­cule ain­si d’un aé­ro­nef à un tank, en ayant la pos­si­bi­li­té de don­ner des ordres à toutes les uni­tés au sol. L’IA fe­ra le reste ! Sans être une si­mu­la­tion de char à part en­tière, Com­bi­ned Arms donne l’oc­ca­sion de vivre le conflit au ni­veau du sol. UH-1H Huey (49,99 US$) : ex­ten­sion pu­bliée par une tierce par­tie, le vé­né­rable Huey est l’hé­li­co­ptère stan­dard des forces de l’OTAN et s’est équi­pé au fil du temps de ro­quettes et mi­trailleuses lourdes. Pour en sa­voir plus, re­voyez Apo­ca­lypse Now ! Mil Mi-8MTV (49,99 US$) : du même édi­teur tiers, cette ex­ten­sion met aux com­mandes d’un des hé­li­co­ptères les plus rus­tiques de l’ar­se­nal russe. Ini­tia­le­ment pré­vu pour le trans­port d’as­saut, le Mi-8 peut être équi­pé de pa­niers à ro­quettes ou de mis­siles an­ti­chars.

Au mo­ment où nous met­tons sous presse, deux mo­dules sup­plé­men­taires sont en préparation : un F-15C hy­per­réa­liste (du ni­veau du Ka-50 ou de l’A-10C) et un F-86F pour les nos­tal­giques de la guerre de Co­rée. Nous sui­vrons l’af­faire !

En ou­ver­ture :

Le Su-25T pi­lo­table fait par­tie de l’offre de base gra­tuite :

une bonne oc­ca­sion de s’es­sayer au

com­bat aé­ro­ter­restre.

Ci-des­sus : Le cock­pit du TF-51D, un

Mus­tang « ci­vi­li­sé » pour ex­hi­bi­tions aé­riennes.

Ci-contre : L’in­ter­face d’ac­cueil de DCS World. Ci-des­sous : Com­bi­ned Arms donne le contrôle des forces ter­restres, aus­si bien sur la carte que dans les véhicules.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.