Pi­la­tus PC- 12

Luxe et per­for­mances…

Micro Simulateur - - EXTENSION - par Em­ma­nuel Blan­chard

Pour voya­ger loin sans for­cé­ment tom­ber dans les gros-por­teurs, il existe une ca­té­go­rie d’avions par­ti­cu­lière : celle des trans­por­teurs à tur­bine, dont le Pi­la­tus PC-12 est une des meilleures illus­tra­tions. Ca­re­na­do nous pro­pose d’en prendre les com­mandes.

Si on ob­serve le monde de l’avia­tion ci­vile hors avions de ligne, il existe deux fa­milles prin­ci­pales d’ap­pa­reils : d’un cô­té les pe­tits avions de tou­risme, éco­no­miques à l’achat et à l’usage mais aux per­for­mances li­mi­tées. De l’autre cô­té, on trouve les com­mu­ters, trans­por­teurs ré­gio­naux adap­tés au trans­port de pas­sa­gers (et de fret) sur des dis­tances courtes ou moyennes, ra­pides mais hors de por­tée fi­nan­cière d’un par­ti­cu­lier ou même d’une PME de trans­port. Dans le petit monde qui sé­pare ces deux ex­trêmes, il reste de la place pour une ca­té­go­rie de pe­tits trans- por­teurs ra­pides, sûrs, ca­pables d’IFR à haute al­ti­tude mais aux ca­pa­ci­tés d’em­port li­mi­tées. Ce sont les avions d’af­faire, les taxis aé­riens, les pe­tits trans­por­teurs des lignes pri­vées qui sont réunis sous l’ap­pel­la­tion gé­né­rique d’« exe­cu­tive air­crafts ». Au sein de cette fa­mille, les mo­dèles tur­bo­pro­pul­sés se dé­marquent : ils sont plus per­for­mants que les pis­tons (ces der­niers étant li­mi­tés en al­ti­tude et en vi­tesse) et plus éco­no­miques que les ap­pa­reils pro­pul­sés par ré­ac­tion. De sur­croît, la for­mule à tur­bine per­met de ne re­cou­rir qu’à un seul mo­teur là où les jets en ont plu­tôt deux (pour des rai­sons de sy­mé­trie lors de la concep­tion).

Ce n’est donc pas un ha­sard si la for­mule du mo­no­mo­teur à tur­bine séduit de plus en plus de clients – et mo­tive par la même oc­ca­sion des constructeurs éclai­rés. Nous avions évo­qué le TBM850 de So­ca­ta par Wilco ( MS n°240), réus­site dans le genre aus­si bien en vir­tuel qu’en réel. Ca­re­na­do avait aus­si pro­duit sa ver­sion du TBM, voi­ci donc qu’il s’at­taque à la concur­rence avec l e PC-12 de l’avion­neur suisse Pi­la­tus.

Li­vrai­son au han­gar

Si les deux ap­pa­reils se res­semblent par leur forme, le PC-12 est plus grand que le TBM850 : 14,40 mètres de long pour 16,23 mètres d’en­ver­gure (contre res­pec­ti­ve­ment 10,73 et 12,83). L’avion suisse est en outre pro­pul­sé par une tur­bine P&W PT6D dé­ve­lop­pant 1 200 ch alors que l’avion fran­çais ne pro­fite que de 850 ch. Les ca­rac­té­ris­tiques du Pi­la­tus per­mettent d’em­bar­quer jus­qu’à neuf pas­sa­gers (six pour le TBM) à 30 000 ft et 270 kt. Certes ce­la reste moins ra­pide qu’un Lear­jet, Fal­con ou Ci­ta­tion, mais avec un avan­tage non né­gli­geable : des ca­pa­ci­tés de dé­col­lage et at­ter­ris­sage courts qui mettent à sa por­tée des ter­rains in­ac­ces­sibles aux jets. Et les pas­sa­gers de luxe sont bien connus pour pré­fé­rer ga­gner du temps. Or voya­ger sur un avion ra­pide, c’est sou­vent uti­li­ser des grandes pla­te­formes, donc at­tendre à l’em­bar­que­ment et re­cou­rir en­suite à un taxi (ou une li­mou­sine) pour re­joindre la des­ti­na­tion fi­nale, pas tou­jours proche du­dit aé­ro­port. Alors qu’un ADAC, s’il est moins ra­pide en vol, peut des­ser­vir des ter­rains au plus près du but. Les moindres per­for­mances en vi­tesse pure des avions tur­bo­pro­pul­sé sont contre­ba­lan­cées par leur meilleur ac­cès aux pistes re­cu­lées.

Ca­re­na­do s’était dé­jà es­sayé au seg­ment par­ti­cu­lier des « exe­cu­tive » ain­si qu’aux ap­pa­reils tur­bo­pro­pul­sés, l’ex­pé­rience se fait sen­tir dans sa réa­li­sa­tion du Pi­la­tus. L’ex­ten­sion est pro­po­sée pour FS X et P3D V2 (dans le même fi­chier, le choix du si­mu­la­teur de des­ti­na­tion s’ef­fec­tuant à l’ins­tal­la­tion) pour un ta­rif de 39,95 US $, soit au­tour de 32 eu­ros. L’in­té­gra­tion dans la flotte vir­tuelle du si­mu­la­teur est au­to­ma­tique après va­li­da­tion de l’adresse de cour­rier élec­tro­nique et du code d’ac­ti­va­tion four­ni lors de l’achat en ligne. Six li­vrées sont pro­po­sées, plus une blanche pour les re­paints afin d’avoir un avion per­son­na­li­sé.

Comme à son ha­bi­tude, Ca­re­na­do livre avec son ex­ten­sion une do­cu­men­ta­tion im­po­sante au for­mat PDF (et en an­glais) à la fois ti­rée des ma­nuels réels du PC-12 et adap­tée à cer­tains as­pects de la si­mu­la­tion : les pro­cé­dures nor­males (26 pages) et d’ur­gence (24 p.), les vi­tesses de ré­fé­rence et les tables de per­for­mance, les guides d’uti­li­sa­tion des mo­dules GNS 530, EFIS et af­fi­chage mul­ti­fonc­tion, en­fin les ré­glages re­com­man­dés pour FS X (et P3D). No­tez que la ta­blette de FS ne re­prend pas les in­for­ma­tions des check-lists ou les vi­tesses de l’ap­pa­reil. Il pour­ra être utile d’im­pri­mer les ta­bleaux PDF ou de les af­fi­cher sur une ta­blette dé­por­tée. Tout ce­ci est

Si le so­leil vous gêne, il suf­fit de bais­ser les vo­lets !

L’avion en main­te­nance. L’ove­rhead :

cir­cuits élec­triques, feux, dé­mar­rage

et air condi­tion­né.

Le cock­pit vir­tuel de­puis la place du co­pi­lote.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.