Une his­toire de ni­veaux…

Le monde de la si­mu­la­tion

Micro Simulateur - - CHRONIQUE - ParEm­ma­nuelB­lan­chard

Les éva­lua­tions, exa­mens et qua­li­fi­ca­tions oc­cupent une grande place dans tous les par­cours in­di­vi­duels. Mais dé­fi­nir le ni­veau de com­pé­tence en si­mu­la­tion se heurte à plu­sieurs écueils, le pre­mier étant la dé­fi­ni­tion même de ni­veau…

éva­lua­tion­nite gagne du ter­rain ! Cette ten­dance d’ori­gine an­glo­saxonne à dé­crire les compétences, les sa­voir-faire et sa­voir-être a fait son ir­rup­tion dans tous les do­maines pro­fes­sion­nels de­puis le mi­lieu des an­nées 90. Les grilles d’éva­lua­tion ont en­va­hi nos ac­ti­vi­tés : co­chez la case cor­res­pon­dante : « Je sais faire ce­ci, un peu, beau­coup, pas­sion­né­ment, pas du tout… ». Cha­cun cherche à connaître son ni­veau, ce sa­cro­saint ni­veau, pour trou­ver sa place exacte dans une so­cié­té en per­pé­tuelle com­pé­ti­tion. Au­cun do­maine n’y échappe, de­puis les en­tre­tiens en en­tre­prise jus­qu’au coa­ching en cui­sine en pas­sant par l’Édu­ca­tion na­tio­nale… Et l a si­mu­la­tion est aus­si tou­chée par cette ten­dance : avant de re­joindre une as­so­cia­tion ou de vo­ler en ré­seau, on vous de­man­de­ra cer­tai­ne­ment quel est votre ni­veau…

Ex­pert en quoi ?

Le terme de ni­veau de com­pé­tence en si­mu­la­tion de vol est dé­jà trom­peur (notez que nous abor­dons ici le su­jet sous l’angle de la si­mu­la­tion de vol, mais on peut ai­sé­ment trans­po­ser à d’autres do­maines : pi­lo­tage au­to­mo­bile, trains…). Le pro­blème en si­mu­la­tion, telle que nous la trai­tons dans nos pages, est qu’il n’y a pas qu’un seul do­maine d’ap­pli­ca­tion. C’est une dis­ci­pline tel­le­ment vaste et com­plexe qu’elle re­quiert de mul­tiples sa­voirs, et c’est peut-être jus­te­ment ce qui en fait la ri­chesse. Cer­tains de nos lec­teurs sont des pi­lotes pro­fes­sion­nels, rom­pus à toutes sortes d’aé­ro­nefs, mais to­ta­le­ment per­dus de­vant un écran de

Ci-des­sus : Le C172 de FS X : l’avion de dé­cou­verte par

ex­cel­lence, il semble très simple et ré­ser­vé aux néo­phytes ;

mais il faut dé­jà connaître les ru­di­ments du pi­lo­tage,

le ré­glage du mo­teur, les ef­fets météo…

Ci-contre : Le B777 de PMDG : son réa­lisme pous­sé qui prend en

compte les nom­breuses au­to­ma­ti­sa­tions

en fait fi­na­le­ment un ap­pa­reil moins

com­plexe à pi­lo­ter qu’il n’y

pa­raît.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.