Spécial ral­lye

Nam­co Sebastien Loeb Ral­ly Evo / Co­de­mas­ters Dirt Ral­ly / WRC 5 Big­ben

Micro Simulateur - - SOMMAIRE -

Rien­pen­dant­de­san­née­set­voi­là­qu’en­moins­de­deux­mois,sor­tent­trois­nou­veau­tés­dans le­do­mai­ne­du­ral­lye:une­sor­te­de­mi­racle!Maiss’il­ne­fal­lai­ten­gar­der­qu’une,que­fe­rions-nous?

Deux li cences et une dy­nas­tie pour un titre de cham­pion du monde des ral­lyes, voi­là ce qui nous at­tend. Met­tons l es choses au point : pour l’ins­tant, ce test se veut le plus im­par­tial pos­sible mais, la faute à un ca­len­drier de sor­ties com­pli­qué, il met face à face des jeux qui ne sont pour l’ins­tant pas dis­po­nibles pour tout le monde. WRC 5 existe sur con­sole et PC, Sebastien Loeb Ral­ly Evo fait de même et Co­de­mas­ters ré­serve jus­qu’au prin­temps son Dirt Ral­ly au monde PC. Autre pe­tite contra­rié­té, seule une ver­sion PS4 est ar­ri­vée à l a ré­dac­tion pour SLRE (Sebastien Loeb Ral­ly Evo). Mais pou­voir prendre le vo­lant dans ces trois nou­veau­tés reste un réel plai­sir. WRC 5 n’a fi­na­le­ment pas de vé­ri­table concur­rent sur le pa­pier, puis­qu’il est seul à bé­né­fi­cier de l a li cence WRC, des pistes, des pi­lotes et des écu­ries of­fi­cielles. SLRE pro­pose un gros « ser­vice fan » comme l’on dit main­te­nant, puisque le hé­ros du jeu, c’est vous, mais sur­tout « lui ». Et Dirt Ral­ly est un re­tour aux sources pour Co­de­mas­ters qui fut tout de même l’au­teur des cé­lèbres Co­lin McRae Ral­ly. Pour fi­nir nos deux pro­ta­go­nistes sans li­cence pro­posent des épreuves in­no­vantes pour contrer l’ab­sence de stars. Cha­cune de ces simulations évo­lue. WRC 5 change de stu­dio, puisque le jeu a quit­té le gi­ron de Mi­les­tone. La nou­velle équipe part ain­si d’une feuille blanche et es­saye de faire ou­blier les der­niers opus ren­voyés au rang de jeu d’ar­cade. De son cô­té, Mi­les­tone, fort de la réus­site dans le monde des deux roues (Mo­toGp, MxGP et Ride), a réus­si à sé­duire le dis­tri­bu­teur Nam­co et offre aux fans un jeu ba­sé sur la vie de Sé­bas­tien Loeb. De prime abord, le pas­sage de la mo­to à la voi­ture peut lais­ser le joueur mé­fiant. Cir­cons­pec­tion qu’on re­trouve avec le titre am­bi­tieux de Co­de­mas­ters qui cherche, ni plus ni moins, à re­trou­ver son titre de roi du ral­lye sur écran.

Le pa­tron al­sa­cien

Pe­tit der­nier, SLRE pro­pose donc de re­jouer la vie du no­nuple cham­pion du monde, mais aus­si un mode car­rière où l’on com­mence pe­tit, avant de vi­ser un pal­ma­rès in­ter­na­tio­nal. Mi­les­tone s’est gran­de­ment ap­puyé sur l’un de ses titres phares de l’an­née, Ride, trans­po­sant l’ex­pé­rience mo­to au ral­lye ou, plus exac­te­ment, en uti­li­sant ses rou­tines pour les ap­pli­quer à Sebastien Loeb Ral­ly Evo. Ain­si le mode car­rière offre une pre­mière voi­ture, mais il fau­dra ga­gner des mé­dailles dans un cer­tain nombre d’épreuves pour ga­gner de l’ar­gent que l’on ré­in­ves­tit dans de nou­velles voi­tures pour par­ti­ci­per à de nou­veaux dé­fis. De ce cô­té, les Spé­ciales de ral­lye sont au pro­gramme, mais aus­si la course de côte de Pikes Peak, dont Sé­bas­tien Loeb dé­tient le re­cord, et le Ral­ly-Cross. Pas de pistes « of­fi­cielles » ou qua­si­ment pas, même si l’on évoque le Ral­lye d’Al­sace ou la piste de Loe­hac pour le Cross. Pour les voi­tures, le ca­ta­logue est as­sez four­ni, mais comme dans Ride, Mi­les­tone pro­pose des vé­hi­cules qu’il fau­dra, en

Le Ral­ly­Cross est plai­sant à jouer dans SLRE.

La Grèce et ses pistes pous­sié­reuses dans Dirt Ral­ly.

Les élé­ments se dé­chaînent dans WRC 5 et la conduite s’en res­sent.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.