Dé­rou­te­ment et at­tente

Le Boeing 777 en pro­fon­deur

Micro Simulateur - - PRATIQUE - ParVé­ro­ni­queRey­nier

L’ar­ri­vée à des­ti­na­tion pro­pose sou­vent des sur­prises, qu’il est né­ces­saire d’étu­dier avant d’en­trer dans les pro­cé­dures d’ar­ri­vée pro­pre­ment dites. Faut-il chan­ger de des­ti­na­tion ? Se mettre à tour­ner en rond ? Le FMS du 777 a tout pré­vu !

Les im­pon­dé­rables sur­gissent sur­tout en fin de vol, qu’il s’agisse de se dé­rou­ter ou de de­voir at­tendre pour faire son ar­ri­vée. C’est la rai­son pour la­quelle ce cha­pitre prend place après avoir en­ta­mé la des­cente. L’at­tente est du reste sou­vent liée à l’ar­ri­vée, soit qu’elle soit né­ces­saire pour le sé­quen­ce­ment du tra­fic par le contrôle, soit que la des­cente n’ait pas été suf­fi­sam­ment ef­fi­cace et qu’il faille perdre de l’al­ti­tude.

Le dé­rou­te­ment est fa­ci­li­té par le tra­vail im­por­tant four­ni par le FMC, qui dès qu’un aé­ro­port al­ter­na­tif est sé­lec­tion­né cal­cule le nou­veau plan de vol tant sur le plan ho­ri­zon­tal que ver­ti­cal. Plu­sieurs choix d’aé­ro­ports ac­ces­sibles avec le car­bu­rant res­tant à bord sont pro­po­sés et, dans la réa­li­té, l’équi­page peut aus­si uti­li­ser les trans­mis­sions nu­mé­riques pour ob­te­nir des in­for­ma­tions de sa com­pa­gnie no­tam­ment – c’est im­por­tant en termes d’en­tre­tien et de re­fue­ling : sup­po­sons que le dé­rou­te­ment soit lié à une panne de ré­ac­teur ou d’équi­pe­ment, mieux vaut se di­ri­ger vers une des­ti­na­tion ayant des ins­tal­la­tions adap­tées et dont la main­te­nance est agréée par la com­pa­gnie.

L’art de ne pas ar­ri­ver à sa des­ti­na­tion

Chan­ger de des­ti­na­tion en cours de vol est un exer­cice très pri­sé des exa­mi­na­teurs en vol, car il met la pres­sion sur l’équi­page et de­mande or­ga­ni­sa­tion et ef­fi­ca­ci­té. Le FMS du 777 prend en charge une grande par­tie des tâches à ef­fec­tuer mais une vé­ri­fi­ca­tion du pi­lote à par­tir de ses cartes reste in­dis­pen­sable, comme tou­jours.

En cas de dé­rou­te­ment, c’est la page ALTN ( Al­ter­nate) qui joue le rôle prin­ci­pal. Elle per­met de sé­lec­tion­ner une des­ti­na­tion al­ter­na­tive et d’en af­fi­cher les in­for­ma­tions, ain­si que d’ini­tier un dé­rou­te­ment. L’exemple don­né par le ma­nuel du FMS Ho­ney­well concerne un cas de panne mo­teur, mais beau­coup d’autres causes peuvent né­ces­si­ter un dé­rou­te­ment, des condi-

Fig. 1 : La page de dé­rou­te­ment (ALTN) du FMC (Source FCOM) : 1. Af­fiche les iden­ti­fiants des quatre aé­ro­ports clas­sés par temps de vol (ETA) ; 2. Lance une re­quête via da­ta­link pour une liste d’aé­ro­ports al­ter­na­tifs pré­fé­ren­tiels ; 3. Lance une re­quête via da­ta­link pour la mé­téo ; 4. Cal­cul du temps es­ti­mé pour l’ar­ri­vée (ETA) ; 5. Cal­cul du car­bu­rant es­ti­mé à l’ar­ri­vée ; 6. Marque l’aé­ro­port sé­lec­tion­né ; 7. Af­fiche la page XXXX ALTN pour l’aé­ro­port mar­qué d’un > ; 8. Met de cô­té un ou deux aé­ro­ports ; 9. Lance le cal­cul du dé­rou­te­ment. Les dé­tails de la route peuvent être confir­més ou mo­di­fiés avant exé­cu­tion (avec le bou­ton EXEC).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.