X-Plane11

La bê­ta dé­voi­lée

Micro Simulateur - - SOMMAIRE - ParEm­ma­nuelB­lan­chard

An­non­cé of­fi­ciel­le­ment pour fin jan­vier, X-Plane 11 dé­voile quelques-uns de ses se­crets dans sa ver­sion bê­ta. Nous l’avons tes­tée pour vous !

An­non­cée of­fi­ciel­le­ment pour fin jan­vier 2017, la nouvelle ver­sion du si­mu­la­teur X-Plane est dé­jà pro­po­sée dans une dé­cli­nai­son en cours de dé­ve­lop­pe­ment à quelques heu­reux élus. Mi­cro Si­mu­la­teur fait par­tie de ces der­niers, et nous vous li­vrons nos pre­mières im­pres­sions à chaud !

On at­ten­dait pour la fin 2016 le si­mu­la­teur « tout nou­veau » pro­mis par Do­ve­tail Games, fi­na­le­ment la sur­prise est ve­nue des deux chal­len­gers : d’abord Ae­ro­fly FS 2 que vous avez pu dé­cou­vrir le mois der­nier, et pour ce dé­but 2017 la der­nière ver­sion en date du lo­gi­ciel de La­mi­nar Re­search, X-Plane 11. Face à cette con­cur­rence, les dé­ten­teurs des droits de la li­cence Flight Si­mu­la­tor de­vraient com­men­cer à ré­flé­chir à l’ave­nir, car les sim­mers risquent fort de bas­cu­ler dans l’un des deux (ou les deux à la fois !) modes al­ter­na­tifs !

On ne vous re­fe­ra pas l’his­to­rique com­plet de la sa­ga X-Plane, néan­moins le rap­pel de quelques points im­por­tants est né­ces­saire pour com­prendre cette nouvelle mou­ture. Ini­tia­le­ment pu­blié en 1993 pour les or­di­na­teurs Apple, le si­mu­la­teur se dé­mar­quait des pro­duits concur­rents par une ap­proche ori­gi­nale des mo­dèles de vol, plu­tôt que par le sou­ci de créer un uni­vers gra­phi­que­ment riche. Au fil des édi­tions suc­ces­sives, le mo­teur de base du pro­gramme n’avait que peu évo­lué, mais les dé­cors furent amé­lio­rés par le prin­cipe de couches suc­ces­sives. Le lo­gi­ciel ga­gna plus qu’un succès d’es­time, no­tam­ment par l’in­té­gra­tion d’uti­li­taires pour créer ses propres ap­pa­reils. Mais pour conqué­rir un large pu­blic, plu­tôt tour­né vers l’uni­vers Flight Si­mu­la­tor, X-Plane man­quait un peu de convi­via­li­té. Avec la ver­sion 10.30 (puis 10.50), des pro­grès ont été ac­com­plis, ne se­rait-ce que par une in­ter­face d’ac­cueil per­met­tant en quelques clics de confi­gu­rer un vol (ap­pa­reil, lo­ca­li­sa­tion, heure et sai­son, mé­téo) là où les pré­cé­dentes ver­sions im­po­saient de mul­tiples ré­glages dans des me­nus pas tou­jours très clairs.

En­fin, le 6 dé­cembre der­nier, La­mi­nar Re­search dé­voi­lait la ver­sion bê­ta de son der­nier-né, XP­lane 11, dont la ver­sion com­plète (on n’ose ja­mais dire dé­fi­ni­tive, vu que les lo­gi­ciels évo­luent conti­nuel-

le­ment) de­vrait être com­mer­cia­li­sée en boîte et té­lé­char­ge­ment à partir de la fin du mois de jan­vier 2017. C’est jus­te­ment cette ver­sion bê­ta que nous avons eue en avant-pre­mière grâce à l’édi­teur Ae­ro­soft (un grand mer­ci !). Ce qui im­pose de ré­pé­ter les aver­tis­se­ments que nous avions for­mu­lés au su­jet d’Ae­ro­fly FS 2 : nous li­vrons nos im­pres­sions brutes, sans le re­cul né­ces­saire pour l’ana­lyse d’un pro­duit com­mer­cial. L’idée est avant tout de ju­ger des nou­veau­tés et amé­lio­ra­tions ap­por­tées à la gamme X-Plane, pas de ju­ger des per­for­mances (quoique… nous y re­vien­drons plus loin !) du pro­duit. En route donc pour la dé­cou­verte de cette nouvelle édi­tion.

Ins­tal­la­tion et zones

La bê­ta que nous avons eue en test étant une ver­sion à té­lé­char­ger – et nul doute que le lo­gi­ciel se­ra dis­tri­bué de cette fa­çon, en plus des dé­cli­nai­sons en boîte, au­tour de 60 eu­ros. Nous au­rions d’ailleurs pré­fé­ré cette se­conde op­tion, vu la quan­ti­té de don­nées à ré­cu­pé­rer ! Le mo­dule d’ins­tal­la­tion ini­tial de­mande de co­cher les ré­gions du monde à in­té­grer (on peut y re­ve­nir par la suite). Dans notre cas, nous avons co­ché l’Eu­rope oc­ci­den­tale, les États-Unis et une par­tie de l’Ex­trême-Orient (voir cap­ture) : au fi­nal 34 Go de don­nées, et grâce à la liai­son In­ter­net dé­plo­rable dont nous dis­po­sons à la ré­dac­tion, nous n’avons eu be­soin « que » de 60 heures de té­lé­char­ge­ment (contre les 39 an­non­cées par le lo­gi­ciel) pour ré­cu­pé­rer les dé­cors. Ga­geons que chez la plu-

part des uti­li­sa­teurs cette du­rée de té­lé­char­ge­ment se­ra plus courte, sur­tout si on cherche à té­lé­char­ger l’in­té­gra­li­té des dé­cors (au­tour de 90 Go). Quoi qu’il en soit, il fau­dra pen­ser à mé­na­ger de l’es­pace sur le disque de des­ti­na­tion. On re­trouve avec plai­sir l’ar­chi­tec­ture des fi­chiers, X-Plane 11 s’ins­talle tou­jours dans son propre ré­per­toire in­dé­pen­dant, sans connexions com­plexes avec les autres fi­chiers et dos­siers de Win­dows.

Au lan­ce­ment, l’in­ter­face est en par­tie tra­duite en fran­çais, un bon point qui de­vrait se gé­né­ra­li­ser au reste des me­nus sur les évo­lu­tions à ve­nir. On peut fa­ci­le­ment créer un vol, char­ger un vol sau­ve­gar­dé ou re­prendre la der­nière aven­ture où on l’avait lais­sée, suivre une des le­çons de l’école de pi­lo­tage (grande nou­veau­té) ou pa­ra­mé­trer le lo­gi­ciel. Sur ce der­nier point, des ef­forts ont été ac­com­plis. Nos pé­ri­phé­riques (d’abord un Sai­tek AV-8, puis l’en­semble com­plet Pro Flight Ces­sa avec trim et pa­lon­nier) ont été re­con­nus im­mé­dia­te­ment mais ont né­ces­si­té plu­sieurs ca­li­brages au fil des lan­ce­ments du lo­gi­ciel. Les af­fec­ta­tions par dé­faut sont suf­fi­santes pour les axes de contrôle, mais les fonc­tions at­tri­buées aux bou­tons ou rac­cour­cis cla­viers sont nom­breuses. Il fau­dra du temps pour bien as­si­mi­ler les com­mandes voire per­son­na­li­ser les af­fec­ta­tions.

Très gour­mand !

Lors du pre­mier lan­ce­ment, nous avions ré­glé les cur­seurs gra­phiques à mi-course, comme nous le fai­sons pour la plu­part des tests de lo­gi­ciels nou­veaux, afin de con­ser­ver une marge d’ajus­te­ment pour la suite. Et là, hor­reur : en plein écran, X-Plane était presque blo­qué, une image par se­conde à bord du C172 par dé­faut… Nous avons bas­cu­lé en mode fe­nê­tré (ap­proxi­ma­ti­ve­ment en 1 280 x 1 024), cur­seurs gra­phiques au mi­ni­mum, et le ré­sul­tat de­meu­rait pi­toyable. Au mieux par­ve­nions-nous à 8 images/se­condes avec le pla­neur ASK21 (a prio­ri le moins gour­mand des ap­pa­reils), des condi­tions im­pos­sibles pour vo­ler et même prendre des captures d’écran. On se se­rait presque cru dix ans en ar­rière, lors des pre­miers es­sais de FS X ! Le plus éton­nant était que notre machine de test ac­cep­tait de faire tour­ner FS X ou Ae­ro­fly FS (les captures p. 50 de­vraient vous en convaincre) sans mon­trer le moindre signe de fai­blesse. Notre pro­blème de FPS au ras des pâ­que­rettes n’a trou­vé aucune ré­ponse sur les fo­rums spé­cia­li­sés : le test al­lait-il pou­voir avoir lieu avant le bou­clage du nu­mé­ro ? Fi­na­le­ment la so­lu­tion était toute simple : c’était le mo­dule de par­tage Nvi­dia qui pui­sait dans les res­sources ! En désac­ti­vant cette fonc­tion dans le pan­neau du ges­tion­naire Ge­force Ex­pe­rience, X-Plane est en­fin de­ve­nu jouable, avec un fra­me­rate re­mon­té à 40 images/sec et des cur­seurs à mi-course, en plein écran à 1 920 x 1 080 pixels. Ouf !

Cette pe­tite mésa­ven­ture en guise d’anec­dote (vous sau­rez tout sur la vie de la ré­dac­tion !) ne doit pas ca­cher un point es­sen­tiel : même si nous n’évo­quons ici que la ver­sion bê­ta du si­mu­la­teur, il ne fait aucun doute que le lo­gi­ciel fi­nal se­ra gour­mand, très gour­mand en res­sources, et pas seule­ment gra­phiques. Pro­ces­seur et mé­moire se­ront au­tant mis à l’épreuve que le GPU, et les re­com­man­da­tions mi­ni­males de La­mi­nar (Core i3, 8 Go de RAM et carte gra­phique DX11 avec 1 Go, OS 64 bits) nous pa­raissent op­ti­mistes. Si un doute sub­siste quant à la ca­pa­ci­té d’un PC à faire tour­ner X-Plane 11, la so­lu­tion la plus simple est de té­lé­char­ger la ver­sion de dé­mons­tra-

tions gra­tuite (www.x-plane.com, on­glet « try it »).

Une fois le pro­blème ré­so­lu, on pro­fite d’une qua­li­té gra­phique bien plus agréable que dans XP10. Les tex­tures, même sans les pous­ser au maxi­mum, sont moins criardes que dans la pré­cé­dente ver­sion, d’une ap­pa­rence douce ; elles épousent un re­lief très convain­cant. Les ef­fets de lu­mière sont réus­sis, no­tam­ment les re­flets sur les car­lingues. Les routes au sol sont très nom­breuses, ca­lées d’après OpenS­treet Map (dixit La­mi­nar) et nous avons pu consta­ter leur per­ti­nence même dans des zones re­cu­lées. En re­vanche le land­class et les ob­jets 3D pêchent un peu : les ha­bi­ta­tions sont tou­jours dis­tri­buées li­néai­re­ment le long des routes, les ob­jets 3D sont peu va­riés et moins denses que dans d’autres si­mu­la­teurs. On peut es­ti­mer que c’est dû à la bê­ta et que l’uni­vers vir­tuel ne fe­ra que s’amé­lio­rer.

La mé­téo et l’heure du vol sont en­tiè­re­ment pa­ra­mé­trables à l’aide d’une in­ter­face claire et fa­ci­le­ment ac­ces­sible. On peut même y régler la hau­teur et la di­rec­tion des vagues (pour les hy­dra­vions), les condi­tions de gel, et évi­dem­ment im­por­ter des condi­tions réelles de­puis In­ter­net.

La flotte

Le han­gar par dé­faut com­porte onze en­trées :

trois­li­ners: B737-800, B747-400, ● MD80 ;

qua­treap­pa­reils­lé­gers: Ba­ron 58, ● Ces­sa Sky­hawk, VLJ Cir­rus SF50, King Air C90 ;

un­pla­neur : ASK21 ; ●

un­hé­li­co­ptère: Si­kors­ki S-76C ; ●

un­mi­li­taire: le SR-71 ; ●

un­hy­dra­vion: le Ces­sa Sky­hawk ● avec flot­teurs.

S’ajoutent de ma­nière ca­chée sept ap­pa­reils ti­rés de la pré­cé­dente mou­ture : le Stin­son L-5, le B-52G, le KC-10, la na­vette spa­tiale, le F-4 Phan­tom, le C-130 et l’incontournable X-15.

Tous les avions dis­posent d’un cock­pit 2D cli­quable, cer­tains offrent en plus un in­té­rieur vir­tuel com­plet et fonc­tion­nel. De ce que nous avons pu tes­ter, les mo­dèles de vol pré­cis (bien plus que dans FS, at­ten­tions pour les nou­veaux ve­nus qui ris­que­raient de se faire pié­ger !) sont dans la li­gnée de la tra­di­tion X-Plane. Les si­tua­tions stan­dar­di­sées des pré­cé­dentes édi­tions (ap­pon­tage, ra­vi­taille­ment en vol, es­sais du X-15) sont tou­jours là, dans les op­tions de per­son­na­li­sa­tion de si­tua­tion de dé­part. L’ATC a fait des pro­grès, le contrôle aé­rien per­met de créer un plan de vol à partir d’aé­ro­ports, de points tour­nants et de ba­lises, puis d’ob­te­nir les au­to­ri­sa­tions né­ces­saires, voire d’être gui­dé de­puis l’em­pla­ce­ment de par­king jus­qu’à la piste. À l’heure ac­tuelle le tra­fic IA est encore ru­di­men­taire, mais il ne peut que s’amé­lio­rer.

Bi­lan de cette bê­ta, ob­te­nue quelques jours avant le bou­clage du pré­sent nu­mé­ro : c’est très en­cou­ra­geant ! Gra­phi­que­ment XP­lane a évo­lué dans le bon sens ; et sur le plan de la convi­via­li­té et de l’ac­ces­si­bi­li­té, on a re­joint les stan­dards de la fa­mille FS. Reste à savoir quel plan de dé­ve­lop­pe­ment sui­vra La­mi­nar, quelles se­ront les po­li­tiques d’édi­tion d’ex­ten­sion (la com­pa­ti­bi­li­té avec les add-ons de XP10.5 n’est pas encore prou­vée). Néan­moins nous sommes im­pa­tients de pou­voir ap­pro­fon­dir notre dé­cou­verte, no­tam­ment avec les mo­dules four­nis pour créer des ap­pa­reils (grand clas­sique de la fa­mille X-Plane !). Donc le mois pro­chain, pour cé­lé­brer la ver­sion com­plète et fi­nale, nous pu­blie­rons un dos­sier com­plet sur ce si­mu­la­teur riche en pro­messes mais encore char­gé d’in­ter­ro­ga­tions. En at­ten­dant, vous pou­vez tou­jours je­ter un oeil à la ver­sion de dé­mons­tra­tion gra­tuite !

Le SR-71 est tou­jours là, avec ou sans ses mar­queurs de mo­dèle de vol in­ter­ac­tifs.

Le MD80 ga­ré à Or­ly. On re­con­naît bien l’aé­ro­port même si tous ne sont pas aus­si bien trai­tés.

Le choix des zones cou­vertes à l’ins­tal­la­tion – on peut y re­ve­nir ul­té­rieu­re­ment.

En haut : Dé­col­lage du 737-800 au cré­pus­cule. Ci-des­sus (à droite) : Le cock­pit vir­tuel du Sky­hawk, très clas­sique et li­sible. Ci-des­sus (à gauche) : Pa­ra­mé­trer un vol en quelques clics : ap­pa­reil, lo­ca­li­sa­tion, condi­tions mé­téo et horaires, tout est per­son­na­li­sable.

Ci-des­sus : Par­mi les nou­veau­tés, le S-76, ici au-des­sus de San Francisco (à com­pa­rer avec le plan de vol sur Ae­ro­fly FS 2 ?) Ci-contre : Le Ces­sa au-des­sus de la Thaï­lande.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.