Porsche Packs

Pour tous les goûts

Micro Simulateur - - SOMMAIRE N278 - ParEm­ma­nuelB­lan­chard

De­puis dé­cembre der­nier, trois packs d’ex­ten­sion pour Assetto Corsa font la part belle au plus my­thique des construc­teurs al­le­mands. De 1960 à 2017, presque soixante ans de sport au­to­mo­bile sont ain­si ré­su­més.

La firme Porsche est incontournable dès que l’on évoque les sports mé­ca­niques. Si ses in­cur­sions dans le monde de la For­mule 1 n’ont pas vrai­ment été cou­ron­nées de succès, elle a lar­ge­ment contre­ba­lan­cé par de brillantes dé­mons­tra­tions en en­du­rance, en ca­té­go­rie GT et bien d’autres dis­ci­plines. Le construc­teur al­le­mand est bien pré­sent dans le ga­rage par dé­faut d’Assetto Corsa, mal­heu­reu­se­ment pas avec ses voi­tures les plus em­blé­ma­tiques. On trouve ain­si le Cayenne Tur­bo S et le Ma­can Tur­bo, deux SUV dont le com­por- te­ment tient plus du char d’as­saut que de l’agile GT ; et la Pa­na­me­ra Tur­bo, une ber­line spor­tive certes mais pas vrai­ment ca­pable de ri­va­li­ser avec les GT ita­liennes ou bri­tan­niques du lo­gi­ciel.

Heu­reu­se­ment pour les conduc­teurs vir­tuels, Porsche a fi­na­le­ment don­né son ac­cord pour faire fi­gu­rer un peu plus de son ca­ta­logue his­to­rique dans Assetto Corsa. Au long de l’année 2016, trois packs d’ex­ten­sions ont ain­si été pu­bliés, cha­cun conte­nant sept vé­hi­cules (par­fois en plu­sieurs dé­cli­nai­sons) pour cou­vrir toute l’his­toire de la marque, et la plu­part des dis­ci­plines dans les­quelles elle s’est illus­trée. La pu­bli­ca­tion en dé­cembre der­nier nous donne l’oc­ca­sion de pas­ser la col­lec­tion à la loupe. Chaque pack est pro­po­sé au prix de 6,99 eu­ros, mais le trio est dis­po­nible au ta­rif pré­fé­ren­tiel de 15,99 eu­ros – soit moins qu’un avion ou un aé­ro­port pour FS X… Avouons qu’ajou­ter 21 vé­hi­cules dans Assetto Corsa pour ce ta­rif est ten­tant ! D’au­tant que la réa­li­sa­tion gra­phique est ir­ré­pro­chable, jusque dans les moindres dé­tails in­té­rieurs ou ex­té­rieurs, les captures de ces pages de­vraient vous en convaincre.

Plu­tôt que de pas­ser chaque voi­ture en re­vue, nous avons pré­fé­ré dé­ga­ger les grandes lignes des dif­fé­rentes ca­té­go­ries de bo­lides pré­sents dans les trois packs ; à cette fin, nous vous sou­met­tons un ta­bleau ré­ca­pi­tu­la­tif de toutes les Porsche à conduire (ou pi­lo­ter !)

avec pour cha­cune une pré­ci­sion de la dis­ci­pline. Ce sont ici les dé­no­mi­na­tions dé­ri­vées des classements d’Assetto Corsa pour dé­ter­mi­ner les classes de vé­hi­cules qui s’af­frontent par dé­faut lors des courses vir­tuelles (quand bien même tous les mé­langes sont en­vi­sa­geables). Ain­si les voi­tures « sport » sont les… spor­tives, des vé­hi­cules de sé­rie aux per­for­mances éle­vées ; les GT re­pré­sentent le haut de gamme au­to­mo­bile ; les sé­ries GT3 et GT4 cor­res­pondent aux dis­ci­plines co­di­fiées par la FIA ; en­fin les pro­to­types ou les « vin­tage » per­mettent de clas­ser des voi­tures jus­te­ment in­clas­sables !

Des GT sages !

Le lo­gi­ciel de Ku­nos ayant com­men­cé sa car­rière en met­tant en avant la pos­si­bi­li­té de conduire des spor­tives ou GT de pres­tige, c’est par ces seg­ments que nous com­men­çons notre ta­bleau de fa­mille. Glo­ba­le­ment les voi­tures de sé­rie du construc­teur al­le­mand pro­po- sée ici ont toutes moins de deux ans et bé­né­fi­cient à la fois du savoir-faire tech­nique et des ap­ports de l’élec­tro­nique em­bar­quée pour pro­po­ser des styles de con­duite très confor­tables. Aucune des spor­tives ou GT ve­nues d’outre-Rhin ne pré­sente d’as­pect rédhi­bi­toire. Les com­por­te­ments sont sains, plu­tôt neutres et équi­li­brés, et tranchent de ce fait avec les ca­rac­tères ca­pri­cieux des bo­lides ita­liens ou bri­tan­niques (du moins dans Assetto Corsa !). En les pous­sant au maxi­mum, on pour­ra tou­jours faire cris­ser les pneus ou em­bar­quer en tête-à-queue, mais toutes sont do­ciles et sages. Elles peuvent ain­si consti­tuer de très bonnes mon­tures pour l’ini­tia­tion à la course vir­tuelle.

Le même constat est éta­bli pour les ca­té­go­ries GT3 et GT4. À la base vé­hi­cules de sé­rie pré­pa­rés pour la course, ces voi­tures tournent plus vite que leurs contre­par­ties « ci­viles » mais tou­jours avec un com­por­te­ment très neutre et très sain (voire encore plus !). Et là encore on ne pour­ra que les re­com­man­der pour l’ini­tia­tion et l’ap­pren­tis­sage de la com­pé­ti­tion. La seule dé­cep­tion concerne fi­na­le­ment la 918 Spy­der, la « su­per­car » de Porsche, qui mal­gré des per­for­mances im­pres­sion­nantes en vi­tesse et en ac­cé­lé­ra­tion se ré­vèle très lourde au vo­lant et sur­tout

équi­pée d’un frei­nage sous-di­men­sion­né vu la vi­tesse de la bête.

His­to­riques !

Si l es GT mo­dernes sont donc fa­ciles à ap­pri­voi­ser, il en va tout au­tre­ment pour toute la gamme de vé­hi­cules his­to­riques de la marque : du pe­tit cou­pé sport 718 Spy­der RS de 1960 j us­qu’aux mons­trueuses 919, on as­siste à un dé­fi­lé de per­son­na­li­tés bien mar­quées et pas for­cé­ment des­ti­nées à fi­nir entre toutes les mains ! Les voi­tures les plus an­ciennes sont les plus dif­fi­ciles à pi­lo­ter : la 917/30 en par­ti­cu­lier, très sur­vi­reuse et do­tée d’un couple dia­bo­lique qui en­voie dans le dé­cor dès que l’ac­cé­lé­ra­teur est un peu trop sol­li­ci­té. Ce qui per­met ici d’évo­quer un point par­ti­cu­lier pour trois des voi­tures an­ciennes de la col­lec­tion (718 RS, 908LH, 935) : lors du pas­sage de vi­tesse, il faut sou­la­ger l’ac­cé­lé­ra­teur (bais­ser de 1 000 tours mi­ni­mum) avant d’en­clen­cher le rap­port su­pé­rieur, sans quoi le mo­teur va se trou­ver en sur­ré­gime. Avec un vo­lant à boîte sé­quen­tielle on a per­du cette ha­bi­tude, les uti­li­sa­teurs de le­viers ma­nuels se­ront plus à l’aise (et cas­se­ront moins de mo­teurs que votre ser­vi­teur !).

On a plai­sir à se re­trou­ver dans les ba­quets de lé­gendes de la com­pé­ti­tion au­to­mo­bile : la 917K du film « Le Mans », la 935/78 à la sil­houette ca­ri­ca­tu­rale, la 962 en deux ver­sions qui a do­mi­né les courses d’en­du­rance des an­nées quatre-vingt… C’est un festival de glis­sades à maî­tri­ser, de frei­nages à an­ti­ci­per, de tra­jec­toires prises sur le fil du ra­soir. On est loin de la sa­gesse des Porsche mo­dernes ! En­fin on ter­mine par les mons­trueuses 919 dont le com­por­te­ment est parfait. Ac­cé­lé­ra­tions bru­tales, frei­nage sur­puis­sant, sta­bi­li­té exem­plaire, elles collent au bi­tume et pour­raient presque faire jeu égal avec des For­mule 1.

Ad­ver­saires

L’en­semble Porsche (ou seule­ment les packs qui contien­draient les voi­tures dé­si­rées) per­met donc de tu­toyer la lé­gende. En fait, un prin­ci­pal re­gret se­rait à for­mu­ler : il n’y a pas tou­jours dans Assetto Corsa d’ad­ver­saires vrai­ment à la hau- teur… En ca­té­go­rie sport ou GT, on s’ac­com­mode des concur­rents IA par dé­faut le Porsche font bonne fi­gure. Mais en GT3, les 911 marquent le pas par rap­port aux F458 ou MP-4-12C ; en sé­ries clas­siques ou « vin­tage », les écarts de per­for­mances entre les dif­fé­rentes voi- tures des ca­té­go­ries éta­blies par dé­faut ne per­mettent pas de com­pé­ti­tions réa­listes ; quant aux pro­to­types, ils manquent sim­ple­ment d’autres voi­tures de la même classe. Les pi­lotes vir­tuels risquent donc d’être contraints à des courses mo­no­types s’ils ne veulent pas soit être to­ta­le­ment dé­pas­sés par les autres voi­tures, soit do­mi­ner scan­da­leu­se­ment la con­cur­rence. À cha­cun ses choix… On peut aus­si dé­plo­rer cer­tains dou­blons (deux Box­ter, deux 919, deux GT3 Cup) alors que des vé­hi­cules his­to­riques plus mar­quants au­raient mé­ri­té leur place dans la col­lec­tion. Ne bou­dons pas notre plai­sir, ajou­ter des Porsche à Assetto Corsa, c’est presque in­dis­pen­sable pour tous les pas­sion­nés de course vir­tuelle, et les trois packs rem­plissent par­fai­te­ment leur of­fice entre l’hom­mage aux lé­gendes et le plai­sir de conduire des GT mo­dernes.

La 917K, ve­dette du film « Le Mans » avec Steve McQueen.

Un dé­fi­lé de Porsche toutes ca­té­go­ries confon­dues ! Au vo­lant de la pe­tite 718 RS de 1960. La 911 RSR 3 en fla­grant dé­lit de sur­vi­rage.

La 911 Tur­bo S par­vient à te­nir en res­pect une F458 et une MP-4-12C

La Cay­man GT4 en ver­sion route et ClubS­port : duel au som­met.

La 935/78 sur­nom­mée « Mo­by Dick » en rai­son de ses ex­crois­sances : une ba­leine pour­tant ra­pide !

La mo­deste Box­ter pour rou­ler che­veux – ou casque – au vent.

La 911 Car­re­ra S à Imo­la, ça se­coue un peu quand même !

Les 962 ont mar­qué l’en­du­rance des an­nées quatre-vingt.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.