Aga­dir Al Mas­si­ra

À vos char­ters !

Micro Simulateur - - SOMMAIRE - parVé­ro­ni­queRey­nier

Aga­dir est la des­ti­na­tion tou­ris­tique pri­vi­lé­giée du Ma­roc et ac­cueille toute l’an­née un im­por­tant tra­fic. L’aé­ro­port Al Mas­si­ra a quelques spé­ci­fi­ci­tés aé­ro­nau­tiques in­té­res­santes mises en va­leur par une scène dé­taillée et ef­fi­cace.

Plus d’un mil­lion et de­mi de pas­sa­gers et une ca­pa­ci­té d’ac­cueil de trois mil­lions par an, Aga­dir Al Mas­si­ra a de quoi at­ti­rer le tra­fic tou­ris­tique de toute l’Eu­rope. Cet aé­ro­port ré­cent, construit par Bouygues en 1991 pour rem­pla­cer l’an­cien site d’Inez­gane en­cer­clé par la ville, ac­cueille de très nom­breuses com­pa­gnies de toutes sortes, char­ters, low cost, lignes ré­gu­lières et sai­son­nières, et ne de­mande qu’à voir sa des­serte croître. Avec son ter­mi­nal de plus de 26 000 m², ses ins­tal­la­tions frappent au pre­mier abord par le nombre im­por­tant de par­kings pour tous les mo­dèles d’ap­pa­reils, de l’avia­tion gé­né­rale au li­ner, alors qu’une seule piste suf­fit à faire at­ter­rir et dé­col­ler les avions. C’est du reste le rou­lage et les ma­noeuvres au par­king qui font la spé­ci­fi­ci­té de cet aé­ro­port, avec la va­rié­té des pro­cé­dures dis­po­nibles mêmes si elles res­tent simples. De quoi s’en­traî­ner pour les pi­lotes de tout ni­veau, d’au­tant plus que la mé­téo est presque tou­jours très fa­vo­rable !

FSDG pro­pose une scène dé­taillée d’Aga­dir Al Mas­si­ra en se frot­tant à la dif­fi­cul­té que re­pré­sente au­jourd’hui l e monde FS/P3D : fonc­tion­ner aus­si bien avec Di­rectX 9 que Di­rectX 11 et sup­por­ter des ar­chi­tec­tures de fi­chiers dif­fé­rentes, tout en of­frant le meilleur dans cha­cune des ver­sions. Une ga­geure tech­nique plu­tôt réus­sie même dans P3D2, qui n’est pas of­fi­ciel­le­ment sup­por­té mais ac­cepte sans sou­ci la ver­sion FS X. Toutes sont pro­po­sées à l’ins­tal­la­tion, qui est au­to­ma­tique et de­mande la sai­sie du nu­mé­ro de sé­rie don­né lors de l’achat sur le site d’Ae­ro­soft. Le prix est mo­dé­ré, 17,40 €, le té­lé­char­ge­ment pèse presque 1 Go.

Ne pas faire l’im­passe sur les ré­glages

La do­cu­men­ta­tion li­vrée avec la scène est as­sez suc­cincte mais va à l’es­sen­tiel : outre le lien pour consul­ter les cartes de l’aé­ro­port sur Na­vi­graph comme sur le site of­fi­ciel de l’avia­tion ma­ro­caine, dif­fé­rentes pro­po­si­tions de ré­glages cor­res­pon­dant à l’op­ti­mi­sa­tion pour les ver­sions de FS X et P3D pro­po­sées per­mettent de ti­rer le meilleur par­ti d’Aga­dir Al Mas­si­ra. Un pe­tit ou­til de confi­gu­ra­tion est éga­le­ment dis­po­nible pour les op­tions gra­phiques avan­cées de P3D v3 et v4. Il ne s’ins­talle pas en mode FS X mais peut tou­jours être ré­cu­pé­ré gra­tui­te­ment sur le site des au­teurs. Tout est donc pré­vu pour un maxi­mum de con­fort pour le pi­lote, qui peut faire va­rier ses ré­glages en fonc­tion de son ma­té­riel, de l’ap­pa­reil uti­li­sé et de son si­mu­la­teur. Nous avons pris le risque de tes­ter la scène dans P3D2 et tout s’est

très bien pas­sé, de bon au­gure pour les ver­sions sui­vantes !

Au lancement, vous se­rez pro­ba­ble­ment frap­pés par la taille du par­king et sur­tout de ses em­pla­ce­ments. Sur cet aé­ro­port pour­tant ré­cent : il n’y a pas de pas­se­relles té­les­co­piques au­tour du ter­mi­nal. Le trans­fert des pas­sa­gers se fait à l’an­cienne, avec bus et es­ca­liers mo­biles. Plus sur­pre­nant en­core, il n’y a pas de pu­sh­back. C’est aux ap­pa­reils de gé­rer leur tra­jec­toire pour se ga­rer et pou­voir re­par­tir, ce qui ex­plique la taille des stands. À l’ar­ri­vée sur le par­king, même les plus lourds doivent vi­rer, le plus sou­vent au bra­quage maxi­mal des roues, pour se re­trou­ver prêts au dé­part. At­ten­tion au souffle des ré­ac­teurs qui part di­rec­te­ment vers les vé­hi­cules sols et les ins­tal­la­tions. L’exer­cice n’est pas ba­nal et ne manque pas d’in­té­rêt, la procédure à ap­pli­quer est ex­pli­quée dans la do­cu­men­ta­tion.

La vi­site au sol vaut le dé­tour

L’ap­pa­ri­tion de l’ava­tar dans la ver­sion 3 de P3D a in­ci­té les dé­ve­lop­peurs à al­ler loin dans la mo­dé­li­sa­tion de leurs scènes en pré­voyant qu’elles pour­raient être par­cou­rues à pied. Aga­dir Al Mas­si­ra ne fait pas ex­cep­tion et même si vous êtes en ver­sion FS X, vous pou­vez uti­li­ser un pe­tit ap­pa­reil en mas­quant son ta­bleau de bord 2D et en vous di­ri­geant en mode trans­po­si­tion pour al­ler cher­cher vos ba­gages en sous-sol, re­trou­ver votre voi­ture sur le par­king, etc.

Avec un tel ni­veau de dé­tail, il est évident que tous les bâ­ti­ments de l’aé­ro­port sont mo­dé­li­sés de ma­nière plus que sa­tis­fai­sante. Pas de prouesses ar­chi­tec­tu­rales à si­gna­ler, ce­pen­dant, et une éten­due si vaste qu’il est dif­fi­cile d’en rendre compte par l’image. Mais l’ex­plo­ra­tion at­ten­tive de l’im­men­si­té du ter­rain per­met de consta­ter que même les équi­pe­ments iso­lés comme le han­gar des pom­piers proche de la piste ont été bien trai­tés.

Les tex­tures sont en 2048x2048, ce qui né­ces­site une mo­di­fi­ca­tion dans le fi­chier sce­ne­ry.cfg bien connue main­te­nant de tous. La scène reste agréable au re­gard même en 1024x1024 et ce choix est sans doute mieux adap­té pour tra­vailler avec un avion de ligne so­phis­ti­qué, sur­tout à l’ar­ri­vée du fait de l’em­pi­le­ment des res­sources en mé­moire. Le tra­vail des dé­ve­lop­peurs sur les tex­tures sol, peu flat­teuses du fait du cli­mat, est à sou­li­gner. Il faut aus­si no­ter qu’il était qua­si­ment im­pos­sible de rendre l’ef­fet « sur­ex­po­sé » de la lu­mière du jour dans cette ré­gion avec les éclai­rages de FS X et que l’im­pres­sion res­sen­tie est plus celle d’une jour­née un peu grise qu’un franc so­leil ma­ro­cain.

L’in­té­gra­tion avec le dé­cor par dé­faut sans scènes glo­bales n’est pas des plus convain­cantes, mais là en­core c’est plus lié au si­mu­la­teur, qui mal­traite quelque peu la ré­gion, qu’à la scène. En re­vanche, de­puis votre ap­pa­reil sur l’aé­ro­port, vous pro­fi­tez des re­liefs à l’ho­ri­zon tout en étant dans un en­vi­ronne-

ment dé­taillé. La qua­li­té du mar­quage au sol est ex­cel­lente et tout à fait fi­dèle à la carte. FSDG in­dique par ailleurs qu’Aga­dir Al Mas­si­ra s’in­tègre avec les scènes glo­bales du mar­ché, ce qui vu la lo­ca­li­sa­tion de l’aé­ro­port et son en­vi­ron­ne­ment ne doit en ef­fet po­ser au­cun sou­ci.

Pour faire vivre son aé­ro­port, dont les lignes ar­chi­tec­tu­rales sont as­sez or­di­naires, FSDG a joué la carte des ob­jets 3D, mo­biles comme fixes. Qu’il s’agisse des voi­tures du par­king rou­tier, des cha­riots à ba­gages, des arbres ou des lam­pa­daires, chaque ob­jet est mo­dé­li­sé et tex­tu­ré dans ses moindres dé­tails. Avec l’IA au maxi­mum, les par­kings sont bien peu­plés, que ce soit cô­té ligne ou cô­té aé­ro-club. La res­ti­tu­tion de l’am­biance est au ren­dez-vous quel que soit le vol en­vi­sa­gé.

En vol à vue comme aux ins­tru­ments

Loin d’être sa­tu­ré, puis­qu’il a été pré­vu pour ac­cueillir trois mil­lions de pas­sa­gers par an, mais bien char­gé pen­dant la sai­son es­ti­vale, Aga­dir Al Mas­si­ra ne boude pour- tant pas l’avia­tion gé­né­rale, loi­sir pri­sé des va­can­ciers. La carte d’ap­proche à vue n’exige au­cun cir­cuit VFR par­ti­cu­lier, la pré­sence du contrôle per­met­tant un gui­dage per­son­na­li­sé. Elle montre com­bien il était urgent pour le Ma­roc de construire ce nou­vel aé­ro­port, tant ce­lui d’Inez­gane est main­te­nant au mi­lieu de la zone ur­baine. Ce der­nier fi­gu­rant aus­si dans FS/P3D, vous pou­vez vous amu­ser à y faire un tou­cher. Mais le plus in­té­res­sant de la pro­me­nade est le re­lief voi­sin qui dé­passe vite les 1 000 m. Vous pou­vez aus­si lon­ger l’oued Sous ou agi­ter des ban­de­roles le long des im­menses plages de l’At­lan­tique.

Cô­té pro­cé­dures IFR, l’ILS n’est dis­po­nible qu’en 27, c’est en mode VOR que vous vous po­sez en 09. Une pe­tite procédure VOR de temps en temps est tou­jours bé­né­fique pour l’en­traî­ne­ment. La place entre les re­liefs est lar­ge­ment suf­fi­sante pour que ceux-ci ne posent pas de dif­fi­cul­tés et la piste est dans l’axe de la vallée. L’ILS est de CAT I seule­ment et les mi­ni­ma as­sez éle­vés : la mé­téo dans la ré­gion n’exige pas d’aides trop so­phis­ti­quées, la plu­part du temps

elle est en­so­leillée et dé­ga­gée, c’est une des rai­sons pour les­quelles la des­ti­na­tion est aus­si pri­sée des tou­ristes. Mais tout re­pose sur les seules deux ba­lises VOR et ILS de l’aé­ro­port, une panne de ces ins­tal­la­tions se­rait très en­nuyeuse. At­ten­dez-vous aus­si à être vec­to­ri­sé par le contrôle.

Les dé­parts tiennent compte du re­lief et sont simples à suivre, avec l’équi­valent d’une vent ar­rière à plu- sieurs sor­ties en 09 et un arc avec les mêmes sor­ties en 27. Les STAR sont di­rects vers l’ap­proche fi­nale. Pas de temps per­du en longs iti­né­raires d’ar­ri­vée !

Voi­ci de quoi se rap­pe­ler ses va­cances en cette ar­ri­vée de l’au­tomne tout en tra­vaillant ses ap­proches en toute sim­pli­ci­té, à un ta­rif char­ter pour une des­ti­na­tion sai­son­nière. En l’ab­sence de scènes gé­né­rales pour amé­lio­rer le pay­sage en­vi­ron­nant et sur­tout d’un dé­cor com­plé­men­taire trai­tant la ville, le VFR est un peu moins in­té­res­sant, mais Aga­dir peut être une es­cale sym­pa­thique pour un rallye lon­geant la côte. Men­tion spé­ciale à l’op­ti­mi­sa­tion réa­li­sée par les dé­ve­lop­peurs et per­met­tant à toutes les confi­gu­ra­tions de pro­fi­ter de la scène dans les meilleures condi­tions pos­sibles.

L’avia­tion de club est la bien­ve­nue sur le très grand par­king de l’aé­ro-club royal.

Bien­ve­nue à Aga­dir sur l’aé­ro­port Al Mas­si­ra.

L’emprise de l’aé­ro­port est très ex­té­rieure à celle de la ville, ce qui fa­ci­lite l’in­té­gra­tion de la scène. La piste plus proche de la mer et en­cla­vée est l’an­cien aé­ro­port, de­ve­nu mi­li­taire.

Il y a de la place par­tout, mal­gré le tra­fic IA bien pré­sent, du fait de l’éten­due de l’aé­ro­port par rap­port à son ac­ti­vi­té.

Vue glo­bale du tar­mac sans la scène (en haut) et avec la scène (en bas). Les images parlent d’elles-mêmes…

Les cha­riots à ba­gage du pro­chain char­ter. L’in­té­rieur de l’aé­ro­port est mo­dé­li­sé, ici la li­vrai­son des ba­gages.

Dif­fi­cile de faire plus di­rect en ma­tière de tra­jec­toire d’ar­ri­vée (STAR) !

Le sys­tème de par­king : l’ap­pa­reil ar­rive sur la ligne jaune de droite et ef­fec­tue un vi­rage au maxi­mum du bra­quage pour se po­si­tion­ner prêt au dé­part. Flèches et barres cor­res­pondent aux dif­fé­rentes ca­té­go­ries d’avions, pour les ai­der à tour­ner.

Aga­dir de nuit offre une ar­ri­vée fée­rique, de quoi se sen­tir ins­tan­ta­né­ment en va­cances.

Vue de l’in­té­rieur du ter­mi­nal des ar­ri­vées, sans le mode ava­tar mais avec une belle qua­li­té de re­pré­sen­ta­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.