Gap-Tal­lard LFNA L’es­cale al­pestre

Au sud des Alpes…

Micro Simulateur - - LA UNE - par Em­ma­nuel Blan­chard

Il n’y a pas que les édi­teurs amé­ri­cains pour pro­duire des mi­cros­cènes d’aé­ro­ports de tou­risme. En té­moigne ce pe­tit dé­cor sym­pa­thique ni­ché dans les Hautes-Alpes et pro­pice à de nom­breuses aven­tures aé­riennes…

Dé­lais­sons un ins­tant les grandes pla­te­formes in­ter­na­tio­nales pour nous in­té­res­ser aux aé­ro­dromes plus orien­tés vers les loi­sirs. Que ce soit pour l’ac­cueil de l’avia­tion lé­gère, les pra­tiques lu­diques ou spor­tives (vol à voile, ULM), les opé­ra­tions en hé­li­co­ptères, il existe d’in­nom­brables pe­tites ins­tal­la­tions qui ac­cueillent les sim­mers (et les pi­lotes réels) avec moins de contraintes que les hubs sa­tu­rés ! On trouve évi­dem­ment de telles struc­tures en France, et Gap – Tal­lard LFNA fait par­tie de cette ca­té­go­rie. Même si le pe­tit aé­ro­drome a ac­cueilli un tra­fic com­mer­cial ré­gu­lier dans les an­nées soixante-dix, aux cô­tés d’ac­ti­vi­tés d’hé­li­sta­tion mi­li­taires, il est re­de­ve­nu un aé­ro­drome ci­vil ou­vert à la cir­cu­la­tion aé­rienne pu­blique (CAP 1). Au­jourd’hui, il connaît un tra­fic mo­deste avec au­tour de 40 000 mou­ve­ments an­nuels, es­sen­tiel­le­ment de l’avia­tion lé­gère. Mais il est un centre ap­pré­cié des pi­lotes de pla­neurs, grâce au vol de pente dans les Alpes, ain­si qu’un site pri­sé des pa­ra­chu­tistes. Si­tué à 12 km de Gap, sur la com­mune de Tal­lard (d’où le nom !), il com­porte trois pistes pa­ral­lèles sur l’axe 02/20 : une prin­ci­pale en dur, de 945x30 mètres, apte à re­ce­voir les ap­pa­reils lé­gers voire des biz­jets ; une en herbe de 700x80 mètres, plu­tôt dé­diée aux pla­neurs, et qui borde la pre­mière à l’est ; en­fin une pe­tite bande de bi­tume (443x10 mètres) qui n’est même pas men­tion­née comme telle sur la carte du SIA mais est em­ployée par les ULM (et aé­ro­mo­dé­listes ?). S’ajoutent quelques em­pla­ce­ments bé­ton­nés pour les hé­li­co­ptères. Les taxi­ways et han­gar en­cerclent l’en­semble, les re­liefs alen­tour sont plu­tôt éle­vés d’au­tant que l’aé­ro­drome est si­tué à la conver­gence de deux val­lées. De fait, il est par­fai­te­ment

adap­té aux vols de loi­sirs, dans la plus pure tra­di­tion de ce que l’on adore en si­mu­la­tion. Et s’il existe par dé­faut dans FS X/P3D/FSW, il y est très sim­pli­fié, alors que la scène pré­sen­tée ici en re­pro­duit les ca­rac­té­ris­tiques avec un grand sou­ci du dé­tail.

Le nou­veau dé­cor

La scène pèse 991 Mo, une va­leur éle­vée pour un dé­cor de pe­tite taille, ce qui laisse dé­jà en­tre­voir une haute pré­ci­sion des dé­tails. Elle est pro­po­sée au ta­rif rai­son­nable de 20 eu­ros. Elle est en outre com­pa­tible avec FS X SP2/Ac­ce­le­ra­tion Pack, FS X Steam Edi­tion, P3D v3 et v4, le choix du si­mu­la­teur de des­ti­na­tion s’ef­fec­tuant lors de la phase d’ins­tal­la­tion au­to­ma­ti­sée. Notez que l’es­sen­tiel de notre ar­ticle s’est fait sous FS X, mais que P3D v4 a aus­si été mis à contri­bu­tion. La ver­sion que nous avons re­çue était li­vrée sous la forme d’un fi­chier ZIP qui une fois dé­com­pres­sé pré­sente quatre fi­chiers. Le pre­mier est l’exé­cu­table d’ins­tal­la­tion pro­pre­ment dit ; le deuxième est un autre fi­chier EXE qui se charge d’ins­tal­ler des élé­ments mo­biles pour la scène et qui se­ront ani­més par l’in­ter­mé­diaire du mo­dule SODE (gra­tuit, le lien est in­di­qué dans la do­cu­men­ta­tion et

le fi­chier propre à SODE est en outre li­vré en com­plé­ment du dé­cor, même s’il faut l’ins­tal­ler à part). Les deux autres fi­chiers sont les ma­nuels en PDF, un en fran­çais, l’autre en an­glais. Ils dé­crivent la pro­cé­dure d’ins­tal­la­tion et les ré­glages gra­phiques re­com­man­dés, ils pré­sentent ra­pi­de­ment l’aé­ro­drome et son his­toire, et ils com­prennent la carte d’ap­proche ti­rée du site du SIA. Une carte plus com­plète est en outre four­nie en do­cu­men­ta­tion an­nexe une fois la scène ins­tal­lée.

La pro­cé­dure d’ins­tal­la­tion au­to­ma­ti­sée est très simple, on a juste à en­trer le code d’ac­ti­va­tion four­ni lors de l’achat, l’en­semble s’ajoute tout seul à la bi­blio­thèque de dé­cor de FS X/P3D, à moins de ne pas uti­li­ser les ré­glages par dé­faut (mais rien de sor­cier pour en­suite ajou­ter ma­nuel­le­ment le dé­cor). Outre la carte SIA et la do­cu­men­ta­tion, le me­nu de Win­dows se voit ajou­ter une en­trée pour le mo­dule de confi­gu­ra­tion propre à la scène LFNA. On y règle la sai­son, été ou hi­ver, deux jeux de tex­tures sol sont li­vrés ; on ac­tive ou désac­tive la prise en charge des tex­tures très haute ré­so­lu­tion pour les bâ­ti­ments, les ani­ma­tions, les ef­fets de re­flets. At­ten­tion, ce mo­dule de pa­ra­mé­trage ne fonc­tionne que lorsque le si­mu­la­teur est ar­rê­té. Les op­tions gra­phiques re­com­man­dées dans FS X et P3D sont plu­tôt éle­vées : tex­tures sol en 15 cm, trame de re­lief à 1 mètre. Le ma­nuel in­dique éga­le­ment de ré­gler le tra­fic IA à 3 ou 4 %, mais ce­la ne concerne que le tra­fic gé­ré par le si­mu­la­teur. Nous uti­li­sons gé­né­ra­le­ment Ul­ti­mate Traf­fic 2 sur notre ma­chine de test, alors que le tra­fic vir­tuel de FS X est désac­ti­vé et LFNA res­tait déses­pé­ré­ment vide avec ce seul add-on ; en ajou­tant 4 % de vols IA via FS, l’aé­ro­drome a re­pris un peu de vie. Ef­fec­ti­ve­ment, avec une va­leur plus éle­vée, on ren­contre un tra­fic d’une in­ten­si­té trop im­por­tante pour une pla­te­forme de cette taille.

Choi­sis­sez votre sai­son !

La par­ti­cu­la­ri­té de cette scène, outre ses dé­tails nom­breux sur les­quels nous re­vien­drons, est sa ges­tion des sai­sons et des ex­ten­sions tierces. Plu­sieurs cas de fi­gure se pré­sentent. Pre­mier exemple : avec un ré­glage hi­ver­nal sur un FS X « na­tif » (sans dé­cors par­ti­cu­liers autres que la scène LFNA), la nou­velle scène couvre près de 1 200 km², ce qui in­clut jus­qu’à la ville de Gap à 12 km au nord de l’aé­ro­port. Les tex­tures sol sont en­nei­gées mais on y dis­tingue bien les routes, li­mites des villes et vil­lages… En­suite, le ré­glage es­ti­val (de mars à no­vembre) sur un FS X na­tif là en­core fait bien res­sor­tir la zone trai­tée, plus res­treinte qu’en hi­ver, elle s’étend sur en­vi­ron 2 km au­tour des pistes. En­fin un ré­glage

es­ti­val lors­qu’on pos­sède le dé­cor France VFR PA­CA vol.2 (voir MS 274 et 286) per­met de vé­ri­fier une très bonne in­té­gra­tion de la nou­velle scène sur l’en­semble VFR (à condi­tion de bien res­pec­ter l’em­pi­le­ment dans la bi­blio­thèque de dé­cors). Pour­quoi en été et pas en hi­ver ? Tout sim­ple­ment parce que le dé­cor France VFR ne dis­pose pas de ré­glages sai­son­niers et que sa pré­sen­ta­tion n’évoque que la belle sai­son – d’où la cou­ver­ture photo plus im­por­tante de LFNA en hi­ver. No­tons au pas­sage que PA­CA Vol. 2 dé­passe lé­gè­re­ment les li­mites strictes de l’an­cienne ré­gion ad­mi­nis­tra­tive, puisque Gap est dans les Hautes-Alpes ; mais la ville et ses en­vi­rons marquent la li­mite nord de la cou­ver­ture VFR, on ne se plain­dra pas de ce pe­tit sup­plé­ment de sur­face ! Pen­sez donc à bien choi­sir vos ré­glages préa­lables de pé­riode de l’an­née et de tex­ture, et à ac­ti­ver/désac­ti­ver les dé­cors com­plé­men­taires pour ob­te­nir la meilleure ex­pé­rience de vol pos­sible.

Dé­tails, dé­tails !

La belle pé­riode est évi­dem­ment celle qui est plus pro­pice aux ex­cur­sions aé­riennes – le vol de mon­tagne s’ac­com­mo­dant mal de condi­tions mé­téo ri­gou­reuses… La dé­cou­verte du dé­cor s’ef­fec­tue donc en ré­glant notre date sur le mois de juin, beau temps, avec la scène de France VFR ac­ti­vée. Et c’est très jo­li ! Au pre­mier coup d’oeil, on res­sent l’am­biance ty­pique (voire dé­con­trac­tée) des pe­tites ins­tal­la­tions à l’écart du tra­fic de masse. Avec 3 % de tra­fic IA, quelques mo­no­mo­teurs et bi­mo- teurs lé­gers se dé­placent sur les taxi­ways et les par­kings, at­ten­tion on frôle vite la sa­tu­ra­tion avec des ré­glages plus hauts. Pre­mière sur­prise : alors qu’on est ali­gné sur la piste et que la manche à air, ani­mée grâce au mo­dule SODE, in­dique bien la di­rec­tion et la force du vent, on as­siste à l’ar­ri­vée d’un pa­ra­chu­tiste sus­pen­du à sa toile su la par­tie ouest de l’aé­ro­drome. Il va fal­loir faire très at­ten­tion lors de nos cir­cuits de piste ! Les tex­tures sol en très haute ré­so­lu­tion sont par­fai­te­ment agen­cées. L’herbe vo­lu­mé­trique oc­cupe les es­paces de ga­zon. Quelques ap­pa­reils sta­tiques ajoutent à l’am­biance : hé­li­co­ptères, pla­neurs… Les bâ­ti­ments ont été re­pro­duits et tex­tu­rés pour res­sem­bler au mieux à leurs ho­mo­logues réels. Cer­tains han­gars ont même été agré­men­tés de tex­tures en trompe-l’oeil pour évo­quer ce qui se passe à l’in­té­rieur. La pe­tite tour (pour les mou­ve­ments au sol, il n’y a pas de contrôle aé­rien à pro­pre­ment par­ler ici) do­mine l’en­semble. On re­trouve les ins­tal­la­tions ha­bi­tuelles de tout aé­ro­drome : l’aé­ro­club, le res­tau­rant, les ate­liers, le par­king peu­plé de vé­hi­cules par­ti­cu­liers, et même une aire de jeux pour les en­fants. Quelques per­son­nages ani­més ajoutent de la vie au dé­cor. Tout est très bien réa­li­sé, jus­qu’à cou­vrir la ville de Tal­lard au nord-est et son châ­teau sur­plom­bant la Du­rance. Et si on se perd au ni­veau du sol, pas de pa­nique, même les pan­neaux rou­tiers sont in­té­grés.

En hi­ver, avec les bons ré­glages, tout de­vient blanc, jusque dans les tex­tures des bâ­ti­ments et élé­ments 3D qui se couvrent de givre. Les cou­leurs es­ti­vales laissent placent à un fond très clair bien plus éten­du, sur le­quel on re­père les par­ti­cu­la­ri­tés de la zone : villes et vil­lages, routes, jus­qu’aux ri­vages du lac de Serre-Pon­çon. Bon, on n’abu­se­ra pas de cette sai­son qui voit nor­ma­le­ment une sus­pen­sion des ac­ti­vi­tés aé­ro­nau­tiques, mais comme la si­mu­la­tion per­met de nom­breuses fan­tai­sies, on peut en pro­fi­ter à pe­tites doses ! D’au­tant plus que les ef­fets de lu­mières noc­turnes ou de ré­flexion lors de pas­sage de pré­ci­pi­ta­tions ajoutent au réa­lisme de l’en­semble.

Comme évo­qué plus haut, le dé­cor est par­fai­te­ment adap­té au vol lé­ger, aux pla­neurs et aux voi­lures tour­nantes. Les cartes SIA font état des cir­cuits d’ap­proche, re­la­ti­ve­ment simples, mais les re­liefs en­vi­ron­nants ajoutent une di­men­sion in­té­res­sante aux vols vers ou en pro­ve­nance de LFNA. L’au­teur FSX3D avait dé­jà pro­duit quelques pe­tites scènes de la même qua­li­té, et nous en pro­met d’autres à ve­nir pro­chai­ne­ment. Mais dé­jà cette créa­tion ori­gi­nale per­met d’at­teindre une di­men­sion très ap­pré­ciable en si­mu­la­tion de loi­sir : celle de l’am­biance, un pri­vi­lège qu’on ne re­trouve fi­na­le­ment pas si souvent sur les dé­cors com­plé­men­taires. Alors avec ou sans PA­CA 2 de France VFR, ce pe­tit coin des Hautes-Alpes mé­rite l’at­ten­tion des pi­lotes lé­gers qui vou­draient faire un pe­tit tour dans les mon­tagnes !

Les bâ­ti­ments sont très pré­ci­sé­ment re­pro­duits (P3D v4).

La ville de Gap sous la neige en jan­vier. La zone cou­verte en été par la scène dans FS X standard (en haut), et avec le dé­cor France VFR PA­CA vo­lume 2 : par­fai­te­ment in­té­gré (en bas) !

Le mo­dule de confi­gu­ra­tion de la scène. Si vous êtes per­du, sui­vez les pan­neaux !

Es­cale ra­vi­taille­ment en hi­ver : est-ce bien rai­son­nable de vo­ler par ce temps ?

En fi­nale pour la piste en herbe.

Les voi­lures tour­nantes sont bien­ve­nues à LFNA (P3D v4).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.